ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Mer 8 Avr - 21:51


“ Charlie Jane Moncky ”

On ne peut pas être plus pessimiste quand on est perdu dans la jungle


“introduction”
Je m'appelle Charlie Jane Moncky, mais on m'appelle plutôt Lily ou Monkey. J'ai 25 ans. Je suis né(e) le 18 Mars à Londres. Avant d'arriver ici, j'étais étudiante en anthropologie, spécialisée en anthropologie culturelle. Et, je fais parti du groupe des aventuriers. Oblivion, pour moi, c'est comme si je venais de me perdre dans un rêve.


¤¤¤



On a pas vraiment eu le temps de s'habituer à tout ça. On est là, on sait pourquoi on est là. Mais on ne sait plus vraiment comment on est arrivé là. Comment on en est arrivé ici ? Je ne sais plus moi même. Les choses ont rapidement mal tourné pour nous depuis qu'on est arrivé sur cette terre inconnu. Pourtant, je suis certaine qu'on est passé à côté de quelque chose d'essentiel. Essentiel pour notre survie. Je crois pas qu'on arrivera à en ressortir vivant de cette aventure. Je suis une peu déçue, je crois que je ne pourrais jamais faire une thèse sur ce monde magique et probablement imaginaire. Parfois je me dis qu'on est tous logé dans le même rêve et que chaque pas fait en avant nous ramène trente fois en arrière. Mais je me laisse pas abattre. Mon objectif c'est de trouver mes professeurs et de les laisser nous guider. Ils doivent en savoir plus que nous. J'en suis certaine.


intrépide - dynamique - souriante - sociale - curieuse - aventurière - imprudente - impatiente - têtue (surtout si elle a tort) - boudeuse
→ Si j'étais un animal : Une baleine bleue
→ Si j'étais une plante : Une magnifique fleur qu'on ne pourrait pas cueillir sous peine de mourir
→ Si j'étais une merveille : Zeus Olympien
→ Si j'étais une couleur : Je n'ai pas de préférence!

→ Nom de l’anecdote : Elle espère pouvoir apprivoiser un petit animal dans Oblivion, dans l'espoir qu'il ne la dévore pas pendant son sommeil.
→ Nom de l’anecdote : Elle a les pieds palmés et déteste les montrer.
→ Nom de l’anecdote : C'est une grande fan de cuisine mexicaine
→ Nom de l’anecdote : Elle a une peur bleue des chenilles et des endroits aquatiques dont on ne voit pas le fond
→ Nom de l’anecdote : Elle dort très peu mais pète toujours la forme. Il n'est pas rare de la voir lire ou étudier quelque chose durant la nuit
→ Nom de l’anecdote : Elle a un QI très élevé
→ Nom de l’anecdote : Elle est passionnée de photographie et se trimbale constamment avec son appareil photo (qui lui a coûté un rein). Elle a d'ailleurs gagné un prix Pulitzer dont elle ne parle jamais, pour une photo que le New York Times a utilisé pour un article.
→ Nom de l’anecdote : Récemment, elle a publié un livre qui s'appelle "Légende d'humanité" regroupant divers légendes urbaines concernant les anciens peuples de la Terre, tels que Les Maya, L'Egypte Antique, La Grèce Antique, ect... Il ne s'est pas beaucoup vendu puisqu'il a été outrageusement critiqué par la presse en étant nommé de "ramassis de mensonges", "imposteur", "nid à déjections". Malgré tout, elle estime que toutes ses théories sont vraies mais mal reconnues.


“ que cesse la mascarade ”

parce qu'on sait que tu es un lutin maléfique


Allez, avoue tout ! Dans la vraie vie, tu es qui ? Lilypops. Tu as un prénom j'imagine ? Anaïs. Et quel âge tu as ? 29 ans. 7 Wonders, tu l'as connu comment ? j'ai suivis le projet sur PRD!. Et tu en penses quoi ? J'adore!. Quel est ton dernier mot, petit scarabée ? Mangez des pistaches! .


