ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:


Pseudo web : nini
Profession : Archéologue
Messages : 27
Date d'inscription : 20/08/2015
Age du personnage : 29
Double compte : *
Avatar : Evan Rachel Wood


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Ven 28 Aoû - 16:37





Enfin c’est fini.  Non pas que je n’aime pas les festivités, mais bon, je me sentais un peu comme un musulman qu’une famille chrétienne aurait invité à passer Noël. Je ne vais pas prier Chiere alors que j’ai déjà plus de cent dieux à honorer, c’est du boulot le polythéisme, faut pas croire. Les premiers jours, je me suis même éloignée, je suis partie dans la jungle pour réfléchir loin de la foule déchaînée.
Je n’ai pas mis tout de suite le doigt sur ce qui me dérangeait en marchant, j’étais mal à l’aise. Puis j’ai voulu faire un sacrifice et j’ai compris. Il n’y avait plus aucun animal à la ronde. J’ai commencé à paniquer, j’ai fouillé les buissons, j’ai retourné l’humus, rien, pas une blatte, pas un lombric. De dépit, je me suis entaillé le bras et ai offert mon eau précieuse aux dieux. La disparition de la faune m’inquiétait, est ce qu’une catastrophe allait arriver ?

Mon trouble ne cessa d’augmenter à mesure que mes recherches de petites bêtes se révélaient infructueuses et je me couchai en proie au doute. Au milieu d’un sommeil agité, pourtant, un cri de griffon perça le voile de mes cauchemars. La jungle retrouvait ses habitants, ils arrivaient tous de la même direction et rejoignaient leurs territoires dans une trêve fatiguée. J’ai attrapé deux rongeurs ressemblant à des ragondins, un pour tout de suite et l’autre pour la route. J’ai éventré le premier et jeté son coeur dans mon feu, tout de suite je me suis sentie mieux, emplie d’énergie et de confiance. J’ai attendu le matin mais il n’est jamais venu, à la place les étoiles se sont éteintes et les lunes se sont mises à briller intensément. Est ce que c’est normal ? Je me rappelais vaguement que les Chieresques fêtaient la lumière et le cycle jour nuit, est ce que ces ténèbres faisaient parti de la cérémonie ? Ou avaient-ils offensé leur déesse ?

J’ai passé la “journée” à étriper ou brûler des bestioles en l’honneur de Cipactonal, K’inich ajaw, Oxomo, Itzamna, Tonatiuh et bien d’autres pour que le jour revienne. Ils ont mis le temps à m’exaucer mais le soleil s’est finalement levé. J’ai regardé le tas ensanglanté de serpents, de chauves-souris, d’écureuils et de singes qui avaient permis le retour de l’aube, on a réussi les amis. J’ai abandonné leurs carcasses méritantes aux charognards et me suis éloignée à la recherche d’un ruisseau ou d’une cascade où me débarbouiller.

La cinquième journée je me suis mêlée aux festivités. C’était le jour des cadeaux et des câlins, un peu comme si Noël et la saint Valentin tombaient en même temps. Un truc sympa quoi. Je me suis joint à un petit groupe de têtes connues. A Rome, fais comme les romains, en Oblivion, fais comme les chieresques, j’ai donné quelques broutilles et en ai reçu. Puis Karja s’est approchée de moi, je ne m’attendais pas vraiment à la trouver là et j’étais heureuse de la voir. Elle m’a tendu un petit paquet de tissus rouge que j’ai déplié sans attendre. Il contenait un couteau en os, la lame était affûtée et le manche somptueusement gravé d’arabesques. C’était un bel ouvrage, et parfaitement adapté à ma main. Je la remerciai chaudement, touchée par son présent, puis lui tendis le mien. Ce n’était pas grand chose, juste quelques graines de pavot ramassées lors d’une expédition. J’avais pensé en offrir aussi à Kriemhilde mais on m’avait assuré que ce n’était pas l'espèce à opium.

