ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 16:56



ORPHELINS


Ce sont les proches des explorateurs disparus au fil des années, ou leurs descendants. Ils font partie du groupe d'une quarantaine de courageux partis avec James McAllister pour en apprendre plus sur le mystère des sept merveilles. Ils vivent au Village des Orphelins sur le Mont Céleste et tâchent de conquérir les sept clés pour retrouver le chemin de la maison, tout en effectuant des recherches poussées pour retrouver les membres de leur famille ou leurs êtres aimés. Ils viennent d'horizons très variés et appartiennent à toutes les ethnies que compte la planète. Ils ne s'entendent pas forcément très bien les uns avec les autres, mais ils sont tous dans la même galère...


FEMMES
Vikki Jenssen - Jennifer Morrisson
Natacha Raliva - Scarlett Johansson
Tracy Davis - Rachel Weisz
Cassandre Ardant - Diane Kruger
Mary Tremaine - Anne Hathaway

HOMMES
John Tremaine - Colin O'Donoghue
James McAllister - Alex O'Loughlin
Isaac Versondre - Tom Mison
Alec Rosenthal - Gaspard Ulliel






Dernière édition par Seven le Sam 31 Oct - 20:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 17:04

“ natacha vladimirovna raliva ”

scarlett johansson - peu négociable - libre


“informations générales ”

→ Nom : Raliva
→ Prénoms : Natacha Irina
→ Surnom : Au choix
→ Âge : 27 ans
→ Date et lieu de naissance : 16 mai 1989, à Nakhodka (Sibérie)
→ Profession : Escrimeuse professionnelle
→ Avis sur Oblivion : C'est un univers effrayant. Elle est habituée aux vastes étendues gelées de la Sibérie - pas à la chaleur étouffante de la jungle. Les bruits, les odeurs, l'humidité de l'air : tout cela l'effraie un peu et depuis son arrivée, elle est constamment épuisée par ce changement brutal de climat. L'Égypte, à côté, c'était une plaisanterie.





→ Si j'étais un animal : Antilope saïga
→ Si j'étais une plante : Edelweiss
→ Si j'étais une merveille : Le temple d'Artémis
→ Si j'étais une couleur : Bleu Glacier
Franche Optimiste Loyale Déterminée Froide Intelligente Fidèle Hardie Méfiante Réfléchie Sage Prudente

“La femme n'est pas seulement une malade, mais une blessée. Elle subit incessamment l'éternelle blessure de l'amour. [Jules Michelet]”

   
Natacha est une petite princesse des glaces, de la tête aux pieds : blonde comme l'éclat du soleil sur les étendues gelées de la Sibérie, et des yeux aux teintes polaires des glaciers. Même son tempérament est baigné de froid : distante et méfiante, elle ne se réchauffe qu'après une longue approche. Benjamine d'une fratrie comptant un fils et trois filles, elle a souvent été négligée au profit de ses deux autres sœurs : l'une étant particulièrement intelligente et l'autre artiste douée. Délaissée, Natacha n'a reçu d'attention que de la part de son frère, l'aîné de la fratrie, sportif de haut niveau, qui l'encouragea dans cette voie. Natacha choisit l'escrime, et dès l'âge de quatorze ans, mit tous ses efforts à se démarquer de ses sœurs. Elle accumula les récompenses et les médailles, et rencontra lors d'une compétition Vladimir, qui représentait la Russie dans l'équipe masculine. Ils sympathisèrent, commencèrent à se fréquenter, et Natacha s'adoucit à son contact.

Le passe-temps préféré de Vladimir, c'étaient les voyages. C'est au cours d'un séjour en Égypte qu'il disparut sur le plateau de Gizeh, laissant celle qui était devenue sa fiancée sans aucune nouvelle. La glace se reforma autour du cœur de Natacha, qui s'isola un peu plus de la société, sans pour autant cesser d'aimer passionnément cet homme qui lui avait échappé. Quand James McAllister la contacta au sujet de Vladimir, elle hésita à le suivre. C'est une blessure sévère à l'épaule qui la décida à mettre sa carrière entre parenthèses pour se joindre à l'expédition.

Depuis son arrivée en Oblivion, elle découvre un monde étrange qui lui fait peur. Très croyante, elle s'en remet à Dieu pour guider son chemin et puise du réconfort dans sa foi. Elle n'est pas habituée aux climats tropicaux et la chaleur l'épuise totalement. Natacha est une fleur fragile qui courbe silencieusement la tête avant de faner, seule et abandonnée. Elle n'a pas perdu l'espoir de retrouver Vladimir, mais la rigueur du climat la fatigue beaucoup et elle n'est pas très utile à la communauté. Les Chieresques font de leur mieux pour la requinquer, mais leurs efforts ne sont guère concluants et Natacha décline doucement. Il ne faudrait pas que son séjour s'éternise de trop...
   

   
→ Je suis ta propriété : Natacha a récolté de nombreuses blessures au cours de sa carrière. Néanmoins, il en est une qu'elle chérit particulièrement : elle se situe juste au-dessus de son cœur, là où un fleuret d'entraînement l'a égratignée plutôt profondément. C'était Vladimir qui le maniait, et ils disent tous deux en plaisantant qu'elle porte sa marque.
   

   

   

“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

   
JAMES MCALLISTER ; alex o'loughlin Le chef des Orphelins se sent un peu responsable de la slave en perdition qui dépérit sous le climat tropical d'Oblivion. S'il n'était pas allé la chercher dans son pays glacial, elle ne se serait jamais retrouvée là – alors il tente comme il le peut de veiller sur elle, sans s'imposer non plus. De son côté, Natacha apprécie les efforts de James, tout en les refusant. Elle ne tient pas à dépendre de quiconque. Ils s'apprécient donc, et James parvient bien à cacher sa profonde inquiétude pour la santé de Natacha.
   
TRACY DAVIS ; rachel weisz C'est explosif entre elles. Tracy et Natacha, deux esprits bien différents,d eux créatures tellement opposés que rien ne saurait les concilier. Tels les deux pôles d'un aimant, les deux femmes se repoussent l'une l'autre, ne parvenant pas à se comprendre. Pour Natacha, Tracy brasse de l'air inutilement et tient bien trop à ce qu'on la remarque, pour reconnaître son talent et son génie. Aux yeux de Tracy, Natacha est trop narcissique et se focalise bien trop sur sa propre faiblesse, tenant à se faire plaindre et chouchouter. Incompatibilité profonde : à chaque fois qu'elle se croise, les mots fusent, épuisant un peu plus Natacha.
   
GABRIEL CASTIEL ALVAREZ ; alex pettyfer Gabriel aime bien apprendre de nouvelles langues, et Natacha est l'occasion d'assimiler quelques rudiments de russe. Il est bon élève, et parvient à la faire sourire, la tirant de la lourde torpeur dans laquelle le climat tropical l'a plongée. Elle apprécie sa gentillesse et son sens de la pudeur : il ne lui impose son chagrin, et ne tente pas de découvrir les blessures qu'elle cache. Elle est venue ici pour Vladimir, mais une part d'elle s'attache à Gabriel, trop peut-être. Lui aussi commence à s'attacher à elle, aux antipodes de la sulfureuse Catalina aux yeux de braise : la slave commence à panser les blessures encore à vif de son cœur brisé.
   