Dernière édition par Charlie Moncky le Sam 25 Avr - 23:46, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Mer 8 Avr - 21:51




“ histoire ”

citation




Aussi longtemps que je me rappelle, j'ai toujours été passionnée d'histoire. D'abord par mon père qui était un historien reconnu pour ses livres et ses découvertes. Puis aussi par mon grand père. Et mon arrière-grand-père. Et ainsi de suite. Une histoire de famille. C'est le cas de le dire. Déjà toute petite, j'aimais lorsque mon grand-père me racontait ses longs voyages à travers le monde, me parlant des peuples existants ou perdus. Déjà à commencer par les Mayas. Je me souviens qu'il m'avait rapporté un médaillon aztèque représentant un calendrier. Je comprenais pas ce que ça pouvait représenter à l'époque et je sais que c'est une breloque achetée sur un marché. Mais qu'importe, c'est de mon grand-père. Je l'ai toujours d'ailleurs.

Puis, il y a eu mon père. Assez peu présent durant le début de mon enfance, quelques années avant mon adolescence, il a commencé à rester à la maison pour écrire des bouquins. Parfois, je l'aidais dans ses recherches. C'est comme ça que j'ai commencé à me passionner pour l'histoire. Mais, ce n'était pas juste l'histoire. Mais surtout l'être humain qui me passionnait. Voir des peuples capables de bâtir des monuments colossaux me coupaient le souffle. Et j'aimais écouter mon père m'en parler durant des heures. Je me souviens encore, nous habitions à Londres. Dans le quartier de Kensington plus précisément. Notre maison n'était pas très loin du Musée d'histoires naturelles où Papa travaillait à l'époque. Je me souviens que je m'installais toujours sur cet immense tapis persan qui fleurait bon le jasmin. J'avais renversé un flacon d'huile essentielle dessus et l'odeur n'était jamais complètement partie. Et Papa s'installait dans son fauteuil préféré. Un vieux fauteuil à oreilles où je faisais souvent ma sieste l'après midi. Ou bien j'y lisais quand mon père n'était pas là. Et j'admirais les ouvrages qu'il tenait délicatement entre ses mains, faisant lentement glisser ses doigts sur les pages en me racontant ce qu'il y était écrit.

Mes rêves d'enfants étaient peuplés de princesses indiennes, de créatures mythologiques, de batailles, défaites et victoires. Je me passionnais énormément pour les cultures des nos ancêtres. Énormément. Les Mayas, les Incas, les Aztèques. Tant de savoir oublié. Mais, en grandissant, j'ai voulu en apprendre plus. Bien sur, j'étais perpétuellement fourrée à la bibliothèque (au point que je n'ai eu qu'un seul et unique petit ami) et je ne voulais pas être ailleurs. J'ai commencé à moi-même faire des recherches. À l'époque, j'ai brillé dans presque toutes les matières, sauf en sport. Je dois avouer que je suis aussi raide qu'une poutre de métal. Mais bon, j'y travaille comme je peux.

Alors que le temps avançait, je devais enfin choisir une université pour aller faire mes études. Grand-père et Papa m'avaient conseillé Cambridge, tout comme eux. Mais pour une fois, je voulais que, moi, Charlie Moncky, je sois diplômée d'Harvard. Certes, ma mère s'était affolée que je parte si loin. Mais j'avais l'appuie de mon père et de mon grand-père. Et je suis certaine que j'aurais eu l'appuie de mon arrière-grand-père aussi ! À force d'insister, j'ai réussi à convaincre Maman. Sous la condition de l'appeler tous les jours ! Et de prévenir si j'avais le moindre problème ou besoin de quelque chose. De soupir en soupir, je suis parvenue à enfin aller m'installer à Harvard. J'étais folle de joie. Folle de joie !