Karja semblait satisfaite de mon modeste cadeau et nous nous séparâmes à regret. Je rejoignis mon petit groupe, pressée qu’ils finissent de me raconter les évènements croustillants que j’avais manqués. Apparemment, le festival ne s’était pas vraiment passé comme les autres années, était-ce Chiere qui mettait ses enfants à l’épreuve comme beaucoup  semblaient le penser ? Je me posais énormément de questions sur la déesse d’Oblivion qui se manifestait à son peuple plus qu’aucun de ses confrères terrestres. Peut être qu’elle se sentait seule, sans aucun autre dieu, et qu’elle s’occupait en les titillant. L’idée me fit sourire.

La matinée passa, après le repas, des couples se formèrent, s'éloignèrent main dans la main. Quelques Chieresques invitèrent même certains d’entre nous. Aucun ne vint vers moi, il faut dire que mon dernier singe avait une pression artérielle un peu forte, je devais faire peur à voir. J’aurais sans doute refusé de toute façon, ce n’était pas le contact physique qui me répugnait, c’était le coté profondément ésotérique de l’acte. Chacune des relations charnelles qui allaient avoir lieu en ce jour le seraient en l’honneur de Chiere, sous son regard.

Je regarde le ballet séducteur avec curiosité, fascinée par cette tradition. De nombreuses cultures possèdent des jours épagomènes en sus de ses mois traditionnels, même le calendrier républicain français avait ses sans-cullotides. Mais d’ordinaire ces journées sont considérées comme néfaste, les nemontemi azteques, fin janvier, sont une période dangereuse, où il est préférable de jeûner et de rester chez soi à méditer. C’est amusant de voir comment ici on en a fait une fête.

Le soir tombe, je m’éloigne du village pour trouver un endroit calme. Je marche en écoutant les gémissements et les râles de plaisir. Une idée me traverse l’esprit. Quelle est la probabilité que, parmi nous tous, pauvres terriens, personne n’ait le sida ? Si je pouvais trouver un hévéa pour en faire du caoutchouc et lancer quelques rumeurs d’épidémie, je suis sure que je pourrais tirer une petite fortune de la production de préservatifs artisanaux. Ha ! Ce serait amusant.

Je finis  par trouver un endroit confortable et suffisamment loin des ébats pour dormir. J’allume un petit feu et sors mes couteaux. La lame d’obsidienne du premier brille à la lueur des flammes. A coté il y a celui que j’ai acheté à Nid-de-vipère, en métal, il aurait bien besoin d'être aiguisé. Il faudra que je demande aux chieresques de Lame de foi. Enfin, le coutelas que m’a offert Karja, en os, je l’admire pendant plusieurs minutes. Il est vraiment magnifique. Je le repose à coté des autres, je crois que je peux commencer une collection. Sur cette pensée, je m’endors.

Comme d’habitude je me réveille aux aurores, la jungle n’est pas un endroit approprié aux grasses matinées. Je me lève et retourne vers Petit-matin voir s’il reste quelques rogatons pour le dej’. Je compte repartir en vadrouille maintenant que le festival est fini, mais pas le ventre vide. Et la cuisine chieresque, c’est quand même plus sympa pour les intestins que les fruits. Puis c’est offert si généreusement.

Je m’avance sur la place centrale, owowoooh il y a déjà du monde, il va falloir se battre pour quelques reliefs de repas. Mais non, ils semblent tous s’intéresser à autre chose que les tables chargées de restes. J’en profite pour me faufiler et grappiller quelques morceaux, puis la curiosité l’emporte et je m’approche de l’attroupement. Les chieresques sont en colère, certains visages semblent empreints d’une froide satisfaction, ceux de mes compatriotes reflètent plutôt l’effroi et le dégoût. Je me fraye un chemin dans cette foret pétrifiée. Hey moi aussi je veux voir, poussez vous ! J’entends une chieresque qui parle, je ne comprends pas tout mais le ton de sa voix semble réprobateur, le nom de sa déesse revient plusieurs fois, pourtant ce n’est pas une prière.