   



PV créé par Sorajaï - la contacter
Avatar : Zoubi
Icônes : kirtash_girl, shalowater


Dernière édition par Seven le Mer 11 Fév - 23:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 17:31

“ tracy cathleen davis ”

rachel weisz - négociable - libre


“informations générales ”

→ Nom : Davis
→ Prénoms : Tracy Cathleen
→ Surnom : Cy'
→ Âge : 38 ans
→ Date et lieu de naissance : 14 mars 1979, Toronto (Canada)
→ Profession : Architecte
→ Avis sur Oblivion : C'est formidable. Un univers aussi étrange et curieux fascine totalement la scientifique en elle. Elle a pris un immense plaisir à créer le village suspendu des Orphelins avec l'aide des Chieresques et s'émerveille de leurs propres connaissances en architecture. Elle n'a qu'une hâte : trouver les Merveilles enfouies dans la jungle et les étudier de plus près.
   

   


   

→ Si j'étais un animal : Castor
→ Si j'étais une plante : Un châtaigner
→ Si j'étais une merveille : Le temple d'Artémis
→ Si j'étais une couleur : Brun chocolat
   
Enjouée Dynamique Curieuse Volontaire Énergique Inflexible Autoritaire Caractérielle Rancunière
   

“L'architecture, c'est de la musique figée.” [Johann Wolfgang von Goethe]

   
La petite Tracy a vu le jour dans une famille renommée pour ses esprits curieux. Née d'un père archéologue et d'une mère architecte, elle s'est inspirée de l'un comme de l'autre pour façonner sa vie. Tandis que sa sœur aînée tirait de leur père et réalisait une thèse en égyptologie, Tracy choisissait la voie de l'architecture, mais de l'architecture antique. Dès ses quinze ans, elle se mit à nourrir cette ambition dévorante de reconstruire les chefs d'œuvre de l'Antiquité, en usant des mêmes techniques et méthodes. De longues années d'étude s'ensuivirent. Contraignantes, absorbantes, mais passionnantes. Tracy s'accrocha et obtint son diplôme haut la main. Elle commença sa carrière en relevant quelques vieux châteaux français, avant de se tourner vers la Grèce et certains des vieux temples et palais de l'Antiquité.

Elle commença à acquérir une certaine renommée. Sa carrière était lancée lorsque nouvelle de la disparition de sa sœur l'atteignit. Avalée par le plateau de Gizeh – disparue, envolée, alors qu'elle faisait des fouilles non loin des Pyramides. Inquiète, Tracy se rendit sur place, tenta de participer aux recherches, qui furent promptement abandonnées faute d'indices. L'architecte se basa donc en Égypte, continua à exercer et à rebâtir des temples et des palais, mais ceux des Pharaons cette fois, en y adjoignant les plans de quelques tombeaux célèbres. C'est là que James McAllister la contacta pour lui proposer de se joindre à son expédition de recherches, six ans après la disparition de Sandy. Tracy sauta sur l'occasion et s'ajouta à l'effectif des Orphelins lorsque leur chemin les mena en Oblivion.

Pour elle, c'est une sorte de miracle. Elle, la passionnée des constructions de l'Antiquité, avait à sa disposition une partie des merveilles les plus célèbres du monde ancien. Occasion à ne pas rater : elle ne rêve que d'aller les visiter, en dépit du danger, refrénant à grand-peine son impatience. Elle en veut à James de l'avoir tenue à l'écart lors de leur expédition au temple d'Artémis et s'est promis d'y aller, malgré les mises en gardes sévères du chef du groupe. Elle a passé quelques jours dans le village suspendu des Chieresques, a étudié la manière dont leurs habitations étaient suspendues, et a reproduit le schéma en l'améliorant pour construire un village aux Orphelins. Tracy est un pilier du groupe : sa joie de vivre et son exubérance font d'elle une personne appréciée.
   

   
→ Ne jamais faire confiance à un homme : Tracy, du fait de sa carrière itinérante, n'a jamais réellement eu de relation sentimentale digne de ce nom. Seule exception : Peter Kellington, un architecte de renom et rival de taille, qu'elle faillit bien épouser, avant de le surprendre le jour même des noces en train de culbuter la fleuriste dans le confessionnal de l'église. Adieu noces, bonjour célibat : Tracy cache bien son cœur brisé sous sa jovialité et personne ne soupçonne l'affreuse blessure qui se cache derrière son sourire.
   

   

   

“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

   
NATACHA IRINA RALIVA ; scarlett johansson C'est explosif entre elles. Tracy et Natacha, deux esprits bien différents, deux créatures tellement opposées que rien ne saurait les concilier. Tels les deux pôles d'un aimant, les deux femmes se repoussent l'une l'autre, ne parvenant pas à se comprendre. Pour Natacha, Tracy brasse de l'air inutilement et tient bien trop à ce qu'on la remarque, pour reconnaître son talent et son génie. Aux yeux de Tracy, Natacha est trop narcissique et se focalise bien trop sur sa propre faiblesse, tenant à se faire plaindre et chouchouter. Incompatibilité profonde : à chaque fois qu'elle se croise, les mots fusent, épuisant un peu plus Natacha.
   
ARIANE DE BOHEMONT ; evan rachel wood Dix ans les séparent et pourtant Ariane et Tracy sont amies malgré leurs différences. Elles partagent toutes deux une passion pour les merveilles d'Oblivion, les coutumes des chieresques, le danger de la jungle. En Oblivion depuis plus longtemps que Tracy, Ariane se trouve totalement dans son élément, Tracy aussi mais, les Orphelins forment une sorte de rempart à la soif d'aventures de l'architecte. Ariane a promis à Tracy de lui faire découvrir les moindres recoins d'Oblivion et, surtout, le temple d'Artémis que Tracy rêve de voir. Ariane est très attachée à Tracy, elle voit en elle une compagne de jeu néanmoins, elle craint que son côté morbide et son caractère viennent entacher cette relation pour le moment sans accroc.
   
ISTALIA THALIA KALIGARIS ; jessica chastain Thalia et Tracy. Deux connaissances. De nombreux points communs. La même profession. Et une douce rivalité naturelle qui s'est installée entre elles, une compétition amicale entre architectes. L'une a bâti une splendide maison dans les arbres. L'autre, un village pour les Orphelins. Elles s'apprécient et se respectent. Elles se jaugent et essayent de se comprendre. Un lien invisible les unit et les pousse à se surpasser pour égaler l'autre. Un challenge pour déterminer laquelle des deux sera meilleure que l'autre. Une ambition sans faille pour améliorer un mode de vie. Les deux réunies, elles pourraient faire des merveilles en Oblivion, en attendant c'est plus amusant de vouloir dépasser ses limites.
   

   



PV créé par Sorajaï - la contacter
Avatar : Cristalline / Icônes : lj, arwene


Dernière édition par Seven le Mer 11 Fév - 23:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 17:36

“ cassandre denise ardant ”

diane kruger - négociable - libre


“informations générales ”

→ Nom : Ardant
→ Prénoms : Cassandre Denise
→ Surnom : Cass'
→ Âge : 35 ans
→ Date et lieu de naissance : 19 septembre, Tours (France)
→ Profession : Archéologue - spécialisation Égypte
→ Avis sur Oblivion : Elle est partagée. Une part d'elle est fascinée par tout ce qu'elle découvre, et le rôle de la Pyramide de Khéops dans cette affaire l'intrigue grandement. Elle est déterminée à percer le mystère de ce lieu étrange. Mais une autre partie de son être est terrifiée par l'inconnu, la jungle, les phénomènes surnaturels et surtout, surtout ! La perspective de retrouver son premier époux en vie...
   