Mais je ne m'attendais pas du tout à rencontrer mon seul et unique amour à Harvard. Il est beau comme un dieu. C'est mon dieu Norvégien. Il a des yeux bleus où j'aime me noyer. J'aime le regarder et me dire que je ne trouverais jamais mieux que lui. Lorsque l'on s'est rencontré, j'ai cru qu'il se moquait de moi et pourtant, je me suis laissée porter par la vague de l'amûûûûr !!! Et puis, notre relation était magnifique, magique. Il m'a fait voyager. Il m'a soutenu. Il m'a aidé pour mon livre. Sans lui, je n'aurais jamais publié mon livre. Même s'il ne marche pas. Je regrette de l'avoir perdu mais je ne me sens pas l'unique fautive. Je sais que je ne trouverais pas mieux que lui, jamais...



Un dernier rire avant l'adieu?

Il est là. Juste là. Près de l'arbre. Un an qu'elle ne l'a pas revu et le voilà qui se pointe avec son sourire en coin de charmeur de serpents et son attitude si décontractée. Si sûr de lui. Si seulement son sourire pouvait lui exploser au visage. Une rage intérieure se met à gronder. Les poings se serrent. Mais soudainement, quelqu'un d'autre apparaît dans son champs de vision, tirant la jeune Charlie de sa colère sourde. Clignant plusieurs fois des yeux, la brune reconnu le visage familier de son grand frère qui lui adresse un large sourire avant de venir s'installer près d'elle, attrapant un verre de champagne qui passe à sa portée.
- Tu veux que j'aille lui démonter la mâchoire ?
- Je ne crois pas que ce sera nécessaire ! Ria t-elle en jetant un bref coup d'oeil au jeune homme qui ne semblait pas vouloir la lâcher du regard. La demoiselle finit par regarder son frère avec attention. Pourquoi est ce qu'il est là ?
- Je n'en ai pas la moindre idée mais je sens que tu vas rapidement le découvrir !
Charlie observa Peter se lever, saluant alors le jeune homme qui avait bougé jusqu'à eux. Son frère ne pouvait pas l'abandonner maintenant alors que l'intrus venait justement lui parler. Se mordant la lèvre, la jeune femme lança un regard implorant à son frère pour qu'il reste avec elle. Peter lui adressa un large sourire et leva son pouce vers le haut pour l'encourager à ne pas se laisser faire. Poussant un soupire d'agacement, Charlie se détourna rapidement alors que le jeune garçon s'installait à la place occupée par son Peter un peu plus tôt. Peut être que si elle l'ignorait assez longtemps, il finirait par partir. Elle en doutait vraiment.
L'homme qui se tenait donc près d'elle désormais, était tout simplement son ex petit-ami. Et Charlie se détestait de l'aimer encore après tous ces mois à tenter de l'oublier. En vain. Visiblement, être amoureuse d'un type comme lui était bien plus douloureux qu'elle ne l'avait imaginé. Aussi loin que remontait ses souvenirs, ils s'étaient séparés parce qu'ils n'arrivaient plus à s'entendre. La routine des études, des voyages. Les absences prolongés et le manque de soutien. L'un comme l'autre, ils avaient leur part de responsabilité dans cette rupture mais ça faisait encore trop mal au cœur de Charlie. La jeune femme ne supportait pas de le voir, de le regarder. Plonger à nouveau ses yeux vert dans l'océan interminable du bleu de ses yeux était pour elle un supplice qu'elle ne pouvait endurer. Pinçant les lèvres, Charlie fit tourner son verre dans sa main, regardant les invités présents. Il y avait pas mal de monde à cette réception pour fêter Pâques. Réception organisé par le comité des étudiants de l'Université d'Harvard
