ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 dhruva ☽ soldat d'écume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: dhruva ☽ soldat d'écume   Dim 22 Mar - 6:44

“ Dhruva Dachsos ”

if you're awake then you're welcome to listen

“introduction”
Je m'appelle Dhruva Dachsos, mais on m'appelle plutôt Dhru, Dhruva. J'ai 24 ans. Je suis né(e) au Temple de Chiere. Et, je fais partie du groupe des chieresques. Oblivion, c'est ma maison, et je suis gardien du temple de Chiere.. Ces étrangers, pour moi, c'est un présage de moins en moins rassurant.

 
¤¤¤



Même lorsqu'il était petit et que ses plumes n'avaient pas encore recouvert complètement le duvet d'oisillon, il sentait couler dans ses veines le chant de la violence, la danse du combat. Mangeant, jour après jour, plus de coups de poings que de viande, son visage d'enfant s'était vite recouvert d'une carapace frustre et rocailleuse, telle une falaise de roches sédimentaires, érodée par la houle et le frimas, par des siècles et des siècles d'habitude où la mer n'aurait fait que venir s'écraser contre elle. Lorsqu'il eut atteint seize ans on le recouvrit d'une cuirasse plus épaisse encore, portant dans les sillons où s'inscrustait le vernis couleur carmin, une odeur d'affrontement, le plaidoyer larmoyant d'un peuple qui, nombre de siècles auparavant, l'avaient créé, lui, pour les protéger, eux. Tu es notre et nous sommes tiens, Dhruva Dachsos, imploraient les voix à travers les âges. Tu es de poussière et d'os, tu es de terre et d'étoiles, tu es du feu et de Chiere. Nous sommes à toi et tu es à nous. Les colonnes sempiternelles du temple de Chiere devaient peser sur ses épaules toute sa vie comme la jungle pèse sur celle de sa mère, comme une inquiétude multipliée par autant de coeurs qui battent en son sein. Tu es la jungle, Dhruva Dachsos. Tu es de Chiere et Chiere vit en toi.
 
 


loyal - assertif - fin stratège - joueur d'équipe - tête de cochon - xénophobe - secret - impatient - brutal
→ Si j'étais un animal : un rhinocéros
→ Si j'étais une plante : une clématite
→ Si j'étais une merveille : le colosse de Rhodes
→ Si j'étais une couleur : rouge vin


→ Construit sur le sable : Dhruva est l'un des héritiers de la famille en charge de la sécurité du Temple de Chiere, les Dachsos. Selon la légende, la dernière fois que la jungle oblivienne a aligné, selon sa géographie unique, les Sept Merveilles du monde antique, une menace si terrible s'est abattue sur le havre terrestre de la déesse Chiere qu'il a fallu former de redoutables guerriers pour protéger le lieu de culte et ses habitants. Par souci de sécurité et par crainte de récidive, on a continué à former, pendant les milliers d'années qui séparent cette légende et l'époque actuelle, tous les enfants Dachsos pour en faire des guerriers capables de défendre le Temple de Chiere. Forme physique, rigueur intellectuelle et esprit vif font des Dachsos des adversaires redoutables... qui ne servent, dans les faits, à rien. Éduqués pour devenir de belliqueux êtres de combat, ils n'ont eu, depuis des décennies, qu'à chasser du temple les panthères et ceux qui avaient un peu trop bu d'élixir fermenté. Dhruva n'a jamais rejeté la destinée que son patronyme a choisie pour lui, mais il arrive parfois qu'il en conteste l'utilité. Dès que son coeur vagabonde trop loin du temple, cependant, il y est rappelé par la force de la fidélité qui l'y lie et par les souvenirs lointains de la terrible légende qui faisait de lui le héros de sa génération, que sa mère lui racontait le soir avant de le mettre au lit.
 

 

 
“ que cesse la mascarade ”

parce qu'on sait que tu es un lutin maléfique


 
Allez, avoue tout ! Dans la vraie vie, tu es qui ? chichi ~. Tu as un prénom j'imagine ? ~. Et quel âge tu as ? 20. 7 Wonders, tu l'as connu comment ? ~. Et tu en penses quoi ? c'est le pire forum à avoir jamais existé :s. Quel est ton dernier mot, petit scarabée ? ~.
 