   


   

→ Si j'étais un animal : Louve
→ Si j'étais une plante : Rose sauvage
→ Si j'étais une merveille : Zeus Olympien
→ Si j'étais une couleur : Or
Angoissée Maniaque Passionnée Motivée Réfléchie Douce Généreuse Susceptible Sociable Inventive Calme
   

“C'est bigamie d'aimer et de rêver.” [Odysseus Elytis]

   
Cassandre Denise Louvier, née de Simon et Charlotte Louvier, dans la jolie ville de Tours par un beau jour d'automne. Fille unique, elle n'en fut que plus chérie et adorée dans son enfance, alors que son caractère se forgeait au contact de ces parents dévoués que le destin lui avait donnés. Cassandre nourrit dès son plus jeune âge une passion dévorante pour l'Égypte, fascinée par les légendes et contes antiques que son père, égyptologue amateur, lui racontait le soir avant de dormir. Le panthéon des Dieux l'intriguait, la majesté des temples et bâtiments suscitait en elle une grande admiration. Elle en fit son métier. Pendant ses études à Paris, elle rencontra Alexandre Beauharnais, qu'elle aima et finit par épouser l'été de ses 23 ans. Couple harmonieux, vie tranquille, études passionnantes : tout allait bien pour eux, jusqu'à ce que, deux ans plus tard, il ne finisse par disparaître pendant un stage sur le plateau de Gizeh. Cassandre rentra en France sans lui, désespérée.

Puis le temps passa. Elle obtint son diplôme, se mit à exercer, rencontra un autre homme, le fréquenta, laissant le souvenir d'Alexandre s'estomper. Son premier époux déclaré mort, elle accepta d'épouser François Ardant, peintre de son état et totalement coupé du monde de l'archéologie. Seulement voilà : lorsque James McAllister la contacta six mois plus tard, lui expliquant qu'il était possible de retrouver les disparus... Une angoisse terrible la saisit. Et si Alexandre était encore en vie ? S'il était là, quelque part ? Comment choisir entre ses deux époux, elle la femme bigame, amoureuse de l'un comme de l'autre ? Alors elle a rejoint l'expédition, sans en parler à son époux, lui faisant croire qu'elle partait en fouilles et serait injoignable. Pauvre Cassandre scindée en deux : elle ne sait pas ce qu'elle espère le plus. Retrouver Alexandre, ou ne pas le retrouver...
   

   
→ L'intuition féminine dit toujours vrai : Lors de son second mariage, alors qu'elle disait « Oui » à François devant l'autel, Cassandre crut être victime d'une illusion d'optique lorsque le visage d'Alexandre se dessina sur les vitraux. Un clignement d'œil, un battement de cils, et c'en était fini : plus d'illusion. Troublée, elle n'en a jamais parlé à quiconque, mais se rappelle de cela comme d'une accusation terrible. Aujourd'hui, elle a du coup l'impression d'avoir commis une trahison, et se rappelle de cet instant comme d'un bien sombre présage.
   

   

   

“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

   
ALEXANDRE BEAUHARNAIS ; jake gyllenhaal L'union du vent et de l'océan. Cassandre et Alexandre, c'était presque une évidence à tous ceux qui les croisaient : leur amour transcendait les êtres et les choses, et il était clair qu'ils passeraient le restant de leur vie ensemble. La fatalité en a décidé autrement. Alexandre a été piégé en Oblivion, mais il n'a jamais oublié son épouse, sa flamme dans les ténèbres, la petite étincelle qui le fait tenir bon et s'accrocher. Cassandre s'est remariée, aime son nouveau mari, mais elle n'a jamais oublié Alexandre et la passion tranquille qui les unissait. Elle est venue pour savoir à quoi s'en tenir sur sa disparition, ne sachant trop si elle préfère le retrouver vivant ou mort. S'ils venaient à se recroiser en Oblivion, nul ne sait exactement comment leur rencontre se passerait.
   
FRANCOIS ARDANT ; johnny depp François, c'est la seconde chance de Cassandre. Tout les oppose : leur niveau social, leur carrière, leurs goûts, et pourtant ils se vouent l'un à l'autre un amour sincère, plus profond peut-être du côté de François, car Cassandre n'a jamais oublié Alexandre, son premier époux. Leur relation est basée sur la confiance et la légèreté : ils rient et s'amusent beaucoup l'un de l'autre. Mais maintenant que Cassandre a filé en Oblivion chercher Alexandre, une ombre plane sur leur couple. François ne l'a pas encore revue, étant tout juste arrivé, mais leurs retrouvailles risquent d'être tendues.
   
GABRIEL CASTIEL ALVAREZ ; alex pettyfer Elle perdue entre deux amours, lui perdu dans la tristesse de son âme. Deux âmes en détresse qui se sont croisées au détour du campement chieresque. Allez savoir pourquoi, mais c'est comme s'ils s'étaient reconnus par delà les âges et le temps. Comme frère et soeur, ils s'aident dans leur recherche de la lumière, de la vérité. Malgré sa carapace de solitude, Gabriel accepte la présence de Cassandre, peut-être car au fond sur Oblivion les âmes blessées savent s'entre-aider.
   

   



PV créé par Sorajaï - la contacter
Avatar : shiya
Icônes : citylove


Dernière édition par Seven le Mer 11 Fév - 23:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 17:54

“ John Fitzgerald Tremaine ”

Colin O'Donoghue - négociable - libre


“informations générales ”

→ Nom : Tremaine
→ Prénoms : John Fitzgerald
→ Surnom : Fitz'
→ Âge : 34 ans
→ Date et lieu de naissance : 27 mai à Austin (Texas)
→ Profession : Soldat retraité, garde du corps
→ Avis sur Oblivion : John est venu ici chercher son père - et aussi protéger Mary. Il espère le retrouver en vie, mais une part de lui ne peut s'empêcher de penser qu'ici, personne ne les jugerait si Mary et lui décidaient de rester ici vivre leur amour interdit.
   

   


   

→ Si j'étais un animal : Une salamandre
→ Si j'étais une plante : Une ortie
→ Si j'étais une merveille : Phare d'Alexandrie
→ Si j'étais une couleur : Émeraude
dévoué exigeant loyal brave prudent calculateur hypocrite patient jaloux prévoyant
   

“L'Homme est une prison où l'âme reste libre.” [Victor Hugo]

   
John est né dans une famille heureuse - du moins, elle le fut jusqu'à son adolescence. Petit, il était choyé par sa mère comme seuls les fils uniques le sont : entouré de prévenance, de soins, d'amour, couvert de cadeaux et de largesses. Il développé très jeune un caractère capricieux : peu enclin au partage, il était exigeant et impatient, et Maman Tremaine exauçait rapidement le moindre de ses souhaits. Son père était absent : haut diplomate, il était régulièrement en poste à l'étranger et John le voyait épisodiquement.

Dure fut la dégringolade, cependant : il avait seize ans lorsque le scandale familial éclata. Papa Tremaine avait une autre famille. Quelque part au Canada, il y avait une autre Mme Tremaine, un autre enfant, après desquels son père passait la majorité de son temps. Le choc fut rude. John refusa de revoir son père, et abandonna toute idée de poursuivre ses études de diplomatie ; et lorsqu'il disparut six mois plus tard en Egypte au cours d'une fusillade entre rebelles et soldats du gouvernement, John fit une croix sur cet homme absent. Lorsqu'il atteignit sa majorité, il s'engagea dans l'armée pour aller défouler dans les zones de conflit cette rage et cette hargne qui rongeaient son être - ô, jalousie, d'avoir vu une autre famille honnie lui voler son père dont il avait toujours recherché l'attention ! Neuf ans passèrent - John apprit la discipline, la rigueur, le respect de la parole donnée, et sortit grandi d'une période de combats dont beaucoup ressortirent brisés. Reforgé, tout simplement : devenu quelqu'un de bien moins égoïste, de bien moins inconséquent. Devenu un homme, tout simplement.