Enfin, j’arrive à l’orée de la foule, devant moi, des passeuses d'âmes s’affairent autour de deux corps. Deux chieresques, tués en pleine célébration de la vie, à l’arme blanche semble-t-il. Leurs corps sont salement mutilés, les bras et les jambes labourés de plaies, on dirait que Freddy Krueger et Wolverine se sont fait les griffes sur eux. J’ai tellement envie de m’approcher, de toucher les corps, je frissonne en me refrénant, ils ne me laisseront pas faire, même si j’arrivais à les convaincre que j’avais passé toute mon adolescence dans une salle d’autopsie.

Je tends l’oreille aux murmures courroucés et comprends qu’il s’agit d’une prêtresse et de son lige, sacrilège parmi les sacrilèges dans la grande famille des interdits saugrenus. Je regarde les amants maudits, bah alors les tourteaux, quelle idée de faire ça sur la place du village aussi.

Je croque pensivement dans le morceau de viande marinée que j’ai chapardé et lâche un petit bruit de contentement. Un orphelin près de moi se retourne, interloqué et nauséeux, je lui montre mon mâchon en souriant d’un air gourmand. Ils sont bizarres tous, à manger de la viande sans supporter la vue d’un cadavre, faut assumer hein.
_ Tu vois, ils les tuent, ensuite ils les cuisent, puis ça devient ça, je lui agite mon bout de bidoche sous le nez. Tu veux goûter ?
Il s’éloigne outré, sûrement pour aller vomir dans les buissons, pfeuh, le genre de blanc-bec qui croit qu'être vulcanologue c’est se balader en auvergne pour cueillir des bouteilles volvic sur les arbres. La vie c’est pas se torcher le cul avec du moltonel tout doux, mon grand. Ha !

Je reporte mon attention sur les morts que l’on prépare pour leur dernier voyage. Déjà on dresse les bûchers funéraires, ça lambine pas pour cramer les impies ici. Je regarde l’assemblée, il me semble deviner des dissensions parmi les chieresques. Certains semblent désapprouver l’assassinat des deux amants, tandis que l’ire des autres est entièrement tournée vers les blasphémateurs. Je bois du petit lait en observant les regards haineux ou choqués.

Si le grand avantage du monothéisme comparé au polythéisme est la simplicité, le défaut, c’est la répartition des tâches. Je vais faire court, vous connaissez le principe du good cop, bad cop ? Il y a le gentil flic et le méchant flic, et bien pour les dieux c’est pareil. Il y a le dieu bienfaisant qui protège et qui récompense et le dieu impitoyable qui punit. Sauf que dans le monothéisme il n’y en a qu’un. C’est comme ça qu’on se retrouve avec un dieu d’amour et de miséricorde qui te balance un déluge juste parce qu’à Sodome on préfère s’analyser joyeusement qu’être féconds, croître et se multiplier. Un peu excessif comme réaction, il n’avait qu’à rendre cette voie là impénétrable comme les siennes, enfin.

Chiere c’est pareil, elle doit tout faire elle même, la bonté et l’autorité, les bisous et les fessées, la vie et la mort. Pour la vie on verra dans neuf mois mais pour la mort, elle se débrouille plutôt bien. Ha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Plaque tournante du trafic de sèche-cheveux ♪ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Chasseresse
Messages : 1567
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Age du personnage : 25 ans
Double compte : Sila'ë Achal
Avatar : Freida Pinto