 
 

 
“ Soldat d'écume ”

« tout se mélange, voyez-vous (surtout pour ceux qui ne sont personne) — elle disait le sang et l’eau, il n’y a pas de différence, tu verras, rien n’est parallèle, toi qui n’est qu’un pli dans l’eau, vas-y, lance-toi, la vague t’emmènera,
jeunes os, jeunes tripes, jeunes intestins
jeunes branchies, jeunes nageoires
petit soldat, plombé de sel, sang corail, criblé d’argent »
(diffluence, affluence, ressac x)


« Haïm bhala indram. » (Tu es la lance)
« Payara auga Chiere. » (De feu et de Chiere)

(mots de la famille Dachsos)


CONSTRUIT SUR LE SABLE ∫

Je vais avoir un enfant, hurle celui qui n’est pas encore Père. Son cœur tambourine alors qu’il parcourt la jungle, ses pieds martelant le sol, rythmant adroitement son bonheur. Je vais avoir un enfant et je vais le nommer Dhruva, Dhruva Dachsos. Il sera Dachsos d’après mon père et d’après le sien avant lui. Je vais avoir un enfant ! crie à nouveau Père. L’écho se répercute à travers les âges, fait sourire chaque Dachsos à avoir jamais foulé la jungle de Chiere. Un Dachsos qui nait, comme c’est le cas dans chaque famille, est marque dans la pérennité de la légende des leurs. Et quelle légende !  Le père Dachsos est recouvert de tatouages qui la racontent, l'histoire des fiers Dachsos qui ont tenu tête, lance, arcs et haches en main, il y a cela maintes et maintes lunes, à la plus grande menace à s’être jamais abattue sur Oblivion. Je vais avoir un enfant, vite, je le sens, il arrive, chante-t-il sans s’arrêter. C’est jour de fête au Temple de Chiere, comme à chaque fois que la déesse y dépose délicatement le don de la vie, car Dhruva Dachsos vient de décider que c’était, parmi toutes celles encore disponibles, son heure à lui.

LE FILS DU TEMPLE ET LA DANSEUSE DES BRAISES ∫
Ère du sommeil, 4e lune, il y a 20 cycles

Il n’est pas utile de retourner plus en détail aux origines de Dhruva Dachsos parce qu’on n’y trouverait rien pour déroger aux traditions, us et coutumes du peuple qui l’a vu naître, grandir et qui le verra mourir. Dhruva Dachsos, comme la plupart des enfants, n’a pas vécu jusqu’à ce qu’il ait quatre ou cinq ans ; il est resté en gestation dans le ventre, puis dans les bras de sa mère. Il a appris à courir et à sauter ; il a appris à construire des lance-pierres. Puis, il a appris à parler. C’est à ce moment-là qu’il est sorti de la gestation—et quand il l’a fait, prêt à naître dans un monde en parfait équilibre, qui ne l’attendait pas plus qu’on n’attend les baies qui, sans surprise, reviennent à chaque année, elle était déjà là. La danseuse des braises. Déjà plus grande et plus vive que lui. L’enfant du feu et du destin : Sila’ë Achal. Descendue de sa montagne enneigée pour venir vivre avec eux, là, dans le sanctuaire de la Déesse-mère, elle n’avait que six ans et les lianes grimpant le Temple de Chiere semblaient déjà s’incliner sur son passage.

Dhruva Dachsos n’a jamais vraiment existé pour lui-même sauf une fois (puisqu’il faut raconter l’histoire dans un ordre chronologique, on y viendra) mais lorsqu’on lui a dit qu’il vivait pour protéger d’aussi nobles et grandes choses que Sila’ë Achal, il s’est lui aussi incliné. Être défenseur du temple et plus une question d’esprit que de corps, disait son père, qui n’avait jamais combattu quoi que ce soit de plus méchant qu’un bouc de montagne. Dhruva agitait de bas en haut la myriade de taches de rousseur qui basanaient son visage et disait je comprends. Je comprends. Haïm bhala indram, disait Père. Payara auga Chiere, répondait le bambin. Il se dandinait derrière la figure d’autorité tous les jours de toutes les ères, imitant son moindre mouvement jusqu’à ce que celui-ci submerge sa première nature—mais une part d’enfance résistait en Dhruva Dachsos et cette part d’enfance s’appelait Sila’ë Achal. Ils se sauvaient parfois loin du temple, des traditions et de la magie qui avaient choisi leur destin pour aller cueillir dans la forêt baies et fleurs et fruits. Tu es ma sœur, détermina un jour Dhruva qui avait entendu un adulte en dire ça à un autre qui n’avait rien en commun avec lui sauf le ventre de la mère dans lequel ils avaient tous deux mijotés. Nous sommes enfants de Chiere et tu es ma sœur.