Blessé, il fut démobilisé et renvoyé au pays. Il avait vingt-neuf ans et la vie l'attendait - alors, mettant à profit son entraînement militaire, il se mit au service des célébrités et des hommes politiques comme garde du corps. Par souci d'anonymat, pour protéger sa mère de toute pression liée à son poste, il se mit à utiliser le pseudonyme de John Fitzgerald, utilisant son deuxième prénom comme patronyme.

C'est au service d'une de ses clientes, chanteuse à succès, qu'il fit la connaissance d'une jeune styliste prometteuse : Mary Maine avait la trentaine dynamique, et son caractère timide et effacé cachait une grande créativité. Son âme blessée endurcie par la guerre se réchauffa au contact de la jeune femme, et trois années plus tard, Mary acceptait sa demande en mariage. C'est en discutant du monceau de formalités à accomplir qu'ils en vinrent à évoquer le nom d'emprunt de John, qui révéla alors à Mary son identité véritable.

La jeune femme devint plus blanche que le papier sur lequel elle dessinait sa robe de mariée. Elle aussi utilisait un pseudonyme : Maine était le diminutif de Tremaine. Ils additionnèrent rapidement 2 et 2 - Mary était l'enfant du second mariage, et l'horreur les glaça. On n'efface pas comme ça une adolescence passée à haïr un fantôme ; mais d'un autre côté, des années d'amour profond ne s'oublient pas aussi aisément. John quitta son poste, et quitta Mary aussi.

Il ne se revirent que lorsque James McAllister demanda à les rencontrer conjointement : il pensait savoir où trouver Papa Tremaine, bigame de son état, et pas forcément aussi mort que ça. Les deux orphelins le suivirent, gênés et mal à l'aise - mais la vie dans la jungle et la promiscuité qui en découla les réunit au bout de quelques semaines. Tant pis pour la honte : ils s'aiment.

   

   
→ Le regard d'autrui : John continue à utiliser son pseudonyme en Oblivion, Mary également. Seul le chef du groupe sait qu'ils sont liés par le sang, et il n'en a rien dit aux autres. Ils vivent leur passion sans pudeur, sans honte non plus : personne ne voit de mal à leur affection. John et Mary sont paradoxalement bien plus heureux depuis leur arrivée en Oblivion ; mais qu'en sera-t-il au moment de repartir ?
   

   

   

“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

   
MARY TREMAINE ; anne hathaway Le poids des convenances pèse lourdement sur les épaules de cet homme et de cette femme qui s'aiment si fort. En Oblivion, ils ne portent pas le même nom, et tous pensent qu'ils sont simplement un couple heureux de s'être trouvé ; mais la vérité est qu'ils partagent le même sang, et qu'ils ont parfaitement conscience d'entretenir une relation contre-nature. Ils ne le vivent bien ni l'un ni l'autre ; mais leur exil dans ce monde étrange leur a donné une chance de vivre leur amour sans honte aux yeux d'autrui, et ils comptent bien la saisir.
SRIJ KAJAL ; jonathan rhys meyers Le coeur a ses raisons, que la raison ignore. Les vies amoureuses de John et Srij sont très différentes ; mais l'un comme l'autre aiment la personne qu'il ne faut pas. La tragédie de Srij et du mal qu'il fait à Ambal ; le sacrilège du tabou violé par John et sa relation inavouable avec Mary, voilà bien ce qui les rapproche. John n'a pas avoué à Srij la vraie nature des liens qui l'unissent à Mary, mais il lui accorde son amitié, bien placé pour savoir l'impuissance de l'humanité quand l'amour fait de l'homme son jouet. Srij, lui, est bien heureux de trouver enfin un ami qui ne le juge pas et qui semble le comprendre. C'est le seul Orphelin qui trouve grâce à ses yeux, peut-être car il exprime le désir de rester.
SVEN INARSSON ; gerard butler Sven est un dur à cuire, un vrai : sobre d'actes et de paroles, c'est un homme taciturne qui ne se lie pas aisément. John respecte profondément le désir de tranquilité de Sven, et c'est peut-être ça qui les rapproche, finalement. L'ancien militaire apprécie beaucoup les trajets sur le pont de la Valkyria, et au fil du temps, ils deviennent amis.
   

   



PV créé par sorajaï
avatar : lady azrael
icônes : causticammo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 18:21

“ james charles mcallister ”

alex o'loughlin - négociable - libre

   

“informations générales ”

→ Nom : McAllister
→ Prénoms : James Charles Andrew
→ Surnom : /
→ Âge : 31 ans
→ Date et lieu de naissance : 16 juin 1979, Sacramento
→ Profession : Professeur de littérature à l'université de Sacramento
→ Avis sur Oblivion : Ce nouveau monde le fascine tout en l'effrayant un peu. Il aime cette nouvelle vie détachée de toute préoccupation moderne et espère retrouver ses parents, tout en s'efforçant de maintenir le reste du groupe en vie. La quête du second chevron l'a traumatisé et il refuse d'en parler.
   

   


   

→ Si j'étais un animal : Faucon
→ Si j'étais une plante : Lierre
→ Si j'étais une merveille : Le colosse de Rhodes
→ Si j'étais une couleur : Gris cobalt
Érudit Solitaire Indépendant Jovial Inventif Jaloux Rancunier Optimiste Déterminé Observateur Curieux
   

   
“Une quête commence toujours par la chance du débutant. Et s'achève toujours par l'épreuve du conquérant. [Paolo Coelho]”

   
Tout commença à Sacramento, au cœur de la Californie, par un jour d'été 1968. Un homme, une femme : l'amour fleurit entre Richard McAllister, écrivain prometteur, et Denise Saldenow, égyptologue en voie vers l'excellence, rencontrée pour un roman. Ils se fréquentèrent, se marièrent, et mirent au monde onze ans plus tard un petit James, fierté de ses deux parents. Il grandit, environné d'amour dans ses jeunes années. Une petite Susan naquit quand il avait quatre ans, elle aussi tout autant aimée et choyée que son frère aîné. Mais l'enfant était de faible santé, et c'est pneumonie qui l'a emportée, anéantissant sa famille. James avant douze ans, et après cela rien ne fut plus jamais pareil. Ses parents s'étourdirent de voyages, de fêtes, et de sorties, trompant leur chagrin en oubliant leur premier enfant qui lui, n'oubliait pas.

Et lorsqu'ils disparurent pendant un voyage dans cette lointaine Égypte à qui sa mère avait voué toute sa vie, James avait dix-neuf ans. Étudiant en littérature médiévale, il traça sa route, fut diplômé, enseigna quelques années en lycée avant de se retourner dans les amphithéâtres, mais du côté des enseignants. Il ressentait toujours, au fil des années, l'abandon de ses parents comme une douleur, comme un coup au cœur. Leur disparition pesait sur sa conscience comme une trahison. A l'orée de la trentaine, assagi, mais solitaire, il décida de se lancer dans l'expédition qui saurait peut-être lui rendre Richard et Denise, et apaiser sa conscience torturée. Après deux ans de recherches, il parvint à retrouver plus d'une cinquantaine de personnes dont les proches avaient disparu sur le plateau de Gizeh. Convaincu que les coïncidences n'existaient pas, il contacta et rassembla tous ces orphelins, et les mena tout droit en Oblivion.

Une fois sur place, les conditions de vie difficiles et leur épopée au sein de la jungle d'Oblivion ont fait de lui le chef du groupe, celui vers qui on se tourne pour attendre conseils et directives. Il se sent parfois très seul, d'autant qu'il n'a pas trouvé trace de ses parents encore, mais il ne perd pas espoir et se sent responsable de ces gens qu'il a entraînés dans la galère à sa suite.
   