- Charlie ? Charlie regarde moi s'il te plait...
La jeune femme ne répondit pas. Elle ne s’exécuta pas non plus. C'est alors qu'elle eut un léger sursaut tandis qu'il lui attrapait doucement le menton pour lui faire tourner la tête. Ne pas regarder ses yeux. Ne pas regarder ses yeux. Trop tard. Mon dieu, il est tellement beau. Il n'a pas changé. Tentant de contenir une grande envie de pleurer, Charlie observa cet homme qu'elle aimait encore bêtement.
- Comment tu vas ? Elle est sympa cette petite fête non ?
Plissant les yeux, Charlie ne comprenait pas son intervention soudaine. Du coup, elle ne répondit pas, tentant de se concentrer sur autre chose. Comme de tenter de se rappeler la couleur de son soutien-gorge. Flûte, elle n'en portait pas. Alors celui de son string. Elle en portait bien un oui. Charlie cligna plusieurs fois son nom alors que le bellâtre l'appelait à se réveiller.
- Qu'est ce que tu veux ?!
- J'ai besoin de toi Charlie. Tu te souviens de nos professeurs d'histoire et géologie ? Ils ont disparu il y a un an après un voyage en Égypte... Personne ne sait ce qu'ils sont devenus. Rappelle toi, ils t'avaient beaucoup soutenue pour ton livre non ?
- Retraite anticipée ? Qu'est ce que tu veux que je te dise ? Je n'ai pas eu contact avec eux depuis un an justement... Pourquoi tu viens me parler de ça ? Tu es détective maintenant ?
- Non Charlie tu ne comprends pas ! Il l'empoigna par les épaules, la faisant pivoter vers lui. J'ai été en Égypte, je les ais cherché et je n'ai rien trouvé ! Ils se sont volatilisés ! Le jeune homme fouilla sa poche pour en sortir un petit carnet. J'ai été à leur hôtel, j'ai posé des questions. Tu connais mon arabe, il est...
- Merdique, oui je sais.... Mais qu'est ce que tu essaies de m'expliquer ?!
- Personne ne les as vu, comme s'ils n'avaient jamais existé ! Et je sais qu'ils devaient se rendre dans la pyramide de Khéops mais... Je devais rentrer à New York pour une affaire urgente. Je veux que tu viennes avec moi en Égypte et que tu m'aides à les retrouver. Pour eux !
Charlie dévisagea son ex comme s'il venait de lui apprendre qu'il avait vu une otarie chanter l'hymne américain en faisant des claquettes. Puis elle éclata de rire avant de se lever. Elle le savait vraiment drôle mais là, c'était inimaginable. Il se moquait d'elle, c'était sûr. Charlie le fixa avec beaucoup d'attention.
- Vraiment, tu m'as toujours fait rire. Mais cette blague là, elle est géniale ! Garde la sous le coude !
Charlie s'éloigna alors. Elle devait tirer un trait sur tout ça. Il lui restait encore un an et demi à passer à Harvard avant de reprendre le chemin de Londres et de faire sa misérable vie de professeur d'anthropologie. Alors qu'elle s'éloignait, son ex la rappela.
- S'il te plait Monkey ! Un dernier voyage ! Ton dernier voyage et je te promet que je te laisserais tranquille le reste de ta vie !
- Non ! Va t'en !!!