Lorsqu’il a eu douze ans et que son esprit, comme celui des toutes les générations de Dachsos avant lui, a été complètement conditionné au combat, Dhruva Dachsos a reçu au cours d’une grande cérémonie les armes du défenseur du Temple de Chiere. Autour du feu de joie qui dura tout une nuit, Dhruva goûta pour la première fois aux ivresses de l’âge adulte, dansa et chanta toute la nuit aux côtés des prêtresses et de celle qu’il appelait parmi toutes sa sœur, Sila’ë Achal. C’est aussi ce soir-là qu’il rencontra l’exception. La seule. Celle qui l’amena le plus près des sentiers dangereux qu’il eut pu l’espérer. Elle s’appelait Peila Úr, mais cela n’eut jamais vraiment d’importance pour lui—comme tout le reste. Dhruva Dachsos, le jour de ses douze ans, devint ce que le Temple et la tradition avaient décidé pour lui ; il devint la lance, il devint de feu et de Chiere. Jamais plus ne devrait-il être autre chose.

LE SOLDAT D’ÉCUME ET LA PRINCESSE AUX COQUILLAGES ∫
Ère de l’éveil, 2e lune, il y a 8 cycles

Tu penses qu’il y a quelque chose, là-bas, demanda Peila Úr, pointant du doigt l’infini océan qui s’étendait, au-delà de la jungle de Chiere. Dhruva Dachsos rit et répondit, tu aurais plus de chances de traverser sans mourir le Désert des brumes. Le doigt de la guérisseuse faiblit doucement et la main retomba le long du corps comme le font les animaux qui ont cessé de se battre.  Il l’appelait la princesse aux coquillages. C’était parce qu’elle était une fois, une seule fois, atterrie en se promenant sur cette plage que personne ne voyait jamais et qu’elle en avait ramené maints et maints coquillages qui paraient maintenant ses cheveux, ses poignets, ses chevilles, ses doigts.

Dhruva ! appela la vieille voix usée de Père, dans la forêt.

Tu penses qu’il y a quelque chose, après la jungle, plus loin, demanda Peila Úr, attachant ses cheveux. Dhruva Dachsos rit et répondit, tu poses de drôles de questions, Peila Úr. Lui, ne songe pas à des enjeux plus grands que la jungle. Il songe au combat pour lequel on le prépare depuis qu’il a trois ans. Il songe à son père qui vieillit et aux légendes de plus en plus funestes qu’il raconte. Il songe parfois à la princesse aux coquillages, c’est vrai, mais jamais comme elle songe à lui. Il le sait. Un de ses anciens camarades de jeu, Obna Chutru, le lui a dit. Obna Chutru a dit avec des cheveux comme ça, moi, c’est sur que je n’y penserais pas deux fois avant de me la ramener, ta copine, celle, la folle avec les coquillages. La colère a envahi Dhruva Dachsos—mais pas la colère jalouse, celle plutôt que l’on ressent lorsque l’on voit un parent souffrir. La colère pure ; celle des guerriers. De frapper Obna Chutru lui aurait valu une sévère réprimande et par conséquent il n’a fait que lui répondre, Peila n’est pas folle. Peila n’est pas folle, c’est vrai—elle ne fait que rêver.

Dhruva ! appelle la vieille voix usée de Père et le fils sort de la hutte et va le rejoindre dans la forêt.

Peila Úr a fui le village, ce matin, dit Père. Tu sais que ses parents essayaient de la garder ici contre son gré. Ils disent qu’elle est partie à la recherche de la plage, celle dont elle parle tout le temps. Ils disent qu’elle va construire un bateau et essayer de la traverser. Tu sais, Dhruva, je n’aime pas dire que les gens sont fous mais