   
→ My guilt is killing me : Quand il avait sept ans, il a entraîné Susan jouer dans la neige en pull-over et pieds nus. Elle a pris froid et n'a jamais vraiment guéri ensuite - même s'il n'est pas responsable de sa mort, il se sent très coupable. Depuis, à chaque première neige de l'année, il va allumer un cierge à l'église en mémoire de sa sœur.
   

   

   

   
“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

   
ALEC ROSENTHAL ; gaspard ulliel  Les choses ne sont pas vraiment harmonieuses entre James et Alec. Ils reconnaissent chacun les qualités de l'autre, mais leurs idéaux radicalement opposés ne sont pas compatibles. Alec trouve que James est inconscient d'envisager une survie à long terme dans cet endroit hostile et dangereux ; James pense qu'Alec est bien trop cynique et prompt à la critique. Ils co-existent pour le bien du groupe, mais ne s'apprécient pas plus que ça. Le fait que Alec soit plus proche des Chieresques que James contrarie également le chef du groupe, qui en éprouve de la jalousie, sans vouloir l'admettre
   
NATACHA IRINA RALIVA ; scarlett johansson Le chef des Orphelins se sent un peu responsable de la slave en perdition qui dépérit sous le climat tropical d'Oblivion. S'il n'était pas allé la chercher dans son pays glacial, elle ne se serait jamais retrouvée là – alors il tente comme il le peut de veiller sur elle, sans s'imposer non plus. De son côté, Natacha apprécie les efforts de James, tout en les refusant. Elle ne tient pas à dépendre de quiconque. Ils s'apprécient donc, et James parvient bien à cacher sa profonde inquiétude pour la santé de Natacha.

ISAAC VERSONDRE ; tom mison James et Isaac sont les deux forces en présence au sein des Orphelins. James est l'esprit du groupe, celui qui organise et celui qui mène, celui qui décide et impose ; Isaac en est le coeur, celui qui soigne et qui tolère, celui qui explique et propose. Ils ont l'un pour l'autre un respect manifeste, mais s'opposent régulièrement au sujet des grandes décisions à prendre par les Orphelins. Si James est le leader officiel, Isaac représente une alternative et un contre-pouvoir non négligeable, puisque leur influence sur le groupe est à peu près égale.
   

   



PV créé par Sorajaï - la contacter
Avatar : Posh / Icônes : Zoubi


Dernière édition par Seven le Jeu 23 Avr - 22:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Ven 8 Juil - 18:30

“ alec rosenthal ”

Gaspard Ulliel - peu négociable - pris


“informations générales ”

→ Nom : Rosenthal
→ Prénoms : Alec
→ Surnom : Au choix
→ Âge : 28 ans
→ Date et lieu de naissance : 14 juillet 1983, Francfort
→ Profession : Joueur de poker professionnel
→ Avis sur Oblivion : Ça manque cruellement d'endroits où s'amuser et faire du profit. Pour un joueur comme lui, le pari était risqué et il a perdu : le voilà enfermé dans ce monde étrange sans possibilité d'en sortir. Dur pour un arnaqueur de sa trempe...





→ Si j'étais un animal : Renard
→ Si j'étais une plante : Chardon
→ Si j'étais une merveille : Le Mausolée d'Halicarnasse
→ Si j'étais une couleur : Pourpre
Secret Égoïste Ambitieux Jaloux Obsessionnel Envieux Rigide Dépressif Calculateur Intelligent
   

   
“Sans l'appui de l'égoïsme, l'animal humain ne se serait jamais développé. L'égoïsme est la liane après laquelle les hommes se sont hissés hors des marais croupissants pour sortir de la jungle.” [Blaise Cendrars]

   
Le jeu. Un vice, une vertu. Pour Alec, c'est le soupçon d'aventure dont il a été nourri dès le biberon. Le petit grain de folie, l'amour du risque, le frisson de l'aventure et l'attrait de l'interdit. Son père, arnaqueur en puissance, fut envoyé en prison quand le petit Alec n'avait que huit ans, où il fut tué dans une rixe entre détenus quatre ans plus tard. De lui, notre curieux phénomène a tiré l'appétit du jeu et du mensonge, une étonnante faculté d'adaptation et l'amour de l'argent facile. De sa mère, mannequin de profession avant de tomber dans l'oubli et au fond de la bouteille par la même occasion, Alec a gagné un grand talent de séduction. Il joue à fond de cette grâce un peu éthérée qu'il a héritée d'elle, tirant profit de tout ce que son joli minois peut lui rapporter, dès son plus jeune âge.

Quand il eut seize ans, sa mère fut internée pour alcoolisme et des troubles maniaco-dépressifs sévères. Alec fut balloté de famille en famille jusqu'à sa majorité, et sa décision de devenir joueur pour gagner sa vie. Il la gagne d'ailleurs plutôt bien. Douée en bluff, doté d'un culot impressionnant et agile de ses doigts, il travaille dans un grand casino de Las Vegas et rapporte une petite fortune à ses patrons, tout en alimentant grandement son compte en banque. Lui qui avait toujours un peu manqué de tout dans sa jeunesse, il est aujourd'hui dévoré par l'ambition et veut se tailler une vraie fortune.

Superficiel ? Non, profondément blessé dans le secret de son âme. Il n'a qu'un seul regret, qu'un seul remords. Quand il était enfant, son meilleur ami Herbert l'a toujours soutenu, même pendant son errance de foyer en foyer. A l'âge adulte, quand Alec s'est tourné vers le jeu, Herbert est devenu égyptologue, et a disparu au cours d'une expédition à Gizeh. Quand McAllister l'a contacté, Herbert n'ayant plus de famille, Alec a répondu présent pour son seul ami. Quel dommage que tout se soit emballé ainsi... Aujourd'hui, loin de tout repère, il tente de survivre, tout en gardant l'œil ouvert pour trouver trace de son ami de toujours. Mais sa présence cynique et amère n'est pas forcément très appréciée...  Il se sent bien plus proche des Chieresques qui respectent son besoin de solitude. Il n'a pas l'esprit de groupe et a tendance à se comporter en marginal, solitaire par essence. Parmi les Orphelins, on le tolère, mais difficilement. Sa loyauté et sa force d'âme pourraient cependant se révéler utiles dans l'avenir...
   

   
→ Mieux vaut être seul que mal accompagné : Un jour, Alec a accepté de courtiser une femme pour répondre à un pari. Il a remporté le prix mais y a perdu son cœur, piétiné par la belle dont il avait fini par tomber amoureux, qui le jeta comme un malpropre le jour où il lui avoua. Depuis ce jour, il se tient à l'écart des femmes, se contentant de les prendre puis de les jeter comme des objets, pour ne pas s'attacher.
   

   


“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

   
JAMES MCALLISTER ; alex o'loughlin Les choses ne sont pas vraiment harmonieuses entre James et Alec. Ils reconnaissent chacun les qualités de l'autre, mais leurs idéaux radicalement opposés ne sont pas compatibles. Alec trouve que James est inconscient d'envisager une survie à long terme dans cet endroit hostile et dangereux ; James pense qu'Alec est bien trop cynique et prompt à la critique. Ils co-existent pour le bien du groupe, mais ne s'apprécient pas plus que ça. Le fait que Alec soit plus proche des Chieresques que James contrarie également le chef du groupe, qui en éprouve de la jalousie, sans vouloir l'admettre.
SORAJAÏ CHEMSA; aishwarya rai Ils viennent tous deux de mondes diamétralement opposés. Lui est un pur produit de la civilisation, raffiné et distingué jusqu'au bout des ongles : elle est une guerrière primitive née dans la jungle. Pourtant, ils se sont compris. Ils sont tout aussi solitaires l'un que l'autre, épris avant tout de la liberté. Il se sent bien parmi les Chieresques, elle s'intéresse aux mœurs des Orphelins. Ils échangent leurs coutumes et leurs traditions – il lui parle des villes et de la politique, elle lui montre la beauté brute de la jungle et lui enseigne les voies de Mère Nature. Une solide amitié est en train de naître, tissée dans les tréfonds de la jungle.
   
