ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Sam 20 Juin - 17:24


 
 

 
 
1er voyage - 2ème exploration

“ le festival de chiere ”


   
intrigue générale - sujet central
Tour #1 - 21/06 au 28/06

   




L’Éveil ! La saison chaude, celle où la vie vibre dans tout Oblivion, lorsque l’activité et le labeur agitent tout le peuple Chieresque dans les jours les plus longs du cycle. L’Éveil va commencer bientôt – aujourd’hui, le dernier jour du rêve s’achève, et demain les Fêtes de Chiere seront lancées pour célébrer la fin d’un cycle, et le début d’un nouveau.

Bien sûr, il y aura plus de monde que les années passées : au Petit Matin, la population a presque doublé par rapport aux Fêtes précédentes, entre les réfugiés de Chierà’h éparpillés dans tout le campement, et les Orphelins invités à venir célébrer la vie avec les Chieresques. Des caravanes sont arrivées de tous les coins d’Oblivion, chargées de produits à troquer, de célibataires en quête de partenaires, d’apprentis en recherche de maître, de jeunes en partance pour leurs rites de Passage.  Les vraies festivités commenceront demain dès l’aube ; pour le moment, la touche finale est apportée aux réserves de tout genre pour passer les 5 jours sans avoir besoin de se ravitailler : nourriture, alcool et eau, plantes médicinales en tout genre, flèches et munitions pour les jeux d’adresse, présents à offrir à ses êtres chers, produits à troquer… Le Petit Matin a pris des allures de capharnaüm, et l’allégresse des Chieresques frémit dans l’air.

Au campement des Orphelins, on se prépare aussi à accueillir des visiteurs, à la demande des Chieresques submergés par tous ces arrivants. Un peu plus loin dans la jungle, le manoir Kaligaris sert également de point de chute à une bonne proportion d’Égarés venus se joindre aux festivités.

A la veille des grandes fêtes cycliques, quels sont vos plans et vos projets ?

 
Décrivez pour Seven vos derniers préparatifs… 

 


Dernière édition par Seven le Sam 31 Oct - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Appliquée Ronfleuse ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 557
Date d'inscription : 23/04/2011
Age du personnage : 31 ans
Double compte : Istalia Kaligaris & Raël Ausar
Avatar : Aishwarya Rai, by Kettricken


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mar 23 Juin - 21:14

Je ne me rappelle pas avoir déjà vu Petit Matin aussi bondé. Où que je pose mes yeux, il y a des gens – des Prêtresses, des Liges, des guerriers, des chasseurs, des guérisseuses, des chamans, des cueilleurs, des artistes, de tous les âges, de tous les campements – et même des visiteurs arrivés de l’autre monde, invités à participer aux Fêtes de la Mère. Je crois qu’il y a dix fois plus d’âmes à Petit Matin que d’ordinaire, et nous avons eu tellement de difficultés à loger tout ce monde : nous avons envoyé de nombreux Chieresques en direction du Village des Orphelins, beaucoup d’Égarés de l’autre monde vers Istalia et Artemisia dans leur arbre aménagé ; et le reste s’est entassé un peu partout où c’était possible. J’habite à l’écart, on ne m’a pas sollicitée – aussi, je n’héberge actuellement que Penthésilée, l’Abjuratrice – et son frère. Sadhil. Je ne suis donc pas souvent chez moi ; et de toute manière, il y a tant à faire pour préparer les Fêtes qu’une paire de bras supplémentaire est appréciée.

J’ai terminé de troquer pour me procurer les menus présents destinés à mes proches : alignés dans ma sacoche, je les distribuerai au cours du Festival. Il est coutume de s’échanger des présents en signe d’amitié lors des Fêtes de Chiere, je viens donc amplement préparée. Des plumes élégantes destinées à Ambal, un harnais à griffon d’un cuir délicatement travaillé pour Osir, un ensemble de fioles en verre du Glorieux Crépuscule pour Ayla, un carquois léger mais robuste pour Sadhil, des babioles et colifichets pour mes amies Prêtresses – ma sacoche est pleine, et j’ai même quelques présents de secours pour le cas où j’aurais oublié quelqu’un. Prête pour la fête – j’ai aidé à la récolte de nourriture, aujourd’hui, escortant les cueilleurs pour les préserver des prédateurs comme des ennemis.

La nuit tombe pour le moment – Petit Matin bruisse d’activité, et je prends le chemin qui me ramènera chez moi. Un peu à l’écart, un peu en hauteur : tranquille, loin de l’agitation, loin du bruit. Une dernière bonne nuit de sommeil avant l’agitation frénétique du lendemain – j’attends chaque cycle avec impatience. Ces Fêtes sont bruyantes et animées – un festival de joie et de bonne humeur, et après les tragiques événements du Temple, les enfants de Chiere ont besoin de bonnes nouvelles à célébrer.

Chez moi, dans cette hutte solide et longue bâtie à flanc de colline qui s’élève à deux niveaux, tout est calme. En haut, là où je dors, il n’y a personne – je dépose ma sacoche au pied de mon lit et descends au niveau inférieur, là où mes invités sont installés, dans l’alcôve confortable où d’ordinaire je m’allonge pour méditer. J’y ai étalé des fourrures et couvertures confortables, semé quelques coussins – mais personne n’est encore là pour l’instant. Ils ne tarderont pas à rentrer, sûrement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7wonders.forumactif.fr
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
Team Rouquines ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 473
Date d'inscription : 23/03/2015
Double compte : Sorajaï Chemsa
Avatar : Jessica Chastain - by Love


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mar 23 Juin - 21:15

« Tu le bouges, ton sac, ou c’est toi que je bouge ! »

Le ton impérieux retentit depuis la terrasse inférieure. Je m’interromps en pleine phrase, chope en l’air, et échange avec Sven un regard alarmé. En bas sur le lac, la Valkyrie se balance doucement au gré du vent – il est venu assister aux Fêtes de Chiere, et comme d’habitude il séjourne au Manoir. Cette année, pourtant, je suis bien plus envahie qu’à l’ordinaire : les Prêtresses et Liges du Temple sont au Petit Matin, qui n’a donc pas pu recevoir les Chieresques des autres camps, mobilisant les Orphelins – lesquels n’ont donc pas pu recevoir les Égarés… Mon arbre est rempli des racines aux frondaisons – toutes les plates-formes d’invités sont chargées d’invités, certains arrivés plus tôt dans les lits, d’autres dans des hamacs accrochés à la hâte, et les derniers sur des coussins le long des passerelles. J’ai un peu peur pour mon intérieur, mais je n’ai accepté que ceux que je connais, de près ou de loin, et pour le moment tout se passe à peu près bien. Jusqu’ici en tout cas.

Posant ma chope, je descends d’un étage, Sven sur mes talons, et fais irruption en pleine empoignade. Un jeune Orphelin, à en juger par ses vêtements, est apparemment aux prises avec un Égaré plus âgé qui vient de l’apostropher agressivement. Rapidement, avec l’aide de Sven, nous calmons le conflit : apparemment, le petit dernier ne savait pas trop où s’installer, venant juste d’arriver, et a donc posé son sac un peu au beau milieu du chemin ; et Saïd n’a pas apprécié de ne pas pouvoir accéder à la passerelle menant à la plate-forme où il s’est installé avec son épouse Chieresque de Lame de Foi et leurs quatre enfants, dont l’aînée fait ses Rites de Passage cette année. Remettant tout mon petit monde à sa place, je renvoie Saïd et les siens à leurs pénates deux étages plus bas sous la canopée, et j’aiguille le jeune Orphelin vers une alcôve libre contre le tronc central, un peu loin de la cohue.

Je remonte ensuite, au dernier étage du Manoir, dans mes quartiers privés où seuls les invités proches sont admis. Il y a là la chambre de Thémis, mon propre habitat, et quelques pièces plus élégantes et confortables où résident actuellement Sven, qui a la sienne personnelle depuis des années à présent ; Rosemary, résidente toute récente mais installée à long terme ; et Safir Bachim, inexplicablement venu demander l’asile devant l’invasion du Petit Matin par à peu près les trois quarts d’Oblivion. Il reste un peu de place pour les derniers arrivants, si des amis de longue date viennent à se présenter – et demain, les fêtes vont commencer. Cinq jours d’ivresse et d’allégresse – ah, Chiere, que j’aime cette manière qu’ont tes enfants de te célébrer !

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Accro des Urnes

Pseudo web : Sammix
Profession : Ethnologue
Messages : 2165
Date d'inscription : 25/02/2015
Age du personnage : 28 ans
Double compte : Tessa
Avatar : Teresa Palmer


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mar 23 Juin - 23:46




“ Le Festival de Chiere ”

Refuge du Petit Matin


Oblivion m'avait réservé bien des surprises, tellement de surprises que je n'arrivais pas à comprendre pleinement tout ce qui pouvait m'arriver et arriver autour de moi. Depuis que la pierre de souhaits avaient disparu dans le temple qui avait brûlé, j'avais connu des péripéties étranges, très étranges même, sans que je ne comprenne pleinement ce qui avait pu se passer. J'avais fait tout mon possible pour sauver un griffon adulte des eaux d'un fleuve qui coule dans le coin, sans succès, j'étais trempée mais le griffon n'avait pas survécu, comme si Chiere n'avait pas voulu que je le fasse. Je ne comprenais pas pleinement pourquoi, ni ce qui était arrivé à ce moment là. Puis plus tard, j'ai trouvé un bébé griffon, petit Patapon comme je l'avais appelé, à croire que Chiere avait compris ma détresse devant sa mère où alors je ne comprenais rien du tout. Parce que oui, pour moi, si j'avais trouvé ce bébé dans ce labyrinthe, c'était parce que je devais jouer la mère de substitution, que je devais apprendre à agir ainsi envers cet être à présent sans défense, si ce n'était ma simple protection. Bien entendu, je n'y connaissais rien de rien en griffon, avant d'arriver ici, je ne connaissais même pas l'existence de ces animaux. Alors, voyant que Patapon était fragile, il avait réussi à me vomir dessus après quelques minutes de périples, je prenais conseil auprès des chieresques que je connaissais. J'avais peur qu'il m'apporte des maladies, très honnêtement, c'était ce qui me faisait le plus peur, mais j'essayais de lutter contre cette appréhension et de passer du temps avec lui, comme si j'étais sa mère pour de vrai, lui donnant tout l'amour qu'il m'était possible de lui donner. Et il m'avait adoptée de façon complète. Le soir, il s'endormait à côté de moi, l'esprit serein, du moins j'en avais l'impression et depuis quelques jours qu'il était avec moi, je n'avais pas fait de mauvais rêves. Est ce que cela était un bon présage ? Je n'en savais rien, mais mes mains tremblaient toujours par moment, j'avais toujours cette impression de parfois être dans le brouillard alors que je n'en ai encore jamais vu dans le coin, mais mon esprit est et restera sans doute toujours remplis de nébulosité, je le sais, j'en suis intimement convaincue.