C'est quoi ce bordel?

- Je n'arrive pas à croire que tu m'as entrainé ici !
- Oui mais je l'ai fait !
- Et je n'arrive pas à croire qu'on partage la même chambre!!!
- Est ce que tu veux bien arrêter de râler et chercher ce qu'on cherche ?
- Oh... Et on cherche quoi ?! Monsieur le chercheur ?!
- Des indices...
Charlie avançait en tenant sa torche électrique. Son bras était fébrile. Elle était tellement en colère après son ex qu'elle en tremblait. Vraiment. La jeune femme avait tellement envie de l'assommer. Elle n'arrivait pas à croire qu'il avait réussi à l'entrainer dans cette aventure. Et maintenant, elle n'était pas prête de s'en sortir. Ça faisait plus de trois semaines qu'ils se fatiguaient à chercher des indices sur la mystérieuse disparition des deux professeurs. Son tendre ex amour avait eu l'adorable idée de réunir les trois personnes qu'il préférait le plus au moins. Enfin, si on pouvait compter Charlie dans le lot. Peut être qu'il tentait juste de la tuer. Monsieur avait décidé de faire venir sa sœur et son meilleur ami. Que leur séparation date c'était un fait mais que son ex belle-sœur continue de lui rejeter la faute dessus, malgré que son ex la défendait en permanence, bien conscient qu'ils étaient tous les deux fautif, Charlie n'avait qu'une hâte, s'était de rentrer chez elle. De finir ses études. Et d'aller moisir dans son futur bureau de professeur.
Des indices. Charlie ne voyait absolument pas comment ils arriveraient à trouver quoi que ce soit ici. Et ici c'était la pyramide de Khéops. Si, dans un autre contexte, Charlie aurait été folle de joie de venir ici, pour le moment ce n'était pas le cas. Tout simplement parce qu'elle était mal accompagnée. La jeune femme avançait sans grande conviction, manquant même de perdre le groupe par moment. Mais alors qu'ils arrivaient dans une immense salle, Charlie se stoppa net, soupirant d'agacement.
- Et tu sais où on doit chercher ?!
- Non, je ne sais pas Monckey mais je cherche quand même !
Charlie leva les yeux au plafond et finit par poser son lourd sac de randonné sur le sol. Elle attrapa la gourde et commença à boire une longue gorgée quand quelque chose attira son attention. Fronçant les sourcils, Charlie s'approcha alors pour reconnaître un petit carnet tombé non loin du mur. Tout en le ramassant, elle put se rendre compte qu'il s'agissait du carnet d'un de ses professeurs. Elle l'avait déjà vu noter des trucs dedans à la fin des cours. La jeune femme entreprit alors de l'ouvrir, braquant la torche dessus. Mais il n'y avait rien d'intéressant là dedans. Charlie soupira doucement, glissant le carnet dans la poche arrière de son mini short.
- Il n'y a rien d'intéressant par i-... Hum... Les gars ?
Mais il n'y avait plus personne dans la salle. Ils ne l'avaient quand même pas abandonnée là ? Si ? Ce serait tout à fait le genre de son ex de faire ce genre de blague. Charlie pinça les lèvres, dirigeant le faisceau lumineux autour d'elle dans l'espoir de trouver une trace de quelqu'un qui se cache.
- Je vous préviens... je trouve pas ça drôle !
Pinçant les lèvres, Charlie remarqua que les traces de pas dans la poussière au sol ne quittaient pas la salle. Donc, ils se trouvaient encore ici. Mais où ? Après avoir récupérer ses affaires, Charlie suivit alors les pas de ses compagnons qui s'engageaient dans un petit couloir. C'est alors qu'une lueur, d'abord douce, commençait à l'aveugler. Charlie continuait malgré tout à avancer, pensant qu'il s'agissait là d'une sortie.
- Eho ? Vous êtes là ?!
La jeune femme éteignit sa torche et la rangea dans son sac à dos, continuant d'avancer. Peut être qu'elle aurait du être plus méfiante. Mais après tout, son imprudence et son esprit d'aventurière étaient bien connus du reste du groupe non ? Alors que Charlie pensait ressortir de la pyramide, après elle n'avait pas le plan de la pyramide, et retrouver le désert de Gizeh, ce fut un tout autre monde qui s'étalait sous ses yeux. Et surtout, il y avait ses trois compagnons qui semblaient être aussi choqués qu'elle. Depuis quand la pyramide abritait un monde dont personne ne semblait avoir entendu parlé ? Venant se mettre entre son ex et son ami, Charlie observa la jungle qui s'étendait à perte de vue, la bouche entrouverte. Pour cette fois, elle avait la bouche clouée et ne pouvait prononcer le moindre mot.




Dernière édition par Charlie Moncky le Sam 25 Avr - 22:29, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Mer 8 Avr - 21:51




“ test RP”

citation


On avait pas prévu ça!