GABRIEL CASTIEL ALVAREZ ; alex pettyfer Entre Gabriel et Alec, c'est compliqué. Ils sont amis mais, tiennent tous deux à leur solitude. Alors, une entente s'est installée entre eux. Un compromis. Proches mais, pas trop. Seulement quand il faut. Ils se comprennent et respectent le besoin de solitude de l'un comme l'autre. Alec est l'un des seuls que Gabriel tolère. Gabriel est l'un des rares à apprécier réellement Alec. Le courant est, de suite, passé entre les deux, ils se sont immédiatement bien entendus. Alors, quand les Orphelins tournent plus ou moins le dos à Alec c'est vers Gabriel qu'il se tourne.
BARTHOLOME MONTSEGUR ; matt smith  Au premier abord, presque rien ne peut réunir un joueur de poker allemand et un créateur de mode français ; à part le talent inné de Bartholomé pour concevoir des vêtements à partir de tout ce qui lui tombe sous la main. Alec apprécie les services de Tomeo, Tomeo apprécie la satisfaction d’Alec ; leur relation est cordiale et profitable, puisque Alec a réussi à mettre la main sur une rame de papier pour imprimante qu’il monnaie à prix d’or feuillet par feuillet, et dont il fait bénéficier son nouvel ami en échange de vêtements intacts.
   

   



PV créé par Sorajaï - la contacter
Avatar : Blondie / Icônes : Mimi


Dernière édition par Seven le Mar 5 Mai - 2:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Dim 15 Fév - 17:10

“ mary sybilla tremaine ”

anne hathaway - négociable (pour une brune) - libre


“informations générales ”

→ Nom : Tremaine
→ Prénoms : Mary Sybilla
→ Surnom : /
→ Âge : 32 ans
→ Date et lieu de naissance : 14 janvier, à Toronto
→ Profession : Styliste
→ Avis sur Oblivion : La jungle l'effraie, mais elle a John sur lequel se reposer. Elle a peur de retrouver son père ; peur de devoir rentrer dans notre monde, tout simplement.





→ Si j'étais un animal : une Loutre
→ Si j'étais une plante : Une jacinthe
→ Si j'étais une merveille : Le Temple d'Artémis
→ Si j'étais une couleur : Beige
créative originale timide angoissée studieuse sérieuse peureuse fragile

“ Nous sommes tous obligés, pour rendre la réalité supportable, d'entretenir en nous quelques petites folies. ” [Marcel Proust]

Mary a grandi dans l'affection de ses parents : fille d'une costumière à l'Opéra de Toronto et d'un attaché d'ambassade, elle est l'enfant de l'amour, entourée dès l'enfance d'une bulle protectrice que rien ne vint jamais rompre. Enfant studieuse, élève brillante, curieuse de tout et imaginative, elle se nourrit de la passion de sa mère pour commencer, très tôt, à concevoir ses tenues et ses accessoires. Ce qui avait commencé comme un jeu devint au fil du temps une vocation, et à ses quatorze ans, Mary était certaine de ce qu'elle voulait faire de sa vie.

Lorsque son père disparut au cours d'une visite en Egypte, elle fut dévastée - et bien plus encore d'apprendre, quelques mois plus tard, qu'il avait une autre famille aux Etats-Unis. Choquée, sa mère refusa tout contact avec " l'autre femme " et le premier enfant. Elle continua d'élever Mary sous sa bulle protectrice, mais la plaie de la jeune fille ne cicatrisa jamais vraiment.

Après des études de stylisme, elle décrocha un stage dans un cabinet de créateurs qui habillait les stars d'une maison de disques en plein essor. Plusieurs années passèrent, et Mary se retrouva créatrice exclusive d'une chanteuse sur la voie du succès. Pour éviter les sollicitations désagréables, elle travailla sous un nom d'emprunt, ôtant la première syllabe de son patronyme, et devint Mary Maine. C'est pendant son contrat qu'elle rencontra John Fitzgerald, garde du corps de la star - et qu'ils se plurent. L'âme blessée de John, endurcie par la guerre, se réchauffa au contact de la jeune femme, et trois années plus tard, Mary acceptait sa demande en mariage. C'est en discutant du monceau de formalités à accomplir qu'ils en vinrent à évoquer le nom d'emprunt de John, qui révéla alors à Mary son identité véritable.

La jeune femme devint plus blanche que le papier sur lequel elle dessinait sa robe de mariée. Elle aussi utilisait un pseudonyme : Maine était le diminutif de Tremaine... Ils additionnèrent rapidement 2 et 2 - Mary était l'enfant du second mariage, Jogn celui du premier, et l'horreur les glaça. On n'efface pas comme ça une adolescence passée à haïr un fantôme ; mais d'un autre côté, des années d'amour profond ne s'oublient pas aussi aisément. John quitta son poste, et quitta Mary aussi.

Il ne se revirent que lorsque James McAllister demanda à les rencontrer conjointement : il pensait savoir où trouver Papa Tremaine, bigame de son état, et pas forcément aussi mort que ça. Les deux orphelins le suivirent, gênés et mal à l'aise - mais la vie dans la jungle et la promiscuité qui en découla les réunit au bout de quelques semaines. Tant pis pour la honte : ils s'aiment.

→ Le regard d'autrui : John continue à utiliser son pseudonyme en Oblivion, Mary également. Seul le chef du groupe sait qu'ils sont liés par le sang, et il n'en a rien dit aux autres. Ils vivent leur passion sans pudeur, sans honte non plus : personne ne voit de mal à leur affection. John et Mary sont paradoxalement bien plus heureux depuis leur arrivée en Oblivion ; mais qu'en sera-t-il au moment de repartir ?



“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

AYLA LA'HIR ; sophia myles Ayla soupçonne quelque chose d'inavouable entre John et Mary. Ils semblent s'aimer comme un couple normal, heureux d'être ensemble - mais il y a un je-ne-sais-quoi de confusément suspect dans leur comportement, et l'instinct très sûr de la Chieresque la perturbe. En conséquence, elle a tendance à surveiller John et Mary en permanence, et cela agace profondément Mary depuis qu'elle en a pris conscience.
JOHN TREMAINE ; colin o'donoghueLe poids des convenances pèse lourdement sur les épaules de cet homme et de cette femme qui s'aiment si fort. En Oblivion, ils ne portent pas le même nom, et tous pensent qu'ils sont simplement un couple heureux de s'être trouvé ; mais la vérité est qu'ils partagent le même sang, et qu'ils ont parfaitement conscience d'entretenir une relation contre-nature. Ils ne le vivent bien ni l'un ni l'autre ; mais leur exil dans ce monde étrange leur a donné une chance de vivre leur amour sans honte aux yeux d'autrui, et ils comptent bien la saisir.
   