En tout cas, on m'avait parlé de bien des choses et apparemment, une fête se préparait en Oblivion, une fête bien particulière que je ne connaissais pas encore, puisque je n'avais pas encore été présente ici depuis une année. Je n'avais donc pas bien compris ce qui était fêté mais vu que l'on m'avait expliqué cela alors que Patapon était en train de s'amuser avec moi, et que ma concentration en temps normal n'est déjà pas très bonne, vous pouvez comprendre que je n'ai pas tout suivi mais peu importe, je m'étais préparée et j'avais aussi préparé mon petit griffon pour faire la fête. Je n'allais pas le laisser seul à se morfondre, n'est ce pas ? Enfin pour le moment, nous étions encore chez nous, nous allions accueillir un peu de monde pour loger la nuit ici, à la demande des chieresques puisque cette année, il y avait bien plus de monde que l'année précédente qui étaient attendu au refuge du Petit Matin. Je ne savais pas comment je devais faire pour bien m'amuser, pour que tout se passe idéalement, je devais bien l'admettre. J'avais donc fait en sorte de pouvoir accueillir au moins quatre personnes à la maison, peut être cinq si on se serrait un peu ou s'il y avait un couple par exemple. On ne m'avait encore rien dit, mais j'avais hâte de faire preuve d'hospitalité, surtout que Patapon serait une belle attraction si jamais il y avait des enfants à accueillir.

_________________
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
l'Abjuratrice

Pseudo web : Elynore
Profession : Lige
Messages : 209
Date d'inscription : 08/04/2015
Age : 26
Age du personnage : 24 ans
Double compte : Athénaïs Versondre
Avatar : Gemma Arterton


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 24 Juin - 0:02


Cela faisait maintenant quelques jours que Penthésilée et son frère Sadhil logeaient à Petit Matin chez Sorajaï Chemsa. La lige avait fini par accepter la proposition de la prêtresse. Soucieuse de ne pas s'imposer entre les deux, la lige prenait soin de quitter l'habitation aux premières lueurs du jour. Les fêtes de Chiere, la Lige ne savait pas trop à quoi s'attendre. Elle les connaissait bien évidemment puisqu'elle était une chieresque. Mais son père, l'homme de son foyer et ses deux frères avaient toujours pris grand soin de l'en écarter. Par peur sans aucun doute qu'elle ne finisse par passer la nuit avec un homme, ou une femme. Alors pour une fois qu'elle était en dehors du temple et possiblement hors protection des mâles de sa famille, la jeune brune comptait bien profiter de cette fête. Pour l'occasion, la brunette avait guetter les caravanes. Le jour où elles devaient arriver, Penthésilée se leva aux aurores pour être dans les premiers à faire du troc. Il était de coutume d'offrir des présents à ceux auxquels on tenait. Enfin c'est ce qu'on lui avait dit un jour, il y a longtemps. Elle, elle n'avait pas l'habitude ni de donner et encore moins de recevoir. Pour elle, tout ce que pouvait faire ceux qu'elle aimait comme présent c'est d'être encore là pour l'accompagner sur le chemin de la vie. Oui elle ne demandait qu'une chose c'est qu'ils restent à ses côtés encore longtemps. Alors pour ne pas se sentir idiote, elle décida d'aller acheter des petits cadeaux à offrir.

Pour son maître et son protecteur Osir, la fille de chiere avait choisi de rappeler ce qu'elle était, l'abjuratrice. Elle qui désormais défendrait le temple corps et âme. Dans une fiole en cristal, elle versa des goûtes de son sang. C'était peut-être étrange, mais c'était ce qu'elle voulait. Elle lui devait beaucoup à Osir. Malgré ce qu'elle lui rappelait de sa propre vie, il avait pris soin de son entraînement. Il la considérait plus comme lige que comme ancienne prêtresse.  Pour Dalir, qu'elle espérait voir aux fêtes, elle prit une dague fine et souple comme il les aimait. Le cadeau de Sadhil fut tout aussi vite choisi. Un  magnifique carquois lui tendait les bras, pourtant la lige jeta son dévolu sur un collier dont le pendentif était un morceau de défense d’éléphant. Le reste des ses amis aurait le droit à des petites choses comme des perles ou d'autres petits cadeaux.  Mais un problème se posait. Elle pensait que Dhruva les avaient suivis à Petit Matin. Elle l'avait vu un peu en retrait après l'attaque du temple.  Malheureusement, elle avait beau le chercher du regard, elle ne le trouvait nul part. Il avait beau l'agacée, la faire sortir de ses gonds, elle aimait le savoir dans le coin. Son ancien ami et peut-être plus que cela pour la jeune femme maintenant qu'ils avaient grandi tous les deux. Alors dans ces conditions, elle ne savait vraiment pas quoi lui offrir. Tant pis, elle n'aurait rien. De toute façon, ils n'étaient plus si proche que cela désormais, même si la lige le regrettait elle devait l'admettre. Mais l'admettre avait un goût amer d'insatisfaction.

Une fois tous ses présents en poche, Penthésilée Saludja s'offrit quelques instants de flânage parmi les caravanes et étales. Elle troqua notamment quelques vieux bijoux contre une pluie de fleurs qu'elle mettrait dans ses cheveux dès le lendemain pour le début des festivités. La journée finit par s'achever et Penthésilée retourna chez Sorajaï. Elle rangea ses emplettes dans un coins de l’alcôve que la guerrière avait organisé pour le frère et la sœur. La nuit tombait doucement sur le campement du Petit Matin et Penthésilée eut du mal à dormir. Le lendemain matin, la jeune femme aux cheveux bruns se leva de bonne heure. Elle coiffa ses cheveux et y plaça ses fleurs entrelacées dans ses mèches ondulées. Elle sortit d'un coffre qu'elle avait ramener après son arrivée au campement une tenue des filles de Chiere. Elle l'aimait beaucoup et la mettait dans l'intimité de Chiere lorsqu'elle priait la Mère comme elle en avait pris l'habitude pendant ses quelques années de prêtrise. Cette tenue civile, elle la portait pour prier ne voulant pas porter d'arme devant Chiere. Elle avait l'impression de ne pas être lige, de revenir en arrière, avant son abjuration. Alors en ce jour-là, cette tenue rose pâle, ce voile qui venait lui couvrir les cheveux, là, en ces fêtes de Chiere, elle ne se sentait plus lige, malgré une dague dissimulée. Non dans son cœur, elle était redevenue prêtresse de Chiere, une vierge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 24 Juin - 2:15

Dans la foule il reconnait quelques têtes familières, des visages de chieresques croisés durant les derniers mois et des compagnons entre des dizaines d'inconnus. Il salue les gens et échange quelques mots, mais très vite l'envie de filer se fait sentir.

- Tu nous quittes alors?

Les traits de McAllister sont soucieux, bien que la fierté de l'islandais l'empêche de croire que le chef des orphelins se soucie réellement de lui. Les rapports entre le jeune homme et le professeur ont été cordiaux ces derniers temps, sans doute plus aimables qu'avec le reste du groupe. Après tout c'est grâce à l'américain qu'il est parvenu à fouler la terre d'Oblivion, une faveur que le jeune homme ne lui a jamais vraiment rendu.

- Ouais...Ölver a le regard fuyant, qui n'ose pas croiser celui de son supérieur. M'enfin je m'en vais pas très loin, je vais juste chez.....
- Je sais où tu vas Ölver. Mais tu sais que tu peux rester ici également.
- Je crois pas que ce soit une bonne idée.
- Tu t'es bien comporté ces derniers temps, bon peut-être un peu renfermé, mais.....McAllister hésite en cherchant les mots susceptibles de ne pas blesser le jeune homme. Il sait bien quel est le problème.
- T'inquiètes. Merci et puis tu peux refiler ma chambre à qui la veut. Je crois qu'aujourd'hui ca sera pas plus mal vu le monde.

Le jeune homme empoigne son sac, sac qui renferme la totalité des biens qu'il possède depuis son arrivée à Oblivion, et prend congé, non sans avoir échangé une solide poignée de main avec le professeur, accompagné de mots lâchés à la volée.

- J'serai dans le coin....A plus!


******

- Tain ca c'est de la baraque.

Le jeune islandais a la mâchoire décrochée en regardant le manoir entre les arbres. Il avance la tête en l'air, émerveillé par l'architecture titanesque des lieux. Mais très vite il s'y perd. Le manoir est trop vaste et lui trop paumé. Le sac atterit sur le sol. Ses yeux eux cherchent le chemin. Et c'est une voix agacée qui le fait sursauter.

Tu le bouges, ton sac, ou c’est toi que je bouge ! La voix est rude mais moins que la poigne qui se referme sur son t-shirt. L'égaré n'a pas l'air très enclin à discuter.

- Lâch....

Des voix inconnues interviennent, des silhouettes qu'il ne reconnait pas. La rouquine calme le jeu, et le gars lui rend sa liberté, tandis qu'il reprend ses affaires sans tarder. Merci, qu'il lui lâche. Il ne sais pas comment réagir alors il se contente de suivre la direction qu'elle lui indique. Son sac posé dans un coin n'embête plus personne. Le jeune islandais s'assoie par terre et se laisse aller à la contemplation des alentours. Le manoir comme le reste est assailli par les gens, l'ambiance bonne enfant donne envie de se mêler à la foule. Peut-être pas tout de suite, se dit-il, en restant à l'écart.


Dernière édition par Ölver Einarsson le Sam 11 Juil - 0:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 24 Juin - 21:25

Quitter le Nid-de-Vipère. C'est quelque chose d"assez courant pour Jax. Il parcourt les environs régulièrement, à la recherche d'une proie, d'un peu de distraction ou, tout récemment, d'une information sur ces merveilles dont beaucoup parle.  Sur le dos de sa monture, quelques sacs contenant de quoi troquer avec les nombreuses personnes qui seront présentes au Petit Matin. Les fêtes de Chiere. Ce n'est pas la première fois que Jaxson s'y rend, loin de là. Depuis le temps qu'il erre en Oblivion, il a emprunté le rythme de vie de ses habitants.  Les Chieresque ne risquent rien ; de sa mission divine, ce sont les seuls à être épargnés. Les anges de ce monde souillé. Ce sont bien les seuls être que Jaxson respecte entièrement. Il soupire doucement tandis qu'il aperçoit déjà les colonnes grouillantes de visiteurs s'engouffrant vers le lieu de rendez-vous. Flattant l'encolure de l'équidé dont il vient de descendre, Jaxson contemple l'ampleur de la foule. Bordel de merde. qu'il lâche soudainement. Cette année, c'est encore pire que les autres. Son regard sombre scrute cet amas de corps se mouvant sous l'impulsion d'une force commune ; tous se dirigent vers la promesse d'une fête grandiose et sans précédent.  