Le réveil fut difficile. Difficile parce que Charlie avait perdu l'habitude de dormir dans quelque chose de confortable. Allongée dans un hamac -bien plus confortable que le sol-, Charlie fixait le plafond de la hutte. Peut être qu'il allait lui donner les réponses à ses questions. La première question qu'elle se posait était : comment ils en étaient arrivés ici ? Charlie ne se souvenait même plus du pourquoi, du comment. Elle avait la sensation de nager en plein brouillard. Rien ici ne lui rappelait le moindre pays qu'elle avait connu. Bon, peut être l'Amazonie en plus dangereux. Avec une chaleur plus étouffante et une diversité de faune et de flore effroyablement impressionnante. Combien de créature allait elle rencontrer ici ? Combien de créature qu'elle ne connaissait pas ? Pas de légendes, de folklores, de mythes. Ici, tout était bien réel. Vraiment réel. Tout comme cet étrange scarabée bleu azur qui était venu se poser sur son sac à dos cette nuit, ressemblant alors à une broche vivante. Enfin, il n'avait pas eu l'air de vouloir l'embêter plus que ça puisqu'il n'avait pas bougé de la nuit. Charlie l'avait entendu partir au petit matin, se prenant trois fois le mur avant d'en sortir.

Malgré tout, Charlie se sentait courbaturée et affamée. Elle n'avait pas vraiment mangé depuis leur arrivée ici. Et heureusement que cette femme les avait trouvés, sinon elle était persuadée qu'ils seraient en train d'agoniser dans un coin sombre de la forêt. Probablement que des singes cannibales  attendraient patiemment leur dernier soupir avant de se jeter sur eux pour leur dévorer les entrailles. Rien qu'à cette idée, Charlie se redressa, la main sur le cœur, une nausée naissante. Elle avait besoin d'air. Quittant son hamac en se vautrant lamentablement sur le sol, Charlie finit par quitter la hutte, n'ayant pas fait attention si les autres étaient levés ou non. Quelle chaleur de si bon matin, qu'est ce que ça allait être cet après-midi ? Charlie se massa la nuque doucement, poussant un léger soupir. Ça n'allait pas être de tout repos de vivre ici. Son regard se déporta un peu autour d'elle, remarquant alors que l'endroit s'animait déjà. Où était leur ange gardien ? Charlie ne le savait pas.

Cette jeune femme, dont elle avait déjà oublié le nom, les avait sauvé. Et Charlie aurait aimé pouvoir la remercier. Elle avait été surprise de constater qu'elle parlait leur langue. Enfin anglais du moins. Malgré un accent indéfinissable, c'était compréhensible. Charlie se demandait bien pourquoi elle ne les avait pas tués. Enfin, il était bien de constater que ce peuple savait être très accueillant. Le meilleur ami d'Adam avait été atrocement malade après avoir mangé quelque chose sans se demander de quoi il s'agissait. Pourtant, les autres l'avaient prévenu de ne pas le faire. Mais bon, une équipe complètement de personnes plus têtues les unes que les autres n'aidait en rien. Heureusement que cette femme avait été là. Bon sang mais où se trouvait elle ?

Soupirant de nouveau et n'ayant pas encore la force de chercher, Charlie entreprit de marcher un peu. Heureusement qu'il était à couvert ce camp, sinon Charlie était persuadée qu'elle grillerait sur place. Elle qui n'aimait pas spécialement la chaleur. Il était loin le temps froid et pluvieux de Londres. Occupée à marcher en tentant de remettre ses pensées en ordre, Charlie ne remarqua pas du tout qu'elle était suivie par quelqu'un. Enfin, alors qu'elle se stoppa un court instant, quelque chose lui sauta sur le dos. C'était bien léger mais assez lourd pour la faire hoqueter de surprise. C'est alors qu'une queue douce et duveteuse s'enroula autour de sa gorge et que des petites mains se posèrent sur ses tempes. Le petit cri poussé par l'animal laissait présager qu'il s'agissait d'un singe, mais lequel ? Charlie n'était pas zoologiste et elle ne connaissait pas les animaux par cœur.

Dis donc, t'as pas l'impression de squatter ?