il est trop tard de toutes façons, Dhruva court

Il court dans la forêt à en perdre à haleine, retournant chaque caillou et chaque feuille, frappant dans les arbres à pleine main, les échos des voix de son père, de Peila et d’Obna résonnant dans sa tête comme les tambours que l’on frappe lorsque l’on rend à Chiere ceux qui étaient trop vieux et qui sont trop morts. La colère est sans nom. La colère l’emplit jusqu’au bout des ongles, qu’il enfonce dans les troncs d’arbre, jusqu’au bout des orteils maculés de sang parce qu’il n’a pas fait attention aux chemins qu’il empruntait. C’est la colère rassemblée de générations et de générations de Dachsos bâtis pour la bataille, de Dachsos incapables d’autre chose que de voir rouge, voir rouge pour rien, de Dachsos

incapables de songe à Peila comme ça

Tu es comme l’écume, Dhruva Dachsos, disait la princesse aux coquillages ; si tu la voyais tu comprendrais. Elle est faite de rêves et d’eau et de vent, elle vient avec la vague et se repose sur la berge le temps d’une seconde mais elle n’est pas vraie. Elle n’est pas vraie. Il n’y a pas pire mensonge que l’écume, Dhruva Dachsos.

Je suis la lance, se répète Dhruva Dachsos en frappant l’arbre avec sa tête, ses hurlements se répercutant partout dans la jungle et dans le ciel et dans le temps. Je suis de feu et je suis de Chiere.

Tu es comme l’écume, Dhruva Dachsos

Lorsqu’il ouvre les yeux, il est de retour en enfance. Sial’ë Achal est à ses côtés et lui caresse doucement la tête, respirant au même rythme que lui. Sur le visage de Dhruva, le sang croûté encastré dans les moindres plis et recoins, lui rappelle l’amer souvenir de la colère qui perle à nouveau à sa bouche. Il ferme les yeux et repense aux après-midis où Sila’ë n’était plus la Gardienne des traditions. Il tente de se convaincre qu’à cette époque il n’était pas non plus Dhruva Dachsos, seulement le petit garçon qui grimpait dans les arbres pour redescendre orgueilleusement des fruits à celle qui était plus grande que lui et qui n’avait pas besoin de son aide. Comme une vague, l’amertume appelle au coin de son oeil une larme et deux et trois et quatre. Tu es ma sœur, murmure-t-il à celle qui se tient en silence. Elle le regarde et ne dit rien, ses yeux disent je sais.

Le lendemain, les lances de bois et les haches de pierre qu’il plante frénétiquement dans un arbre pendant plusieurs heures consécutives charcutent peu à peu le souvenir de Peila. Le jour où viendra son Combat, Dhruva Dachsos n’aura le temps de penser ni à l’écume, ni aux coquillages—

Haïm bhala indram.
Payara auga Chiere.



Dernière édition par Dhruva Dachsos le Mar 24 Mar - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: dhruva ☽ soldat d'écume   Dim 22 Mar - 9:03

Re bienvenuuue !
Bon courage pour cette nouvelle fiche !
L'avatar dépote en tout cas héhé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Plaque tournante du trafic de sèche-cheveux ♪ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Chasseresse
Messages : 1567
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Sila'ë Achal
Avatar : Freida Pinto


MessageSujet: Re: dhruva ☽ soldat d'écume   Dim 22 Mar - 11:42

*_* Bon courage Dhruva ♥️
Super choix de vava oui

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ Une étoile qui a cessé de briller. Une fleur fanée. Un soleil qui ne se lève jamais. Un gout amer dans la bouche. Une douce mélancolie. « Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…» Son coeur est mort. Son âme perdue. Ses mains maculées de sang. Ambal, la mère brisée.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Accro des Urnes

Pseudo web : Sammix
Profession : Ethnologue
Messages : 2165
Date d'inscription : 25/02/2015
Age du personnage : 28 ans
Double compte : Tessa
Avatar : Teresa Palmer


MessageSujet: Re: dhruva ☽ soldat d'écume   Lun 23 Mar - 15:56

Re-Bienvenue
Bellamy :21:

_________________
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: dhruva ☽ soldat d'écume   Mar 24 Mar - 16:38

BELLAMYYYY :20: :20:

merci à tous pour vos bons mots j'ai très hâte de jouer Dhruva :38:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: dhruva ☽ soldat d'écume   Mer 25 Mar - 15:08

J'ai adoré ton histoire, elle se lit comme pour rien !
Validé !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: dhruva ☽ soldat d'écume   

Revenir en haut Aller en bas
 

dhruva ☽ soldat d'écume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders ::  :: Cimetières des Perdus-