Le vieil homme observe les volutes de fumée qui dansent sous son regard. Il est content de lui ; il a échangé quelques babioles contre un magnifique coutelas au manche d'ébène, joliment travaillé. Des présents pour ses proches ? Oh, Jaxson y a pensé un instant. Il a haussé doucement les épaules. C'est que, à vrai dire, il n'a pas énormément de personnes dans son entourage direct. Il y a bien les égarés qui traînent avec lui, c'est sûr mais... leur relation s'arrête au partage du plaisir de chasser. Pour tout dire, Jaxson a l'art de s'engueuler avec les plus jeunes - en toute franchise, il les provoque avec joie, il adore cela. Un rictus se profilant au bout de ses lèvres, le vieux semble chercher quelqu'un du regard. N'importe quel observateur pourrait penser qu'il est à l'affût d'un compagnon perdu. Que dalle. Jax se demande s'il n'y a pas une bonne proie à viser dans le tas. Oh, bien sûr, l'égaré ne fera rien de trop provocant durant les jours qui viennent. Non, il attendra que la fureur de la fête retombe, que les cœurs soient remplis d'euphorie pour frapper un grand coup. A moins que l'occasion de se défouler un coup ne se pointe durant les festivités ? Il verrait bien.

Pour l'instant, une toute autre chose préoccupe notre homme. Marchant tranquillement à côté de son cheval bai foncé, son chapeau éternellement vissé sur le haut de son crâne, il a des allures de cowboy. Jax cherche quelque chose. Plus un gars avec qui jouer à chat mais bien de quoi se sustenter. Son estomac criant famine le fait grimacer; Problème ; Jaxson est loin d'avoir envie de marchander à nouveau, son taux de patience est épuisé depuis longtemps. Le vieil homme s'approche l'air de rien d'un Orphelin semblant peu sur de lui, entrain de déguster un plat mijoté dont l'odeur est particulièrement alléchante. L'égaré feint alors de trébucher à moitié sur le pauvre gars qui, vraisemblablement trop gentil, s'empresse de lui demander comment il se porte. En cet instant, Jaxson démontre tous ses talents d'acteur ; se lamentant, il évoque de façon évasive un soucis cardiaque, suppliant son interlocuteur d'aller lui chercher de l'aide. Le vieux attend dix secondes, le temps d'être hors de vue de son sauveur piégé. Comme il l'avait espéré, le petit gars a laissé son plat dans la précipitation. Jax s'en empare avant de s'écarter tranquillement, son cheval à sa suite. Tout cela commence bien.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Pseudo web : Juleffel
Profession : Peintre
Messages : 17
Date d'inscription : 25/05/2015
Age du personnage : 26
Double compte : Alec Rosenthal
Avatar : Christina Hendricks


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Dim 28 Juin - 15:59

Elle est partout.

Prêtant la main à qui voudra bien la prendre. Elle prépare des banderoles, file les accrocher, court chercher des provisions, chantonne en peignant les huttes et de grandes toiles préparées pour l’occasion. Parfois, elle danse avec des inconnus, profitant d’un peu de bon temps. L’ambiance est au beau fixe, à la fête, et rien ne saurait faire disparaître le grand sourire qui a conquis son visage depuis le début de la journée. De temps à autre, elle joue avec un bébé griffon, nommé Patapon, compagnon mignon d’une femme qu’elle a rencontré dans la matinée.

Quelques autres peintres l’aident à décorer le village aux couleurs du Festival de Chiere. Ils ont beaucoup de travail, les habitants leur font confiance pour donner de la vie aux bâtiments, et c’est un grand honneur pour elle de faire partie de l’équipe. Elle peint de grandes arabesques colorées, des représentations plus au moins folles des divers Dieux qui peuplent leur imaginaire commun, elle se perd dans ses dessins, profite de tout support pour faire vivre son art dans les trois dimensions, sur les toiles, les arbres, les planches de bois, ou même les meubles qui traînent à l’extérieur.

Elle est arrivée plus tôt, avec la caravane de provisions Chieresque, venant du nord, si cela a vraiment un sens en ce pays. Ce n’est pas la première fois qu’elle passe par le refuge du Petit Matin. Elle aime cette contrée et ses habitants, même si elle se méfie des Orphelins qu’ils hébergent. Elle a entendu parler des étrangers, des Égarés. Elle était trop loin lors de l’attaque du temple, et n’aurait pas été d’une grande aide, mais elle sait ce qui s’y est passé. Comment faire confiance à ces étrangers, ces inconnus ? Mais elle sait au fond d’elle que ceux qui seront là ont été acceptés par ses frères et sœurs Chieresques. Elle n’a donc pas de raison de les craindre outre mesure. Et puis, qui serait assez fou pour tenter un acte insensé dans un endroit aussi bondé ?

Peut-être pourra-t-elle profiter de ces quelques jours pour parler avec eux, pour apprendre à les connaître, découvrir un peu de leur monde ? Elle repère un grand, moustachu, avec un chapeau étrange, une tête de squelette sur le devant. Instinctivement, il lui fait peur.

Peut-être plus tard, en fait.

Elle file dans la direction opposée, continuer de s’occuper de la préparation du village. Oui, certainement plus tard.

Le soir venu, elle part se cacher dans les hauteurs, grimpant avec son équilibre légendaire de branche en branche pour trouver un coin tranquille. Là, elle étend un hamac entre deux troncs. Avec le monde insensé qui a rejoint le village, il n’y a pas de risques, les animaux vont rester bien éloignés du campement, elle peut dormir sur ses deux oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
la Passe-Muraille

Pseudo web : Mari-Jane
Profession : Bibliothécaire
Messages : 99
Date d'inscription : 24/04/2015
Age du personnage : 27 ans
Double compte : //
Avatar : Bella Heathcote


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Lun 29 Juin - 13:32

La jeune Esther Delmas regardait de ses grands yeux bleus les évènements se dérouler. L’agitation, la foule qui avait rejoint le camp des Orphelins, l’impressionnée et lui donnait le sentiment d’être revenue à Paris. Elle n’avait jamais vraiment aimé la foule, mais là pour la première fois depuis son arrivée en Oblivion, elle se sentait bien, en sécurité, avec tout ce petit monde, qui apportait en même temps de la vie dans le camp. De sa cabane, elle observait et écrivait en même temps dans un petit journal, ce qu’elle voyait. Depuis qu’elle avait découvert les Puits du Savoir, la jeune femme avait commencé cette rédaction, pour que son frère puisse avoir le récit détaillé de toutes ses aventures en Oblivion. Par ce geste, Esther voulait aussi montrer qu’elle n’était pas l’empotée qui ne pouvait pas faire deux pas sans tomber, mais une jeune femme qui arrivait à se prendre en main, malgré les difficultés. Enfin, se prendre en main était un grand mot, puisqu’Esther était incapable de se débrouiller toute seule et ça pour beaucoup de choses. En dehors des plantes, qu’elle cueillait, elle ne savait ni chasser, ni pêcher et encore moins monter aux arbres, pour pouvoir chercher sa propre nourriture. Et pour le reste, c’était bien pire, puisque la jeune bibliothécaire était incapable de se défendre.
De ce qu’Esther Delmas avait compris, à propos de cette agitation, c’était qu’une fête se préparer. En écoutant, elle avait entendu parler d’Eveil, elle ne savait pas vraiment à quoi ça correspondait et comme elle le faisait chaque fois, elle allait voir dans ses précieux livres, si elle pouvait trouver la mention de ce moment. Elle y avait vu l’évocation de Fêtes de Chiere, de cycle, mais elle ne comprit guère tout cela, elle avait questionné une personne qui était présente depuis plus longtemps qu’elle en Oblivion, mais on lui déclara, que le mieux était qu’elle voit cet évènement de ses propres yeux. Depuis, elle observait, regardant les costumes des prêtresses et des Chieresques. Ses pensées ne cessaient de fourmiller et elle ne savait plus où donner de la tête. Jamais elle n’avait vu le camp des Orphelins aussi plein, de plus, il paraîtrait que Petit Matin était aussi bondé et que d’autres lieux accueillaient un nombre innombrable de personnes. Esther, curieuse comme elle était à propos de cette culture s’était promenée dans ces différents lieux, admirant les caravanes et s’amusant à les étudier avec son amie Lisbeth. Parfois, Esther trouvait la jeune femme aussi étrange qu’elle-même, mais cela l’amusée et au moins, elle avait une compagne avec qui partager sa soif de connaissance et de culture.

A la veille des fêtes, l’agitation se fit plus intense, le monde semblait être en ébullition et les Chieresques étaient parvenus à communiquer leur impatience aux Orphelins. Esther avait hâte de pouvoir découvrir tout cela de ses propres yeux. Elle se sentait agitée, impatiente et elle ne trouva guère le sommeil quand vint l’heure de dormir. Le bruit venant du dehors et sa propre agitation ne l’aidant pas à s’endormir, elle resta allongée, observant le toit de sa cabane et pensant aux nombreuses choses qu’elle avait pu voir. Une seule chose lui manquait, c’était de ne pas pouvoir partager cet évènement avec son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Plaque tournante du trafic de sèche-cheveux ♪ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Chasseresse
Messages : 1567
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Sila'ë Achal
Avatar : Freida Pinto


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Lun 29 Juin - 21:27

Prudente et prévoyante. Cela faisait des jours et des jours qu’Ambal préparait soigneusement dans son coin les Fêtes de Chiere. Elle ne ratait jamais l’une de ses fêtes si importantes aux yeux des chieresques. Ce qu’elle préfèrait : offrir des présents à ceux qu’elle aimait. Cette année, c’était différent. Petit Matin recevait. Beaucoup plus de monde qu’à l’accoutumer. Une bonne occasion pour les Egarés Renégats de finir ce qu’ils avaient commencé. Ambal guettait l’orée de la jungle, elle n’était pas rassurée. Cela ne serait que pure folie de tenter quelque chose maintenant,  ils étaient trop nombreux au Refuge. Justement, et si cela posait un problème au fond ? Éternelle inquiète pour la communauté, c’était contrariée qu’Ambal se préparait à se rendre aux festivités du lendemain. Une jolie fleur dans les cheveux, eux-mêmes soigneusement peignés. Une tenue prévue pour l’occasion qu’elle s’était elle-même confectionnée.

Un dernier coup d’œil sur les présents qui se trouvaient sur son lit. Elle en avait prévu pour tout le monde (du moins ceux qu’elle connaissait un peu). Cela lui avait prit un bon moment pour tout rassembler mais, Ambal était organisée - elle ne s’y prenait jamais au dernier moment. Les Fêtes de la Mère, c’était sacré il fallait être prêt. Un jolie bracelet pour Sorajaï, un vieux carnet pour Esther, un poignard sertis de très bonne qualité pour Safir, un arc puissant pour Hortense, des huiles de parfum pour Penthésilée. Ambal n’avait rien prévu pour Briséis, c’était toujours très délicat entre nous. Elle avait également prévu une sacoche avec différentes petites choses qui serviraient à Charly et Adam s’ils reprenaient la route. La chieresque avait un certain attachement pour ce groupe, elle ne voulait pas qu’ils leur arrivent malheur.