ALEXANDRE BEAUHARNAIS ; jake gyllenhaal Mary et Alex se sont croisés alors que cette dernière s'était perdue dans la forêt, éloignée du village des Orphelins. De plus en plus apeurée, elle courait dans tout les sens, tournant en rond, mais heureusement pour elle Alex est arrivé pour la sauver. Il ne sait pas qu'elle fait partie des Orphelins, elle ne lui a rien dit, même si il s'en doute un peu vu où il l'a raccompagnée. Alex a une bonne impression de la jeune femme, mais à part cette rencontre, ils ne se sont pas recroisés.
BARTHOLOME MONTSEGUR ; matt smith Rien ne va plus entre le créateur de haute-couture très parisien et la styliste à paillettes du show-bizz américain. Ils se méprisent cordialement : Mary trouve l’arrogance et le panache de Tomeo absolument crispants ; Bartholomé quant à lui critique les strass et ce qu’il voit comme du mauvais goût populiste dans les créations de Mary. Des étincelles fusent lorsqu’ils se croisent, et personne ne peut vraiment s’interposer entre eux sans risquer de recevoir quelques épingles dans des endroits délicats pas vraiment faits pour ça…





PV créé par sorajaï
Avatar : jade
Icônes : maehry / ghostly dreaming


Dernière édition par Seven le Mar 5 Mai - 2:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Dim 15 Fév - 17:11

“ isaac versondre ”

tom mison - négociable - libre


“informations générales ”

→ Nom : Versondre
→ Prénoms : Isaac
→ Surnom : /
→ Âge : 45 ans
→ Date et lieu de naissance : Paris, 12 mai
→ Profession : Chercheur et enseignant en médecine
→ Avis sur Oblivion : Il ne l'avoue pas, mais l'endroit lui plaît. Sa femme lui manque, bien sûr, et il s'inquiète de ce qu'il va trouver concernant les deux disparues qu'il recherche, mais cette vie primitive est étrangement séduisante pour l'enfant gâté qu'il a été. Il en apprend un peu plus sur la vie, et l'expérience est loin de lui déplaire. Même si, bon, un champ stérile ou deux, ça n'a jamais tué personne, bien au contraire... !





→ Si j'étais un animal : Un chamois
→ Si j'étais une plante : Un séquoia
→ Si j'étais une merveille : Le Colosse de Rhodes
→ Si j'étais une couleur : Safran
inébranlable, sage, confiant, altruiste, réaliste, orgueilleux, a l'âme voyageuse, opportuniste, curieux

“Il n'y a pas d'ailleurs ; Où guérir d'ici.” Eugène Guillevic

Isaac est l'enfant de l'amour. Né d'une mère grecque, splendeur brune aux yeux de biche qui encore aujourd'hui pousse les hommes à se retourner sur son passage, et d'un médecin français réputé pour la minutie de sa chirurgie d'avant-garde et l'excellence de ses résultats, il a grandi entre Paris et Athènes, enfant unique choyé par la vie et universellement adoré par ses parents. Outrageusement gâté, il aurait pu développer une personnalité insupportable, mais l'éducation bien cadrée qui accompagnait les largesses de ses géniteurs sut freiner tout débordement de vanité.

Il grandit avec une belle assurance, dans la croyance que tout était toujours possible pour peu qu'on se donne la peine d'y croire, et les moyens de le réaliser. Les moyens financiers, grâce aux revenus de son père, il les avait - la soif d'apprendre pour mettre les pas dans les siens le dévora depuis qu'il atteignit l'âge de comprendre que les médecins sauvaient des vies. Cet idéal et les efforts qu'il déploya pour atteindre son but le virent diplômé d'un baccalauréat français avec deux années d'avance, et admis major de son concours de médecine à la Sorbonne l'année suivante. A vingt-quatre ans, il entamait son internat à Athènes, souhaitant quitter quelques temps la France pour se rapprocher de la culture bohème de sa mère.

Cinq ans passèrent, et à vingt-neuf printemps il devenait chirurgien de plein droit. Il avait vu arriver, pendant son internat, cette jeune fille victime d'un accident de voiture, et assisté à l'évolution de son cas. Au fil des années, il s'attacha à cette patiente obstinément endormie, mais tout aussi obstinément vivante. Six ans passèrent, et entendant parler d'une nouvelle chirurgie cérébrale réparatrice, il décida que le moment était venu de marcher pour de vrai dans les pas de son père. Contactant les meilleurs chirurgiens européens, il les convia à l'assister lors de sa tentative d'expérimentation sur cette femme qui n'avait plus de famille, et dont la pathologie permettait la mise en oeuvre de ce nouveau traitement.

Athénaïs Kaligaris fut opérée.

Athénaïs Kaligaris se réveilla six semaines plus tard. Adolescente encore, dans un corps de femme, elle passa par de bien durs moments - Isaac était là, souriant, attentif, heureux de voir sa protégée rendue à la vie, même si c'était pour découvrir qu'elle avait perdu dix années de sa vie, sa fille qu'elle n'avait jamais connue, et sa soeur adorée. Elle se découvrit riche aussi, à millions - il fallut quelques années pour qu'elle mûrisse et ne devienne pleinement adulte, mais Isaac était patient, et peu après son trente-neuvième anniversaire, il demandait et obtenait la main de cette miraculée qu'il aimait depuis longtemps.

Dans la foulée, il quitta les blocs opératoires. Épouser une patiente contrariait quelque peu ses principes, et s'il avait voulu privilégier son bonheur, il savait aussi qu'il valait mieux ne pas pousser sa chance. Il en avait sauvé une - il se méfiait assez de son propre orgueil pour fuir la tentation d'en sauver, et peut-être d'en tuer d'autres. Il se reconvertir dans l'enseignement et la recherche, partageant son savoir avec des promotions entières d'étudiants sur les bancs de la Sorbonne une partie de l'année ; pionnier dans la recherche sur la chirurgie réparatrice cérébrale le reste du temps, un peu partout autour du globe, Théna à son bras.

Lorsque James McAllister contacta son épouse pour lui parler des deux Kaligaris disparues en Egypte, il se porta volontaire pour l'accompagner à la place d'Athénaïs, restée victime de quelques séquelles physiques malgré tout. Il franchit avec les Orphelins la Porte du Courage, sur le plateau de Gizeh - et avec eux, il se retrouva piégé en Oblivion. Bien décidé à retourner auprès de sa femme, il s'est enquis des deux disparues - les Chieresques ont bien parlé de ces deux flamboyantes rouquines, la mère et la fille, installées à quelque distance de leur campement, mais il ne les a encore jamais rencontrées. Pour le moment, il est surtout préoccupé par la survie du groupe, mais dès qu'il en aura l'opportunité, il se fera escorter à leur clairière pour voir s'il s'agit bien de celles qu'il recherche.

→ This place is not my home, I'm just passing through : Depuis tout petit et malgré la famille aimante autour de lui, Isaac a toujours eu le mal du pays, la hâte anxieuse que l'on ressent lorsque on est presque arrivé à la maison après un long voyage. Il a longtemps chassé le concept de « maison », explorant tous les continents, mais jamais le goût de l'aventure, ni le vide causé par l'absence de havre, ne l'ont quitté.