Peut être qu'il appartenait à quelqu'un ce petit singe. Il ne semblait plus vouloir se détacher d'elle et elle n'avait pas le cœur à le repousser. En tout cas, il était bien familier. Peut être qu'il voulait quelque chose à manger. Charlie fouilla alors les poches de son mini-short et en dégotta un reste de biscuit. À peine avait elle levé la main vers le petit singe qu'il s'empara du morceau de biscuit pour le grignoter, sur elle. Charlie sentait les miettes lui tomber dans la nuque. Soupirant doucement, elle fit une moue blasée.

Surtout ne te gêne pas ! J'aimerais me réincarner en table !


Dernière édition par Charlie Moncky le Dim 26 Avr - 21:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Accro des Urnes

Pseudo web : Sammix
Profession : Ethnologue
Messages : 2165
Date d'inscription : 25/02/2015
Age du personnage : 28 ans
Double compte : Tessa
Avatar : Teresa Palmer


MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Mer 8 Avr - 23:49

Re-Bienvenue alors

_________________
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Jeu 9 Avr - 10:01

Re-bienvenue alors miss !
Tu connais la musique, si tu as la moindre question n'hésites pas !
En tout cas très bon choix de pseudo et d'avatar, je suis fan ! :32:
Je viendrais surement t'arracher un lien. :38:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Plaque tournante du trafic de sèche-cheveux ♪ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Chasseresse
Messages : 1567
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Sila'ë Achal
Avatar : Freida Pinto


MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Mar 14 Avr - 12:42

Rebienvenue ♥️ Je n'avais pas vu ta fiche <3
J'adore ce début ** Si tu veux évoquer Ambal dans ton histoire, tu peux si tu as besoin

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ Une étoile qui a cessé de briller. Une fleur fanée. Un soleil qui ne se lève jamais. Un gout amer dans la bouche. Une douce mélancolie. « Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…» Son coeur est mort. Son âme perdue. Ses mains maculées de sang. Ambal, la mère brisée.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Plaque tournante du trafic de sèche-cheveux ♪ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Chasseresse
Messages : 1567
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Sila'ë Achal
Avatar : Freida Pinto


MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Sam 25 Avr - 23:18

Tu ne remplis pas la partie hors jeu ? ♥

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ Une étoile qui a cessé de briller. Une fleur fanée. Un soleil qui ne se lève jamais. Un gout amer dans la bouche. Une douce mélancolie. « Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…» Son coeur est mort. Son âme perdue. Ses mains maculées de sang. Ambal, la mère brisée.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Sam 25 Avr - 23:46

Désolée, c'est fait!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Plaque tournante du trafic de sèche-cheveux ♪ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Chasseresse
Messages : 1567
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Sila'ë Achal
Avatar : Freida Pinto


MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Dim 26 Avr - 21:02





“ AVENTURIER ”

bienvenue en Oblivion, mon petit



Félicitations, tu es validée ! J'espère que cette fois-ci ça sera la bonne pour toi ♥️
L'équipe de 7W est ravie de te compter parmi les petits pions de Chiere, et nous espérons que tu vas te plaire en Oblivion.

J'ai adoré ton test ! "Probablement que des singes cannibales attendraient patiemment leur dernier soupir avant de se jeter sur eux pour leur dévorer les entrailles. " + la citation du titre + tes paroles xD Bref, j'adore Charlie & le groupe que tu as crée vraiment c'est très prometteur =) J'ai hâte de RP avec toi :)

Bon jeu à toi, n'hésite pas à me faire signe si tu as besoin de quoi que ce soit :aloha:

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ Une étoile qui a cessé de briller. Une fleur fanée. Un soleil qui ne se lève jamais. Un gout amer dans la bouche. Une douce mélancolie. « Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…» Son coeur est mort. Son âme perdue. Ses mains maculées de sang. Ambal, la mère brisée.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   Dim 26 Avr - 21:14

Merci Emballe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."   

Revenir en haut Aller en bas
 

"On a joué à traverser le mur pour aller à la voie 9 3/4, comme dans Harry Potter. Mais la gare n'était plus là..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders ::  :: Cimetières des Perdus-