Aux côtés de Sorajaï, Ambal avait aidé aux différents préparatifs de la Fête. C’était devenue une habitude, une tradition. La jeune femme était soigneuse et appliquée, cela lui plaisait. Elle jubilait en silence par l’annonce de l’Eveil et la fin du Rêve mais son allégresse se voyait beaucoup moins que pour certains chieresques qui avaient la joie de vivre. Elle se souvenait de son rite de passage et des fêtes des années précédentes. Lou-Ann était près d’elle, endormie. La cabane d’Ambal pouvait encore accueillir une personne - elle avait proposé à Hortense de venir loger chez elle le temps des festivités ou plus si elle le désirait comme le Village des Orphelins était envahit... Comme Petit Matin. Ambal savait qu’elle n’était pas d’une compagnie très joyeuse et sa cabane était assez petite donc, la chasseresse ne pouvait apporter qu’une aide limitée. Elle portait un bijou offert par Safir, et s’était faite toute belle pour l’occasion. Tout était prêt pour le lendemain, elle voulait juste profiter de la Fête et oublier ce qu’il s’était passé au Temple. L'Eveil arrivait à point nommé, ça serait l'occasion pour tout le monde de se changeait les idées.

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ Une étoile qui a cessé de briller. Une fleur fanée. Un soleil qui ne se lève jamais. Un gout amer dans la bouche. Une douce mélancolie. « Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…» Son coeur est mort. Son âme perdue. Ses mains maculées de sang. Ambal, la mère brisée.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
{ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Gardienne des Traditions
Messages : 439
Date d'inscription : 14/05/2015
Age : 26
Age du personnage : 26 ans
Double compte : Ambal Sajor
Avatar : Keira Knightley


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Lun 29 Juin - 23:19

L'Eveil remplaçait le Rêve, comme la lune chassait le soleil, comme la pluie laissait place au beau temps, comme l’hiver ne voyait jamais l’été. Je ressentais chaque cycle dans l’environnement qui m’entourait. Chiere était dans toutes mes pensées pour ce passage très important à l’aube de l’été. En si peu de temps, nous avions du faire face à de nombreux changements. La pierre de souhait avait été dérobée sans Maura Salem, inutilisable mais, elle était au centre de mes préoccupations. Elle devait nous revenir. Jusqu’où irait ces étrangers, c’était la question que je me posais, me répétais inlassablement. Quel chemin chaotique avions-nous emprunté ? Où tout cela allait nous mener ? Cette cohabitation avec les Orphelins et les Egarés, je l’espérais, serait bénéfique pour tous. Je craignais d’éventuelles mésaventures. Je sentais comme un mauvais présage dans l’air. Quelque chose ne tournait plus rond en Oblivion. Je le craignais.

Voyager de campement en campement, rencontrer des gens et leur parler, partager des coutumes, une histoire - j’avais l’habitude pourtant... mais là, j’avais le mal du pays. Non pas que le Refuge du Petit Matin n’était pas accueillant, loin de là... c’était un tout, un amas de circonstances qui ont fait que le Temple me manquait terriblement. Notre sécurité avant tout, j’en avais conscience mais, notre place, à moi, aux prêtresses n’étaient pas ici. Nous avions fuis devant l’ennemi. Il fallait sécuriser le Temple et visiblement, les Liges n’étaient pas suffisants face à une attaque préparée. Nous soupçonnions le campement des Vipères d’être les coupables de cet acte impardonnable. Nombreux guerriers voulaient riposter montrant ainsi notre puissance et notre domination. D’autres craignaient les pertes trop importantes si l’on s’aventurait sur leur territoire. Je réfléchissais à toutes les éventualités possibles, j’avais même songé à partir en reconnaissance... Je n’étais pas préparée à cela et cela devait se ressentir. J’étais préoccupée.

L’effervescence et l’allégresse avaient envahi Petit Matin à mon plus grand bonheur, les plus jeunes préparaient leurs rites de passage - un grand moment dans la vie d’un chieresque. D’un pas élégant, je me baladais dans le village. Demain, les Festivités commenceront. Je m’assurais que tout soit prêt. Puisque nous étions là, autant nous rendre utile. Je me préparais à prier Chiere, notre mère à tous de sa bénédiction. Pour beaucoup, l’attaque du Temple était derrière eux. Pour moi, j’avais encore les images devant les yeux. Des visions qui ne partiraient jamais, une épopée que je raconterai. J’avais préparé une robe d’apparat confectionnée soigneusement par les couturières de Chant d'Espérance. Un cadeau lors de ma visite dans le campement des plaines. J’attendais des étrangers un comportement irréprochable et surtout respectueux envers nos coutumes. Mon regard était inchangé, j’étais mitigée et ce serait l’occasion pour nous de la jauger.

Ceux qui s’intégreraient, je les accepterai comme des enfants de Chiere. Les autres... nous verrons. Certains étaient prêts à se sacrifier pour nous, notre lieu de culte, notre joyaux sacré - je ne l’oubliais pas. Les visages, les noms étaient gravés dans ma mémoire.  Notre Mère à tous saurait les récompenser. Demain serait un nouveau jour. L’aube de l’Eveil. Une nouvelle ère - celle des moissons, celle des jours les plus longs, celle où les petits grandissent, celle où il faut se préparer avant l’Ere du sommeil. L’Eveil était la période la plus enrichissante et fructifiant pour Oblivion. Je n’avais qu’une hâte : être à demain et oublier hier.

_________________

- Une poésie muette -
« Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot.»

Un souffle d'espoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Maîtresse Pipeuse

Pseudo web : Reyna / Shaoren
Profession : Botaniste
Messages : 183
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 24
Age du personnage : 24 ans
Double compte : //
Avatar : Tatiana Maslany


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mar 30 Juin - 22:25

Rosemary en avait marre. Mais ça, c’était pas vraiment nouveau non ? Non.
Il ne lui était rien arrivé de bien depuis qu’elle avait débarqué sur Oblivion. Rien du tout. Bon, d’accord, le manoir d’Istalia était quand même très très comfortable. et cette visite à Nid-de-Vipère et la rencontre avec Jack avait été plaisante. Et la découverte du semblant de Macdo une illumination après une journée pourrie. Mais c’était bien tout.
Téléphone en mode haut parleur et AC/DC à fond dans les oreilles pour se défouler, Rose se contorsionne devant le miroir pour observer son épaule. Lentement elle défait le cataplasme et grimace devant la tête de la blessure. C’était déjà mieux que la veille, les plantes commençaient à faire effet. Mais quand même, rien que le fait de bouger son épaule la faisait grogner de douleur. Foutus singes. Foutus, putain de singes. D’abord ses clopes et ensuite sa pierre, lui laissant juste la force de rentrer en boitant chez Istalia.
Il lui faudrait des plantes, des plantes plus efficaces que celles qu’elle avait pu ramasser déjà. Pour le moment sa maigre réserve empêchait l’infection mais c’était tout. C’était la principale raison pour laquelle elle irait assister aux festivités demain. Ca et l’alcool. Ouai. Elle avait bien besoin d’une bonne cuite, de se défoncer, de faire la fête quoi. Ptêtre rencontrer des gens, des anglais comme elle ? Ca serait tellement cool, quelqu’un avec un accent acceptable. Parce que l’accent rugueux d’Alec commençait sérieusement à la foutre en rogne et celui de Nemesis, n’en parlons pas.

Bref, Rosemary enfila une tunique légère, grimaçant lorsque le tissus frotta contre la plaie, elle se passa un peu d’eau sur le visage pour se rafraichir avant de sortir de la salle de bain. Autour d’elle ça grouillait de monde, depuis le matin et même avant des gens étaient arrivés pour être hébergé chez Istalia afin d’assister aux festivités. Mouai. Elle n’aimait pas vraiment ça, Rose, déjà le fait de s’être installée au manoir lui faisait grincer des dents, alors si en plus elle devait se la jouer social…. Pitié.


Tu le bouges, ton sac, ou c’est toi que je bouge !

Ca se fight déjà. Rosemary passe la tête à travers la porte pour observer la scène, sourire moqueur aux lèvres. C’est un jeune homme qui se fait emmder, un gamin à l’air paumé, ou emerveillé, peut être. Puis c’est au tour d’Istalia d’intervenir. Beurk. Encore un résident de plus...Encore quelqu’un à éviter.
Rosemary ne voulait pas d’attaches dans ce monde, elle ne voulait pas créer de liens. Rien que l’affection qu’elle commençait à porter à Jack l’angoissait. Elle préférait les insultes aux rires, les claques aux caresses. C’était plus sur, moins dangereux.

Gromelant un salut, Rosemary s’installe dans un coin de la pièce, écouteurs sur les oreilles et téléphone devant les yeux, il lui restait assez de batterie pour une partie de 2048, rien de mieux pour se détendre avant d’aller dormir non ? Chaque jours qui passaient elle bénissait son chargeur solaire qui lui permettait de garder un pied dans la modernité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 7
Inventaire:
Titres:


Pseudo web : D.C.
Profession : Navigateur
Messages : 280
Date d'inscription : 29/06/2015
Age : 35
Age du personnage : 43 ans
Double compte : /
Avatar : Gerard Butler


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mar 30 Juin - 23:06

« Pourquoi as-tu accepté cette invasion chez toi ? »

Je m’interroge. Comment peut-on inviter autant de monde dans un lieu qui est censé être un havre de paix ? L’espace de quelques secondes, j’imagine toutes ces personnes à bord de la Valkyrie et je ressens comme des sueurs froides. Ceci n’est pas concevable. Si j’accepte de prendre à bord de temps à autre un passager, autant d’un coup, et même pour si peu de temps, je ne fermerai pas l’œil de la nuit. Même de toutes celles qu’ils resteront. Istalia y arrivera-t-elle seulement ou sera-t-elle là, à guetter que tout se passe bien, même quand chacun sera aux prises avec Morphée ?  Je songe un bref instant à mon voilier, amarré en contrebas. Et si l’un d’entre eux monte à bord ? Si Talia veille durant la nuit, elle aura de la compagnie. Le Valkyrie est une raison suffisante pour que je reste éveillé également. Ou alors que je dorme à son bord même si j’ai ma propre chambre au manoir. Je peux comprendre sa nervosité même si la mienne est différente. Les raisons du surpeuplement du manoir, c’est une autre histoire pour laquelle j’attends une réponse.

Celle-ci est sur le point de venir quand une voix en contrebas retentit et nous interrompt dans notre discussion. La sonnette d’alarme est tirée. Les festivités ont commencé mais non forcément dans le bon sens du terme. Au regard que me lance Talia, j’ai compris. Cette discussion est remise à plus tard. Dans un soupir, je descends sur ses talons pour découvrir les fauteurs de troubles. En soi, ce n’est qu’une futilité qui prend une importance disproportionnée. Un sac déposé au milieu du passage… Il y a pourtant une solution simple pour le libérer. Balancer le sac dans le vide. Oui mais c’est risqué qu’il atterrisse sur la girafe de Talia ou pire sur mon bateau et amoche le pont. Alors, je ne dis rien et me contente d’intervenir aux côtés de mon amie pour séparer les fauteurs de trouble. Si j’en connais un, ce n’est pas le cas du second.