“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

ATHENAIS VERSONDRE ; amy adams Un profond amour unit les deux époux. Théna lui doit sa vie, son existence entière : sans lui, elle serait toujours dans le coma, ou bien décédée. Isaac adore positivement sa femme, toute de force et de fragilité mêlées, aussi impatiente que prudente, aussi spontanée que réfléchie.  Leur séparation quand Isaac est parti chercher les disparues a été difficile, et il ne sait pas encore qu'Athénaïs l'a suivi, profondément inquiète de tous ces mois de silence.
ISTALIA KALIGARIS ; jessica chastain Pour le moment, Thalia n'a jamais entendu parler de son beau-frère ; lui par contre a presque l'impression de la connaître, tant son épouse parle d'elle souvent. Il a la sensation d'avoir personnellement connu la disparue, et il espère vivement la retrouver : pour rassurer Athénaïs, bien sûr, mais également par curiosité personnelle : il brûle d'impatience de la rencontrer après ce périlleux périple.
ARTEMISIA KALIGARIS ; alexandra daddario Thémis n'a pas encore connaissance de l'existence de son beau-père, mais si elle savait, elle ne voudrait sûrement pas le rencontrer - pensez donc, quitter Oblivion ? Jamais ! Isaac n'a aucune idée du ressenti de la jeune femme et espère profondément la retrouver, pour Athénaïs que l'absence de sa fille ronge un peu plus chaque jour. Il ne s'attend certainement pas à rencontrer une jeune guerrière farouche fermement décidée à rester ici, se trouvant très bien là où elle est...
JAMES MCALLISTER ; alex o'loughlin James et Isaac sont les deux forces en présence au sein des Orphelins. James est l'esprit du groupe, celui qui organise et celui qui mène, celui qui décide et impose ; Isaac en est le coeur, celui qui soigne et qui tolère, celui qui explique et propose. Ils ont l'un pour l'autre un respect manifeste, mais s'opposent régulièrement au sujet des grandes décisions à prendre par les Orphelins. Si James est le leader officiel, Isaac représente une alternative et un contre-pouvoir non négligeable, puisque leur influence sur le groupe est à peu près égale.





PV créé par Sorajaï
avatar : hollow bastion
icônes : artless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   Sam 31 Oct - 20:32

“ Vikki Jenssen”

jennifer morrisson - négociable - libre


“informations générales ”

→ Nom : Jenssen
→ Prénoms : Vikki Svanhild
→ Surnom : Vi'
→ Âge : 35 ans
→ Date et lieu de naissance : En mars 1975 à Oslo (Norvège)
→ Profession : Agent de Police
→ Avis sur Oblivion : Où suis-je tombée ... ? Tout ceci n'est que pure folie... Pourquoi n'ai-je pas pris mon pistolet... ? Pourquoi j'ai suivi ce McAllister... ? Ca va râler au boulot en plus... ¨Qu'est-ce-qu'il m'a prit... ?
 

 


 

→ Si j'étais un animal : Une biche
→ Si j'étais une plante : Un sapin
→ Si j'étais une merveille : le Mausolée d'Halicarnasse
→ Si j'étais une couleur : le blanc cassé
 
Stricte Maniaque Indépendante Exigeante Confiante Rigoureuse Ponctuelle Aimante
 

“Le remords exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été.”

 
Il faut toujours se méfier des apparences. Sous ce jolie minois, cette blondeur étincelle se cache un caractère bien trempé, Vikki n'est pas le genre à se laisser faire, ni à se faire marcher sur les pieds. Elle est agent de police, un métier d'homme mais, elle a su s'y faire une place ! Cela n'a pas toujours été facile, elle a du se teindre en brune le temps de sa formation pour éviter les blagues désobligeantes.

Il faut dire, Vikki n'a pas eu une vie facile, sa mère est morte très tôt, elle était gravement malade et la jeune femme n'en garde aucun souvenirs... Elle a grandit avec son père, professeur de langues anciennes et son grand frère. L'ambiance chez eux n'était pas très gaie, son père ne s'est jamais réellement remit de la mort de son épouse. Souvent, le soir ils mangeaient en silence et retournaient tous les trois à leurs occupations sans un mot. Ils souffraient tous. La petite fit une scolarité normale jusqu'à son entrée au lycée. Elle n'était pas le genre à avoir beaucoup d'amis, elle restait dans son coin le plus souvent ou elle parlait avec les professeurs. Elle avait des notes moyennes, elle travaillait suffisamment pour se maintenir et ne pas contrarier son père.

Lorsqu'elle eut seize ans, son frère, après une soirée trop arrosée, se fit faucher par une voiture. Il y perdit la vie. Une nouvelle perte pour la famille. C'est à ce moment-là que Vikki décida qu'elle entrerait dans la police, le fou furieux avait prit la fuite laissant son frère agonisant sur le bord de la route. La police n'avait rien pu faire, à ce moment-là. Vikki termina ses études et entama la formation pour devenir agent de police. C'était une vocation pour elle. Quand elle avait appris pour son frère, elle avait eu une révélation sur son futur métier. Malgré les efforts de son père, il n'avait jamais réussis à l'intéresser aux langues. Elle, son truc ça avait toujours été le sport.

Elle finit par entrée dans la police royale de Norvège, là où elle fit la connaissance de son mari. Elle eut une relation pendant plusieurs années avec lui, presque dix ans. La séparation ne se déroula pas très bien entre eux. La raison principale était surtout que Vikki était une acharnée de travail. Elle ne vivait que pour son boulot et n'avait pas laissé beaucoup de place pour une vie de famille. Malgré cela, elle avait toujours gardé contact avec son père, c'était même elle qui l'avait encouragée à faire ce voyage en Egypte, il en rêvait ! Alors quand James McAllister la contacta pour lui annoncer que son père avait disparu avec d'autres, elle culpabilisa et accepta, tout de suite, de suivre James McAllister. Elle pensait en avoir pour maximum trois semaines voir un mois pas plus...

... Cela fait six mois qu'elle est en Oblivion désormais. Elle a vu dans quel monde elle est tombée et elle a peu d'espoir de retrouver son père vivant...
 

 
→ Self défense : Vikki, ce n'est pas le genre à qui tu cherches des noises. La belle blonde sait se battre et si tu l'agaces un peu trop, elle risque de te mettre au tapis avant que tu t'en rendes compte. Elle sait parfaitement tirer avec une arme à feu. Elle était un très bon élément dans la police royale en Norvège, pour sa survie elle ne s'inquiète pas trop. C'est pour son père qu'elle est inquiète....

 

 
 
“some of them want to use you, some of them want to be used by you”

CHRISTINE MISSELTHWAITE ; shantel vansanten Elles sont amies, une amitié sincère. Christine s'était éloignée de Nid-de-Vipère pour pleurer le macabre ''anniversaire'' de la mort de son mari et Vikki est tombée sur elle. Elles se sont confiées l'une à l'autre, Vikki lui a expliqué pour son père et Christine pour son mari. Pour le moment, Vikki ne sait pas quoi penser elle est proche des chieresques par son statut d'appartenance au groupe des Orphelins mais elle apprécie Christine et la comprend. Alors pour le moment, elle reste neutre. Elle est là pour son amie et attend de voir ce qu'il va se passer. Son seul but est de retrouver son père et Christine lui a promit qu'elle l'aiderait.
 
NIALL SOMHAIRLE ; thomas brodie-sangster Quand elle l'a vu, son cœur de sœur s'est effarouché : il semble si jeune pour arpenter la jungle comme ça ! Il lui rappelle son frère. Niall l'a bien senti, et en joue allègrement, obtenant la protection de Vikki lorsque c'est nécessaire. Grâce à elle, il a ses entrées chez les Orphelins et en profite pour recueillir une masse d'informations utiles. C'est mal de manipuler le cœur à vif d'une femme en deuil, il en a conscience : mais c'est pour la bonne cause !
 
MEGHAN O'BRIEN ; eva green Meghan a tenté d'approcher les Orphelins pour s'y faire des amis et obtenir de l'aide afin de se rendre plus près de l'océan, mais elle s'y est très mal prise. Son approche maladroite a éveillé les soupçons de Vikki qui lui a interdit de remettre les pieds au village, d'un air parfaitement menaçant qui a effrayé Meghan. Maintenant, c'est la méfiance qui règne, et la scientifique craint que la policière ne vienne mettre le nez dans leurs affaires.
 

 



PV créé par Love - la contacter
Avatar : Same Old Love / Icônes : LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins   

Revenir en haut Aller en bas
 

Page 17 # Vivre ensemble ou mourir seul - Les Orphelins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders ::  :: Postes Vacants-