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Ven 28 Aoû - 16:53

Je pris le livre d’Esther la remerciant chaleureusement, je lui avais ouvert ma porte - celle de ma cabane, elle, partageait les secrets de la connaissance avec moi. Je mis la couronne de fleurs d’Ayla, je la trouvais magnifique. «  Passe de bonnes fêtes, toi aussi Ayla La'hir .» Elle ne m’avait pas vexée, avec le recul je savais qu’elle avait dit ce qu’il fallait qu’elle dise, qu’elle avait fait ce qu’elle avait du faire. Jamais, je ne pourrais oublier mais Ayla méritait un présent pour sa sagesse et son savoir-faire, pour tout ce qu’elle apportait à Petit Matin. Nombreux parmi nous se côtoyaient depuis beaucoup d’années, nous nous connaissions tous, je ne pouvais pas ne pas leur offrir quelque chose. Une autre que j’avais surpris, c’était Shael. J’avais conscience d’avoir tourné le dos à toutes les personnes présentes de près ou de loin à la mort de ma fille. Aujourd’hui, j’essayais d’avancer. Ce n’était en rien la faute de Shael, elle était présente en tant qu’apprentie ce jour-là et même si je peine à croire que les Passeuses aient pu sauver l’âme de ma fille. Shael n’était pas la fautive. Elle détacha ses perles d’un blanc étincelant de ses cheveux pour me les offrir. « Je te remercie, Passeuse.» Un faible sourire se dessina sur mon visage, elles étaient très belles, je les rangeais dans ma besace qui s’était vidée peu à peu. Ses paroles me touchèrent plus que ne l’imaginais ‘’bien trop pures pour moi’’ le Puits du Jugement ne s’était pas trompé alors ? J’étais pure... Je regardais Shael s’éloigner offrant du henné à la Gardienne des Traditions, puis des présents à tous les Chieresques et la même chose pour les Etrangers. Sa générosité était sans faille, elle donnait une bonne image de notre peuple - peut-être Shael n’était pas aussi terrible que ce que je me l’étais imaginée. Je remerciais Penthésilée également avec qui, j’entretenais une relation bien trop compliquée.

¤¤¤

La vie était bien trop courte pour ne pas être vécue pleinement. Cela, je le compris à l’aube du nouveau cycle. Quand la fête se fit enivrante, quand l’union des chairs se fit ressentir - je compris, avec Esther, que nous étions de trop. Safir  n’était pas là, avait-il boudé ce festival qu’il aimait tant auparavant ? C’était le seul avec qui je voulais être en cet instant. Je n’irais avec personne d’autre. Je pris Esther par la main. « Rentrons. .»  Je voyais ses yeux gênés presque effrayés face à ce spectacle qui se préparait, autant s’éloigner. Chiere ne pouvait pas compter sur moi pour donner la vie à nouveau, pour nourrir l’espoir d’un renouveau - beaucoup d’enfants seraient conçus cette nuit-là, je n’en serais pas la mère. Eline était libre de nous rejoindre si elle voulait ou peut-être préférait-elle profiter de cette dernière soirée du Festival. Le coeur en berne, mes pensées étaient ailleurs. Je préparais un petit repas avec l’aide d’Esther, Lou-Ann était là aussi - on parlait de tout et de rien, on faisait connaissance, on essayait de comprendre, on partageait nos craintes et nos peurs, la question de l’amour fut abordée, l’avenir, Oblivion et un moyen pour Esther de retrouver son frère - je lui dis la promesse que je l’aiderai du mieux que je le pourrais à le retrouver.

Puis, à l’aube, même rituel que les jours passés sauf qu’aujourd’hui, il était temps pour Esther de regagner son logis, son hameau perché. Je la raccompagnai mais, un petit imprévu apparu alors que nous venions à peine de partir. Sur la place centrale, deux corps étendues instinctivement je masquais les yeux de Lou-Ann dans un mouvement de recul. Qu’était-ce que cela encore ? Une Prêtresse et un Lige, un avertissement de Chiere envers tous ces amants interdits, maudits. J’eus un frisson d’effroi suite aux révélations que m’avaient confiées Sorajaï, cela aurait pu être elle, étendue là à la place de Lida. « Venez, ne restons pas là... .» Un buché se montait, je ne voulais pas voir cela, je ne voulais pas que Lou-Ann voit cela. Je regardais Esther, elle ne devait pas comprendre toute l’étendue de la scène. Qui avait pu faire cela ? Chiere ? Les corps avaient été posés là, un dernier signe funeste pour commencer ce nouveau cycle d’une façon bien macabre.