Un gamin, je ne suis même pas certain qu’il soit majeur. Je me demande s’il appartient à ce groupe arrivé depuis quelques mois. Mes allers et retours entre les flots et le manoir ont été trop nombreux pour que je puisse le dire. Je n’ai pas suivi les potins de ces deux derniers mois, difficilement ceux des six derniers. Au petit jeu du détective privé qui observe de loin ce qui se passe, je dois arriver bon dernier. J’ai besoin d’un cours de rattrapage pour le coup mais ne le réclame pas. Ni à Talia, ni même à ce gamin. Le calme revenu j’hésite un moment. Remonter vers ma chambre ou descendre vers ma maison. Le débat est lancé, me tiraille un peu. Le voilier appelle mon cœur, inexorablement. Ma tête se montre un peu plus sage et finit par me faire reprendre la direction de l’étage. Après tout, mon baluchon est posé sur mon lit. Il est peut-être temps que je prenne quelques minutes pour le défaire, même si ce n’est que pour peu de jours, le temps des festivités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Jeu 2 Juil - 23:08


Il y avait les gens intégrés. Et il y avait Nemesis.
On trouvait de tout par ici. Ceux qui étaient bien habillés, intégrés, ceux qui trinquaient, qui rigolaient, ceux qui faisaient flipper avec leurs regards froids ou ceux qui paniquaient.
En soi, le monde n’était pas totalement différent du monde réel, il y avait une diversité affolante parmi les caractères - et Nemesis ne faisait pas exception. Le regard dans un mélange de suspicion et d’incompréhension, contemplant le manoir en essayant de ne pas juger ce qu’il estimait être un cruel manque de goût.
Oui. Nemesis était venu en touriste.

Ces fêtes, il n’y connaissait rien.
Cette culture, il s’en moquait.

Mais il y avait de la bouffe. Alors il y avait Nemesis.
Il aurait peut-être été important de souligner sa tenue vestimentaire à peine acceptable - il avait entendu parler d’une fête importante, alors il avait enfilé son t-shirt Doctor Who, c’était sa tenue de soirée - et le fait qu’il s’était perdu sur le trajet.
Fort heureusement, il était venu, à cause d’une erreur, avec un jour d’avance.
Jour qu’il avait perdu avec son splendide sens de l’orientation.

Ce fut sans doute Ölver qui lui remonta le moral. Il n’aurait jamais admit ça auprès de l’islandais, mais un visage familier le rassurait.
« Yo. Toujours aussi moche. »
Une tape sur l’épaule d’Ölver pour accompagner sa remarque. C’était devenu une habitude entre eux.

Nemesis balaya la pièce du regard, faisant face à plein de personnes inconnues. Il avait un sérieux problème de communication avec les gens et un monde inconnu n’arrangeait rien à l’affaire. L’écossais plissa des yeux dans une mine méfiante quand il aperçut Rosemary - une chance que cette taré soit cloîtrée dans son coin, elle le faisait flipper depuis l'autre fois.

L’observation des lieux était faite.
Restait maintenant à s’intégrer - quelle idée de merde il avait eu en venant ici.
Nemesis avait beau ne pas croire en quelque chose d’aussi absurde que l’existence d’un dieu, il aurait bien voulu se tromper.

En ce moment, il priait pour que les choses se passent bien. Davros ou Jésus, peu lui importait.
Pour autant que cette soirée en société ne le tue pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Pseudo web : coffee&cookies
Profession : apprentie Passeuse d'âmes
Messages : 59
Date d'inscription : 05/07/2015
Age du personnage : 32 ans
Double compte : /
Avatar : Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Lun 6 Juil - 22:27





“ Le festival de Chiere ”

tous les enfants de Chiere



Je hoche la tête alors que la Passeuse me demande de la laisser seule quelques instants. Je ne suis plus une enfant, et j’apprécie d’autant plus ces instants de liberté qu’elle m’octroie de plus en plus souvent. Mais aujourd’hui plus que jamais. Et il faut bien une raison particulière pour que je supporte la présence d’autant de monde autour de moi. en réalité, je ne leur prête presque pas attention. Le Festival de Chiere. La fête de l’Eveil est pour un bientôt, un nouveau cycle va commencer dans notre vie. Et j’ai une pensée pour toutes les âmes dont nous nous sommes occupées durant ce dernier cycle, la Passeuse et moi. Beaucoup ont eu droit à leur recommencement, et j’en suis fière, et heureuse. Un sourire illumine même mon visage, ce qui ne manquera pas d’étonner bon nombre de villageois. J’ai même fait un effort particulier cette année. Ma tunique est propre, je n’ai encore lancé de boue sur personne. Pas comme la première fois où je m’étais rendue au temple… en bonne petite souillon. Mais là c’est différent. Même si je ne suis pas à l’aise avec ce fourmillement de vivants autour de moi, je sens la puissance de Chiere qui nous couve de son amour.

Ma main se pose sur ma besace. Dedans se trouve le seul présent que je vais offrir cette année. Mes parents ne sont plus vivants, leurs âmes ont déjà regagné Chiere, et je n’ai pas de réelle attache ici. Exceptée la seule personne que je déteste autant que je l’aime. La Passeuse. Mon regard se pose un instant sur elle. Elle me pousse chaque jour un peu plus loin, elle m’oblige  dépasser mes limites pour maitriser absolument notre science, notre art. Elle est d’une exigence et d’une sévérité redoutables, mais elle est également la personne la plus bienveillante que je connaisse. Elle est parfaite et tout le village l’aime. Quant à moi, j’ignore encore pourquoi elle m’a choisie et si je serai réellement capable un jour de devenir la Passeuse des Ames de Petit Matin. Parfois, je m’en veux d’être ainsi, de ne pas être une héritière digne d’elle. Ce festival, c’est donc aussi pour moi l’occasion de dire à la Passeuse à quel point je l’aime et à quel point je lui suis reconnaissante de sa bonté envers moi, car les mots, je ne sais les prononcer.

Je passe dans les étals, notamment pour admirer les lames qui serviront demain pour les jeux d’adresse. De très belles lames et ma jeunesse de chasseresse sait en apprécier la légèreté et la beauté. J’échange quelques mots, bien intéressée par l’une des lames. Tout se troque en ce monde et j’échange un peu de salva divinorum contre une lame en argent, dont le manche a été travaillé sobrement mais très élégamment. C’est alors à ce moment-là que je remarque une scène étrange. Un étranger, avec un bien surprenant couvre-chef, traverse la foule avec son cheval avant de… jouer la mascarade devant un jeune enfant. Mon sang ne fait qu’un tour. Voilà pourquoi j’estime aussi peu les hommes. Ce ne sont donc que des menteurs et des tricheurs. Et là, c’est plus fort que moi : j’avise un étal de fruits divers et variés et je demande au marchand ce qu’il désire en échange d’un fruit en particulier… qu’il refuse au départ de me donner compte tenu de son état de maturation trop avancé. Mais pour ce que je veux faire, il est parfait. Ni une ni deux, je soupèse le fruit, avant de le balancer à l’arrière du crâne de l’étranger qui a osé inventer un mensonge pour voler le repas d’un petit garçon. Je ne hais rien de plus que le mensonge. C’est impardonnable. Chiere ne ment pas. Elle est pleine et entière avec nous. Alors que des enfants, qui vivent sous son aile, osent s’adonner à ce genre de bassesses, cela me révolte. Pas peu fière de mon superbe tir, je tourne la tête, et vois le regard sévère de la Passeuse. Je soutiens son regard, défi puérile d’un orgueil de femme-enfant. Je l’ai encore déçue. Me tenant bien droite, j’arrive à la hauteur de ma victime.

« Vous ne devriez pas mordre la main qu’on vous tend, surtout pendant le festival de Chiere. Les mensonges se paient toujours au centuple, alors qu’un simple « s’il vous plait » aurait suffi à vous obtenir à manger ce soir. Vous devriez prier, monsieur, terminer un cycle sur un mensonge est une mauvaise chose. »

J’ai vu tellement d’âmes perdues que je ne comprends toujours pas pourquoi les gens s’acharnent à si mal agir de leur vivant. Son âme sera bien sombre à lui, surtout qu’il n’est pas natif d’Oblivion…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Division locale de la SPA

Pseudo web : Seven le BG ♥
Profession : Ancienne étudiante en biologie
Messages : 307
Date d'inscription : 01/03/2015
Age : 18
Age du personnage : 19 ans
Double compte : //
Avatar : Chloe Moretz


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 9:19

Jugeant que déjà beaucoup de monde avait préparé assez de place pour accueillir d'éventuels nouveaux venus, Eline Wright décida qu'elle ne ferait aucune place autour d'elle. Après tout, chaque recoin qu'elle avait était essentiel pour ranger ses livres, ses affaires et le reste, elle le gardait pour Stitch, son perroquet, et son petit raton-laveur auquel elle n'avait toujours pas trouvé de nom. Elle chercherait plus tard, au petit déjeuner avec d'autres orphelins par exemple, cela lui permettrait de rencontrer des gens, ou même à la fête qui se préparait, elle aurait tout le temps d'y songer. Elle avait eu du mal à s'y faire, à ces deux petites bêtes, le pire c'était Stitch qui, au départ, ne cessait de dire « Maman » à tout bout de champ. Il avait maintenant compris qu'elle était française et ne le disait presque que dans cette langue, mais parfois quand il était fatigué ou énervé ou qu'Eline ne l'écoutait pas, il se remettait à faire son dictionnaire multilingue, toujours avec ce même mot, Maman. Consciente que la jeune fille accueillait maintenant un zoo chez elle, elle se débrouillait comme elle pouvait pour s'en occuper et leur ramener de la nourriture qu'elle trouvait lors de ces expéditions, quasi quotidiennes désormais. Mais, aujourd'hui, elle avait besoin de faire une pause et puisque l'heure était aux festivités, elle était décidée à y participer, cette fois.

La jeune blonde s'était beaucoup rapprochée d'Hortense ces derniers temps, elles partageait leur chemin plusieurs fois dans la semaine pour explorer la jungle. S'étant vues la veille, elles avaient convenu de se retrouver à la même heure et au même endroit pour se rendre au camp du Petit Matin cette fois. Eline avait besoin de s'amuser un peu et par dessus, elle avait décidé de faire le premier pas pour une fois, et d'enfin rencontrer du monde. Elle n'en pouvait plus de rester seule. Etre avec Hortense lui avait permis de constater qu'elle ne pouvait plus continuer à se renfermer sur elle-même. Et puis, avec les bruits bizarres qui devaient émaner de son lieu de vie à cause de ses animaux, les habitants de son village devaient se poser de nombreuses questions sur elle. Ce dernier était calme lorsqu'elles prirent la route mais tandis qu'elles s'approchaient doucement de leur destination, elles commençaient à entendre au loin de l'agitation, la fête se préparait déjà. Elle vit au loin une tête brune bien connue maintenant, elle reconnut Ambal et s'empressa de la rejoindre.

« Besoin d'un coup de main ? Je te dois toujours un service. »

_________________
Prix en bataille ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur HTTP://littlebirds.forumactif.org
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 20:15


 
 

 
 
1er voyage - 2ème exploration

“ le festival de chiere ”


   
intrigue générale - sujet central
Tour #1 - 21/06 au 28/06 - prolongé 07/07
Tour #2 - 08/07 au 19/07

   




C'est le premier jour des fêtes de Chiere ! Dès l'aube, aux premiers rayons du soleil, les tambours de cérémonie résonnent dans la jungle, appellent à la liesse, et les habitants convergent vers le Petit Matin où règne l'allégresse. Le premier jour est celui de l'Origine : l'on célèbre l'éveil de la conscience de Chiere et la création de l'univers, né de son souffle et de ses larmes. C'est le jour des enfants de Chiere, et les rituels des Prêtresses attirent chaque cycle mille manifestations de sa grandeur. C'est ainsi que, tous les ans, du lever du soleil à son coucher, le règne animal se manifeste puissamment pour se joindre à la célébration des hommes ; la jungle résonne des cris des fauves, les oiseaux inondent le ciel du chatoiement de leurs plumes, et au Petit Matin des cohortes de papillons venus du Berceau des Sourires se posent d'ordinaire sur les épaules, les mains, les têtes. Les fleurs rivalisent de senteur et de couleurs – l'air est riche d'une brise parfumée par les encens.

Mais pas cette année. Les tambours ont beau appeler, les hommes ont beau se tourner vers le ciel : rien ne bouge. Pas un bruit ne résonne dans la jungle qui bruissait de vie une minute à peine avant le lever du soleil. Les oiseaux se cachent – pas de papillons. Pas de fauves, pas d'éléphants dans la plaine, les griffons des Chevaucheurs sont introuvables. Les fleurs ont fané, dans tout le village ; et cela fait déjà trois heures que la vie semble s'être suspendue. Présage affreux, présage terrible – les Chieresques et leurs invités se sont rassemblés. Les tambours se sont tus, les Prêtresses confèrent avec les Passeuses et les chamans, avec la Maîtresse de la Pierre et la Gardienne des Traditions.

Soudain, dans le rassemblement, un cri éclate. « Toi ! C'est de ta faute ! Tu as insulté Chiere en prenant pour toi l'un de ses enfants sacrés ! » Le Lige qui a pris la parole pointe du doigt Kriemhilde Obversson, connue au campement pour avoir recueilli un bébé griffon orphelin. Un tumulte naît, certains défendent la jeune femme – et une autre accusation résonne au-dessus des autres voix. « Non ! C'est elle, la responsable, elle offense Chiere par sa simple présence, c'est l'Abjuratrice la coupable ! » Le doigt désigne cette fois Penthésilée Saludja, et un mouvement de foule fluctuant rassemble les Liges autour d'elle, comme s'ils avaient compris qu'il fallait la défendre. Un débat plus animé s'amorce, et enfin le hurlement d'une femme tranche. « C'est elle ! C'est elle qui nous a tous maudits, elle a profané le Temple et Chiere exige son sang pour laver l'offense ! » Celle qui a hurlé est une toute jeune Prêtresse, mais la foule subjuguée l'écoute... avant de se tourner vers Rosemary Grass, objet soudainement de toute l'attention – et cible d'une hostilité grandissante.


 
Et toi, petit pion du Destin, que penses-tu de tout cela ? Il est midi au premier jour de la Fête de Chiere, raconte-nous ce que tu fais...

[Note : Vous pouvez poster plusieurs fois, tant qu'il n'y a pas de double-post. Chaque message vous donne une chance de plus pour le tirage au sort final.]

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 20:42




C'est ainsi que Nemesis s'était mis le monde à dos.
Non. Un petit retour en arrière aidera certainement à éclaircir les choses. Ce n'est tout à fait comme ça que ça avait commencé - il y avait d'abord eu cette dispute étrange.

Il venait de retrouver Ölver, l'abordant avec cette habituelle nonchalance, et cette amitié qui régnait entre eux. C'était l'une des seules personnes qu'il pouvait supporter ici, et hormis le groupe, tout le monde lui paraissait chelou.
Oui, Nemesis jugeait sans savoir.

Simplement, ça commençait à l'énerver. Et ça n'était pas chose facile.
Qu'on le kidnappe ici, ça passait.
Qu'on le force à s'adapter, c'était compréhensible, c'était lui qui était en territoire ennemi. Seulement, que des prêtresses cheloues s'en prennent à eux, il ne fallait pas déconner.

Nemesis n'appréciait peut-être pas Rosemary, mais c'était une des autres arrivantes récentes, et il se sentait proche d'elle pour cette raison. Si elle y passait, qu'est-ce qui garantissait que ce ne serait pas son cas ?
Et c'était trop. Juste trop à supporter.

Le mode de vie, le monde, ça allait.
Mais les croyances, qu'elles aillent se faire.

« Tu vas la fermer ta gueule, ma Soeur ? » Il se place devant Rosemary comme dans un geste de défense, fixant la prêtresse qu'il vient d'interpeller. « C'est quoi votre problème ? Exiger le sang ? C'est ça, et après tu vas le jeter dans la rivière pour apaiser le dieu des coquillages. Habille-toi bien et on en reparle. »

Oui ça l'énervait. Ça commençait sévèrement à l'énerver.

« On a pas demandé à être là. J'veux bien m'adapter, même arrêter de critiquer tout ce que je vois. Mais laissez ces tarées loin de nous. Ou cette fille leur colle une raclée. » termine-t-il en pointant Rosemary du doigt.

Bravo Nem'. Quel courage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Appliquée Ronfleuse ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 557
Date d'inscription : 23/04/2011
Age du personnage : 31 ans
Double compte : Istalia Kaligaris & Raël Ausar
Avatar : Aishwarya Rai, by Kettricken


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 21:25

En ce jour de fête, les Prêtresses de tout Oblivion vont célébrer l'appel. Aux vingt-et-unes résidentes du Temple vont se joindre toutes les autres auxquelles j'appartiens, celles dont la prêtrise s'est achevée et que Chiere a rendues à leur vie d'avant. Il y aura les sept Vierges en blanc, les sept Mères en vert, les sept Aïeules en brun – la Gardienne de la Pierre en bleu, la Maîtresse des Traditions de toutes les couleurs de la Création – et nous, les anciennes filles du Temple, dans toutes les teintes de rouge de nos campements respectifs. Pour ma part, je serai dans l'écarlate chatoyant du Petit Matin, tandis que les autres iront du rose foncé à l'orangé sanguin, dans une palette chaude qui est notre apanage. Pas de tenue de guerrière aujourd'hui – je porte les voiles et les drapés de mon statut, et j'en ressens une sérénité phénoménale. Voilà celle que je suis : Chemsa, la danseuse sacrée, comme mes sœurs.

Et j'ai l'Abjuratrice en train de dormir à deux pas de ma couche. Réprimant un soupir un peu contrarié, je descends à son niveau – elle dort encore, et son frère aussi. Quelques coupables secondes, mon regard s'attarde sur le visage de Sadhil, tandis que ma mémoire me rappelle avec une douloureuse vivacité le contact de sa peau sous mes doigts. Me secouant, je pose sur mes cheveux le voile écarlate de ma fonction, et je rejoins mes sœurs avant le lever du jour. Et nous chantons. Accompagnées des tambours de cérémonie rapportés du Temple, nous chantons – dans un silence si peu naturel que mon sang se glace.

Ce qui se passe n'est pas normal. Quelques heures après, alors que je me suis réunie avec mes sœurs, j'entends la foule s'en prendre à Kriemhilde, et la majorité du Petit Matin se joint à moi lorsque je me place devant la jeune femme pour la défendre. Je l'ai évitée ces derniers temps, mais je sais qu'elle s'occupe avec dévotion du petit Patapon, et sa disparition subite l'inquiète visiblement. Puis la foule s'en prend à Penthésilée, et mon sang se glace. Je ne sais pas quoi faire. Je la vois, là, dans sa tenue rose, dépourvue d'armes tout comme moi. Indécise, je tords mon voile entre mes mains, observant le ballet des Liges qui s'alignent près de leur sœur, et j'accroche le regard de Sadhil dans la foule. Ne t'en mêle pas, semble-t-il me dire. C'est suffisant pour me mettre en mouvement. Rejetant en arrière le voile qui couvre mes cheveux, je me place parmi les Liges, apportant mon soutien implicite à leur groupe, tout comme certaines de mes sœurs. Un nouveau hurlement déchire le silence : cette fois, c'est une des arrivantes qui est ciblée, et cette fois – cette fois, je ne la défendrai pas. Il y a du vrai dans ce que la jeune Vierge de Lame de Foi clame à pleine voix – que Rosemary assume les conséquences de ses actes. Je profite du détournement de l'attention pour saisir le bras de Penthésilée. Je les vois, mes sœurs prêtresses, et les passeuses, et les chamans – certains me regardent, et c'est avec une lenteur délibérée que je détache complètement le voile qui couvre mes épaules. Il y a des règles strictes pour l'écarlate des Prêtresses, c'est un honneur et un prestige inouïs, les profanes ne peuvent y prétendre – et seule une Prêtresse peut choisir d'en accorder le port, pour sauvegarde et pour protection. Nos couleurs sont des sauf-conduits impérieux, nul ne peut agresser le porteur de l'écarlate, aussi je noue prestement mon voile autour de la taille de Penthésilée, avec la moitié de l'assistance pour témoin de mon geste. « Sur ta vie, ne l'enlève pas, Lige ! » Ma voix a sifflé, tranchante. Sacrilège, me hurle mon sang, crime impardonnable, d'accorder l'écarlate à l'Abjuratrice, et j'en frémis dans tout mon être, révoltée – mais c'est la sœur de Sadhil, et je ne veux pas son sang sur ma conscience. Mon regard croise celui de Penthésilée – et je me détourne, incapable d'assumer. Elle sera protégée – mais mon âme n'en sera que plus perturbée. Ô, Chiere...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7wonders.forumactif.fr
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
Team Rouquines ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 473
Date d'inscription : 23/03/2015
Double compte : Sorajaï Chemsa
Avatar : Jessica Chastain - by Love


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 21:45

A quel moment la situation a-t-elle autant dégénéré ? Je me suis réveillée à l'aube sur le pont de Valkyrie, et ça sentait déjà mauvais. Les tambours résonnaient dans la jungle effrénés, pleins d'allégresse – mais point de réponse de Chiere, ni de ses enfants. Pas un souffle de vie dans la jungle, pas d'Allie près de l'étang, aucune trace du girafon. Je suis inquiète. Thémis également – et pas mal de nos résidents du moment, du moins ceux qui sont familiers avec le déroulement normal de la première journée du festival. Nous nous mettons en route vers Petit Matin, moi et Sven, et Thémis, et Rosemary, et Ölver, et Alessandra, et tous les autres – et quand nous y arrivons, c'est pour trouver les Prêtresses en train de conférer entre elles.

Et tout s'emballe. L'on s'en prend à Kriemhilde ; l'on s'en prend à une Lige qui m'a défendue au Temple. Je ne comprends pas ce qui se passe. Les Chieresques ont toujours été accueillants, ce comportement ne leur ressemble pas ; mais il est vrai que jamais en quinze ans je n'avais vu les fêtes de Chiere débuter ainsi, dans un silence de mort, comme si la Mère refusait de nous accorder le droit de la célébrer. Alors je comprends, quand même, qu'ils cherchent un coupable, je comprends ce besoin de trouver un responsable, mais ce genre d'accusations ne s'est jamais bien terminé, et j'attrape la main de Sven pour juguler mon angoisse, passant mon bras valide autour de la taille de Thémis qui bout comme ses amis chieresques. Quelques secondes seulement – lorsque la foule se focalise sur Rosemary, je me place devant elle, les bras tendus en avant dans un geste d'apaisement, refoulant délibérément la douleur dans mon épaule. Du coin de l'œil, je vois les arcs se tendre, d'au moins quatre emplacements différents – et je me demande comment tout cela va finir. « Sven ? » J'ai parlé à mi-voix, audible des quelques personnes à proximité. « S'il te plaît, emmène Thémis. » Je te la confie. Prends soin d'elle, si jamais... Si jamais...

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Accro des Urnes

Pseudo web : Sammix
Profession : Ethnologue
Messages : 2165
Date d'inscription : 25/02/2015
Age du personnage : 28 ans
Double compte : Tessa
Avatar : Teresa Palmer


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 21:47




“ Le Festival de Chiere ”

Refuge du Petit Matin


Mes invités, ou plutôt ceux de Chiere étaient arrivés durant le début de la soirée. Je m'étais préparée à accueillir quatre ou cinq personnes, et ce fut finalement trois personnes qui arrivèrent à moi, dans mon petit bout de maison dans le village des Orphelins. Ils semblaient être étonnés d'avoir à faire à moi, parce qu'ils ne m'avaient encore jamais vu auparavant. Je comprenais donc qu'ils formaient un petit trio familial qui était là depuis déjà quelques temps même s'ils n'étaient guère plus âgés que moi, deux hommes et une jeune femme étaient donc arrivés chez moi, du moins, dans la demeure qui me servait de maison. La soirée se passait donc tranquillement, tout le monde se couchait assez tôt pour être en forme durant les cinq prochains jours, au moins, autrement dit, si nous prenions du retard dès le début, il serait difficile de survivre jusqu'à la fin, du moins, c'est ce qu'on m'avait fait comprendre.

Et cela commença alors dès les premiers rayons du soleil. On entendit alors des tambours tambouriner non loin de là, signifiant l'ouverture du festival. Je me levais alors aussitôt, car je me sentais en forme, comme si ce festival allait pouvoir me revigorer sur bien des plans. Je réveille alors mes invités et nous partons quelques instants après pour le refuge. Nous nous séparons alors pour mieux nous retrouver peut être plus  tard qui sait ? On m'avait décrit tellement de choses pour ce premier jour mais bizarrement la nature semble être bien calme aujourd'hui comme si quelques choses faisait en sorte que le festival ne commence pas aussi bien qu'il ne le devrait. Les tambours ne font plus un bruit. Je ne sais pas quoi faire, Patapon devait être sur mon épaule, mais il n'y est pas, je ne sais pas où il a pu passé depuis ce matin, et cela m'inquiète grandement. C'est alors qu'on s'en prends à moi sans que je ne comprenne la véritable raison. On me dit que c'est ma faute si la faune et la flore sont en berne, c'est parce que j'ai recueilli Patapon qui était sans famille. Je l'avais trouvé là, que pouvais-je faire de plus ? Je ne pouvais pas le laisser là, n'est ce pas ? Il aurait pu se faire manger par je ne sais trop quoi, il aurait pu mourir mais j'en prenais soin. Pourtant depuis ce matin, il s'était enfuit loin de sa nouvelle mère. Il y a un instant, il était là, et pouf, il avait disparu. Je m'en voudrais tellement si quelqu'un s'en prenait à son intégrité physique, si quelqu'un lui faisait simplement du mal. Je ne savais pas où il pouvait être, mais on ne m'avait pas décrit le festival de cette façon preuve était que quelques choses n'allait pas bien. Pourquoi les animaux n'étaient plus là ? Pourquoi les fleurs étaient en berne ? J'aurais tellement préféré une autre solution pour mon petit griffon qu'il avait été attiré par un des sèches cheveux d'Ambal qui brillait au soleil. Mais ce n'était pas le cas. Je lui aurais bien mis une corde autour du coup pour le promener comme un chien, mais on risquerait de m'accuser de maltraitance. De toute façon, il n'était plus là, comme tous les animaux, j'en avais bien l'impression car même les moustiques ne semblaient plus être là.
 

_________________
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Maîtresse Pipeuse

Pseudo web : Reyna / Shaoren
Profession : Botaniste
Messages : 183
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 24
Age du personnage : 24 ans
Double compte : //
Avatar : Tatiana Maslany


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Mer 8 Juil - 23:50




“ Le Festival de Chiere ”

Et fuck, c'ets encore mon tour.


La nuit n’avait pas été de tout repos, et le fait de se lever aux aurores pour le festival n’arrangeait en rien sa mauvaise humeur. Rosemary avait du supporter les invités d’Istalia pendant la soirée, elle avait croisé Nemesis entre autre.
Le bras de plus en plus douloureux, Rosemary avait grimacé le matin en observant la plaie. Il lui faudrait rapidement ces foutues plantes. Ou alors demander à Istalia s’il n’y avait pas un médecin ou quelque chose dans le coin. Elle n’aurait jamais soupçonné les singes d’avoir des dents aussi tranchantes. Et pourtant….
Bref, Rosemary avait rejoint la petite troupe pour le départ, sacoche autour de la taille pour garder ses affaires les plus importantes sur elle. Du genre, son téléphone. L’air était étrangement lourd et le silence pesant. Pas un cri, pas un chant, rien. Pas même un bruissement d'ailes. C’était comme si toute vie avait cessé d’exister, qu’il ne restait plus qu’eux, humains bipèdes, marchant sur des fleurs fanées et une herbe jaunie. Ca n’inspirait rien de bon.

La jeune femme calqua son attitude sur celle de la nature, silencieuse, elle se contenta de suivre les autres, un peu en retrait. Elle avait un foutu mauvais pressentiment et son épaule douloureuse lui donnait des envies de meurtre. Franchement, ce monde était vraiment merdique. Vivement qu’elle récupère les 7 chevrons pour se casser d’ici pronto. Parce que la… Ce n’était plus possible.
Et puis soudain la troupe s’arrête devant un rassemblement de prêtresses. Intriguée, Rosemary se fait une place dans la foule, jouant des coudes pour mieux observer et, sans se rendre compte elle se retrouve propulsé en avant. Juste à temps pour le début de la chasse aux sorcières.
Apparemment les prêtresses avaient besoin d’un responsable, un bouc émissaire à accuser pour apaiser les esprits. Putain, ils avaient 2000 de retard ou quoi ? Ah oui, vrai. On était plus à Londres, on était plus sur Terre. On était en Oblivion.
Tous des foutus sauvages
Au début c’est Kriemhilde qu’ils accusent, apparemment pour avoir pris sous son aile un petit griffon. Non mais franchement, ils étaient stupides ou quoi ? Mais tout le monde se place devant la blonde comme pour la protéger. Au moins une étrangère qui était aimée par le reste du monde.
Puis, c’est au tour de l’Abjuratrice. Avec un nom pareil elle devait avoir une histoire de folie ! Rosemary, curieuse, se rapproche encore plus pour observer la scène. Une Chieresque noue un voile rouge autour de la taille de l’accusée et tout le monde semble ce détendre. Hm… Porter du rouge était-il synonyme de protection ? Peut être.
Et soudain tout s’écroule.

C’est elle qu’on accuse maintenant, au centre de l’attention Rosemary est dévisagée, montrée du doigts et les gens murmurent entre eux. Ha ? Ils veulent faire couler son sang hein ? Qu’ils essayent. Elle leur pètera les os avant. Instinctivement elle monte sa garde, serre les poings et écarte les pieds, prête à frapper à la trachée le premier assaillant. Pourtant, le choc ne vient pas. A la place c’est Nemesis, puis Istalia qui se placent devant elle. Surprise, Rosemary se détend un peu. Qui aurait cru que quelqu’un se mettrait en danger pour la protéger ? Surtout eux ? Elle n’avait jamais été d’une grande aide pour Istalia pour le moment, et sa première rencontre avec Nemesis avait été plus que violente. Alors pourquoi ?

Ne te repose jamais sur les autres. Bats toi pour toi. Et uniquement pour toi. Jamais personne ne te soutiendra. Tu seras toujours seule Rosemary, souviens toi bien de ça.

Les mots sifflants de sa mère raisonnent dans sa tête et la jeune femme soupir. Lentement elle abaisse le bras d’Istalia et se place devant Nemesis.

“Merci vous deux, c’est bon. je m’occupe de ça.”

C’est un murmure déterminé. Elle ne se laissera pas avoir. Ils ne la connaissent pas encore. Ils ne la connaissent même pas du tout. Elle aussi a vécut dans la jungle, elle aussi a eu ses épreuves depuis sa naissance. Et c’était pas une horde d’Illuminées en carton qui allait l’empêcher de respirer.

“Désolé, si j’avais su que je serais au centre de l’attention, j’aurais fais attention à mon maquillage et j’aurais mis quelque chose de plus habillé. M’enfin passons. Je ne parle pas votre langue, mais je pense que la plus part d’entre vous comprennent la mienne. Et si vous comprenez pas, demandez à votre voisin de traduire, ou alors mettez du réseau qu’on puisse passer par google translation.”


Bien sur une personne sur 10 devait savoir de quoi elle parlait.

“Vous voulez mon sang ? Vous voulez ma peau ? Pour quoi au juste ? Hein ? Dites moi vos accusations ! J’ai souillé votre temple ? Foutaises ! Je vous ai aidé, je vous ai sauvé. J’ai fais couler le sang pour vous, celui des attaquants et le mien. Et c’est comme ça qu’on me remercie ? J’ai jamais demandé à être là. Mais si je suis là, c’est que votre Mère a tous a un rôle pour moi non ? Votre Chiere adorée ne m’aurait pas laissé mettre le feu sans réagir pas vrai ? Bref, réfléchissez un peu avant d’accuser. Qui sont les véritables victimes. Qui sont les véritables coupables.”

Elle s’avance, fière, indomptable, prête à combattre le premier qui osera se mesurer à elle.

“Alors venez le chercher mon sang. mais pour ça, va falloir m’attraper.”

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:


Pseudo web : Sammix
Profession : Tueuse à Gages
Messages : 51
Date d'inscription : 04/05/2015
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Kriemhilde
Avatar : Jennifer Lawrence


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Jeu 9 Juil - 0:38




“ Intrigue - Le Festival de Chiere ”

Que se passe-t-il en Oblivion, Chiere serait-elle en colère ?



Dire que j'aime mettre le bazar dans les affaires des chieresques était presque un euphémisme, mais quand le bazar vient à eux sans que j'en sois à l'origine est quelques choses d'encore plus merveilleux. Pourtant, j'avais toujours aimé Oblivion à l'époque du Festival de Chiere. Petite, je me souviens avoir été émerveillée par le premier jour, jour de communion avec la nature, les oiseaux, les animaux en général, ainsi qu'une verdure verdoyante. Si pour moi le spectacle était devenu depuis assez commun, banal, cette année semblait être une année extraordinaire. Il semblerait que l'arrivée de ce gros massif d'Orphelins comme on les appelait avait bouleversé l'équilibre des lieux. Il faut dire que depuis que je suis ici, il n'y avait jamais eu d'arrivée aussi massive d'un seul coup. Les arrivées se font en général au compte goutte, deux ou trois personnes par ci par là. Est ce que c'était vraiment cela qui avait fait disparaitre les animaux et mis en berne les végétaux aux alentours du refuge ? Je ne savais pas, mais cela y ressemblait grandement. Pourtant, la vieille de tout cela, rien ne le présageait. Le tout Oblivion était arrivé ici ou presque, il y avait énormément de monde, plus que les années précédentes encore. Et de là où je me trouvais, je souriais de voir que tout cela semblait bien partie pour être une nouvelle fois une fête merveilleuse. Il ne faut pas croire que je n'ai pas de coeur. J'en possède un, il faut juste gratter en profondeur pour y voir quelques choses de bon. Et s'il y a bien une période de l'année où le bon qu'il y a en moi ressort c'est bien lors du Festival de Chiere. Mais cette année, ce ne serait pas le cas. J'allais me délecter de leurs malheurs. Les tambours avaient cessés de faire du bruit, juste à mon arrivée au refuge, juste au moment où surnageait des paroles dans le tumulte de silence. Tour à tour, on accusait des personnes d'être à l'origine de la mascarade qu'il y avait pour le festival. Cela me faisait rire dans mon coin, c'était tellement idiot de penser qu'une personne pouvait être à l'origine de tout cela. Pourtant, je pensais bien que cette chère Rosemary avait encore plus agit contre Chiere. Je la connaissais un peu, je lui avais fait faire la connaissance de LaFleur, et visiblement, le courant passait bien entre les deux mais j'avais cru comprendre qu'elle logeait chez Kaligaris. Mais là n'était pas le propos. On l'accusait d'avoir mis en feu le temple, de l'avoir profaner, on lui réclamait donc son sang. Cela me fit rire, surtout que juste après, l'intervention d'un petit plouc du XXIème siècle se fit entendre. Il n'était pas là depuis très longtemps pour parler de cette façon, puis Rosemary en rajouta une couche. Je ne disais pas que son raisonnement était incongru mais le ton employé était bien mauvais pour qu'elle puisse rester en vie. J'aurais bien eu envie de l'abattre sur le champs mais cela aurait été trop flagrant, et mon style reconnaissable entre mille. Alors je restais en retrait dans la masse même si l'envie de faire couler son sang me démangeait grandement, comme si je devais le faire. Mais ça ne concernait pas mes vipères, alors son sort ne m'intéressait pas vraiment. Puisse le sort lui être favorable. Puisse le spectacle être à la hauteur du ton employé par la jeune femme.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : coffee&cookies
Profession : apprentie Passeuse d'âmes
Messages : 59
Date d'inscription : 05/07/2015
Age du personnage : 32 ans
Double compte : /
Avatar : Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Jeu 9 Juil - 10:21




“ Le festival de Chiere ”

tous les enfants de Chiere



La création. Personne ne peut en témoigner, et pourtant nous sommes tous là. Je n’ose imaginer la puissance qui a déferlé sur l’univers ce jour-là. En réalité, nous ne pouvons tous que l’affleurer lors de cette cérémonie. J’aime cette fête, j’aime ces rites, j’aime la communion qui s’installe… Du moins les années précédentes. Car cette année, Chiere n’a pas répondu. En réalité, cela me terrifie. Ce silence de la jungle, ces fleurs abandonnées par la vie. J’ai serré la main de la Passeuse, par un réflexe enfantin. Les Prêtresses n’ont pas l’air de comprendre. Les théories fusent, bien sûr, mais je n’ai senti aucune force étrange dans le monde des âmes et cela semble être le cas également des chamans. Pourquoi Chiere serait-elle en colère et surtout contre tous ses enfants ? Quelque part, en entendant certaines réactions, je comprends qu’elle puisse être lasse du comportant de ses protégés.

Stupides. Idiots. Voilà pourquoi je déteste les vivants. Voilà pourquoi je ne veux pas les côtoyer ! Cette Kriemhilde et cette Rosemary, je n’en ai cure. En revanche j’apprécie bien moins que l’on s’en prenne à Peny. Certes, nos opinions ont pu diverger, certes, nous avons toutes deux changé, mais j’ai le sentiment de la connaitre et surtout de reconnaitre sa sincérité. Je suis beaucoup plus déçue de la réaction de la Prêtresse. Que font-ils tous de la Justice et de la Vérité ? Pour qui se prennent-ils à galvauder ainsi des principes essentiels ? Et les Etrangers qui s’en mêlent… Nemesis, évidemment. Lui qui ne comprend rien à rien à notre univers et qui se permet une telle fronde à l’égard de mon peuple ! Heureusement que certaines ne jugent pas sans savoir. Je serre les poings, sous le regard sévère de la Passeuse. Elle ne veut pas que je fasse d’esclandre, tout ce qui se passe actuellement est bien suffisant. Sauf que la stupidité ambiante ne s’arrête pas pour autant. Partout, cela joue les protecteurs. Ont-ils seulement tous pris le temps de réfléchir ? Surtout face à des guerriers aussi expérimentés que les Chieresques. Soyons sérieux, même moi je pourrais tuer cette Rosemary juste avec un bon lancer de poignard – et que l’on ne me tente pas, je suis vraiment douée à ce petit jeu. Et là, je suis véritablement tentée. D’ailleurs, le poignard que j’ai troqué la veille siffle près des têtes de Rosemary et Nemesis.

« Maintenant que j’ai votre attention… »

J’ai bien senti que la Passeuse m’avait lâchée, peut-être que finalement, elle aussi désire secrètement que quelqu’un calme le jeu, ou alors elle me teste. Et j’ignore qu’elle est la réponse attendue. Au moins le silence s’est fait, et ils arrêtent de se regarder en chiens de faïence, tous prêts à se dévorer comme des chiens. Certains villageois frissonnent en me voyant. La Sorcière. Oui, cela fait peur. Et certains étrangers ne sont pas dénués de cet a priori. Je fends la foule pour récupérer mon couteau, peu gênée de leurs regards.

« Nul ici ne peut parler au nom de Chiere. Cessez de lui prêter des intentions alors que nous sommes incapables de les deviner. Elle n’a pas appelé au meurtre, ni au lynchage public. Elle nous parlera en temps et en heure mais d’ici là, je vous fais la promesse solennelle que si le sang est versé ici aujourd’hui alors aucune de vos âmes ne rejoindra Chiere. Et pour les idiots qui ne me croiraient pas, je me ferai un devoir de faire de leur vie un véritable enfer et ils pourront dire adieu aux chevrons qui leur manquent. »

Et un petit regard appuyé envers Nemesis et l’autre type au chapeau d’hier. Ma menace est lourde pour les chieresques ainsi que pour ceux qui partagent nos traditions et nos croyances. Toute âme qui échappe à sa cage ici passe nécessairement par la Passeuse ou par moi. Et je me suis engagée, pour une heure, un an, une vie, à leur refuser la communion avec Chiere et le renouveau de leur non-vie. Je ne lis pas de colère dans les yeux de ma guide. Je l’ai pourtant piégée, puisqu’elle ne peut me désavouer, mais j’ai comme l’impression qu’elle est en accord avec ma proposition. Nous devons trouver la vérité, et non accuser au hasard. Quant aux autres, je suis suffisamment tenaces pour les empêcher de gagner leurs chevrons, et certains ne le savent que trop bien. Du regard, je  cherche la Gardienne des Traditions. S’il y a une personne ici qui soit capable de comprendre quelque chose à la situation, c’est elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Jeu 9 Juil - 12:32

Ce matin Oblivion fait la gueule, et c’est le genre de truc qui se répercute sur les gens. A défaut de prendre la tangente, Ölver se résigne à se faire discret mais sa haute taille l’en empêche. Certains le regardent bizarrement et lui fait tout pour passer outre. Il reste juste avec Némésis, bien content d’avoir trouvé un pote dans toute cette cohue, et décolle pas un mot, montrant pour une fois qu’il sait s’adapter à l’atmosphère générale.

Mais très vite la fête tourne au vinaigre. Ca cause d’offense, de parjure et ca veut régler tout ca à l’ancienne dans un bain de sang.
Ambiance.
De celles qui se font accuser, c’est l’anglaise qui vit chez Istalia qui est la plus proche. Dans d’autres circonstances ca l’aurait bien fait marrer les réactions des gens. Et d’ailleurs en parlant de réactions, tu sens bien que y’en a qui ont pas été prévenu de ce qu’il y a dans le coin. Des cris des chieresques aux indignations des petits nouveaux, l’éventail est large. Lui garde le silence mais fait un pas en avant. Réflexe, vite arrêté par une main sur son épaule. C’est une paluche large comme un dictionnaire avec une force contenue.

Le guerrier qui se met droit sur son chemin est grand comme lui et probablement le double en muscles et largeur. Même pas peur pour le viking qui fait pression contraire contre la main qui le maintient à sa place. Les hommes se toisent, et quand on croit que ca va mal finir, voilà que le chieresque se met à rire et lâche quelques mots dans sa langue natale, que l’islandais comprend à peine.

Hein ?
Il dit que le moucheron ferait mieux de s’envoler avant de finir écrasé, lâche un chieresque dans un anglais plutôt pas mal maitrisé
Et comme le jeune homme ne comprend toujours pas,
Il veut dire que tu n’es pas assez fort pour te battre et que tu ferais mieux de rester en dehors de tout ca.

Le gamin n’est pas content, mais juste au cas où il fait un pas en arrière, les mains en avant en signe d’apaisement.

Je vais juste là-bas, rétorque-t-il en montrant une direction d’un geste du doigt. Son regard au-dessus des foules vient de repérer Kriemhilde , perdue entre les regards noirs de colère. L’anglaise est déjà suffisamment entourée, et semble capable de se défendre seule. Ölver songe donc à rejoindre l'autre demoiselle, quand une lame menace la tête des aventuriers.

Une femme prend la parole. Décidément c’est à qui proférera la plus grande menace. Comme quoi les chieresques ne sont pas tellement différents des gens de l’autre monde, une bande d’illuminés prêts à porter en avant les mots d’un soit disant être surpuissant.  Elle commence à le faire chier Chiere, à peu près autant que Dieu dans l’autre monde. En rejoignant Némésis, il se porte à sa hauteur et défie la sorcière du regard. Touche à mon pote et je te ferai tâter de la poigne nordique.


Dernière édition par Ölver Einarsson le Sam 11 Juil - 0:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: Refuge du Petit Matin-