Alors en chemin menant vers le Village des Orphelins, Lou-Ann interrogea demandant s’ils étaient morts. Je lui fis un oui de la tête en lui expliquant qu’ils avaient fait quelque chose de grave et d’impardonnable que c’était pour cela qu’elle devait être sage. Puis, à Esther, je développa un peu plus pour qu’elle se familiarise à ce nouveau mode de vie qu’elle était contrainte et forcée de vivre. «  C’était une prêtresse et un lige, les gardiens du temple. .» Je marquais une brève pause. «  Leur union était interdite, les liges et les prêtresses n’ont pas le droit de profiter de l’union entre leurs deux corps. Cela doit te sembler tellement... .»  Je ne trouvais pas le mot mais, cela faisait plus de six mois que je m’intéressai aux uses et coutumes des étrangers et j’avais bien compris que nous étions plus natures, plus sauvages qu’eux. «  barbare ? .»  Je n’aimais pas ce mot mais, nous l’étions très certainement. La vie était différente ici, il fallait que les étrangers le comprennent.

Au fond de moi, toutefois, je remettais en question nos habitudes - pourquoi empêchait deux êtres de s’aimer ? Je ne tournais pas le dos à Chiere mais, les Orphelins nous permettaient de voir la vie différemment, de voir Oblivion à travers leurs yeux c’était à la fois effrayant et enrichissant.

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ Une étoile qui a cessé de briller. Une fleur fanée. Un soleil qui ne se lève jamais. Un gout amer dans la bouche. Une douce mélancolie. « Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…» Son coeur est mort. Son âme perdue. Ses mains maculées de sang. Ambal, la mère brisée.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
Division locale de la SPA

Pseudo web : Seven le BG ♥
Profession : Ancienne étudiante en biologie
Messages : 307
Date d'inscription : 01/03/2015
Age : 19
Age du personnage : 19 ans
Double compte : //
Avatar : Chloe Moretz


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Ven 28 Aoû - 17:54

La fête battait son plein. Eline s’amusait comme elle ne l’avait pas fait depuis des lustres. Elle avait envie de s’échapper dans un autre monde ce soir, d’être elle-même. Il fut un temps ou elle aussi était joyeuse, heureuse, innocente. Elle lança un regard tendre à Lou-Ann, oui, il fut un temps où elle était comme elle, ou elle découvrait le monde avec des yeux d’enfant. Ce sentiment de pureté s’était en aller il y a de cela quelques années, quand son monde avait déchanté. Elle avait commencé à faire les mauvais choix. Pour beaucoup, faire des mauvais choix signifiait seulement avoir deux possibilités, essayer de trouver la bonne et tomber sur la mauvaise réponse. Pour Eline, tout était délibéré, calculé, afin de sombrer. Tout ça dans l’optique de changer mais au final, ne le regrettait-elle pas ? En Oblivion, elle se redécouvrait. Le monde était si beau, si calme, si pure, tout ce qu’elle aimait était réuni dans un seul et même univers. Pour l’ancienne étudiante en biologie, ce nouveau monde lui offrait bien plus qu’une salle de classe et des bouquins à apprendre. Et cette flore, elle la découvrait avec son âme de gamine, les yeux globuleux, la bouche entrouverte, tout l’illuminait.

La fête battait son plein et l’anglaise ne voulait pas partir. Elle observait parfois Ambal, un visage fermé et terne. Elle se demandait si son imagination lui jouait des tours. Comment la chieresque aurait-elle pu être aussi triste lors d’un événement si heureux, elle devait se tromper. Après tous les mauvais présages que Chiere avait envoyés durant les festivités, il était temps de célébrer le nouveau cycle comme il se devait : sans mauvaises surprises. Cependant, l’attitude d’Ambal la tracassait tout de même, elle lui devait tant, elle ne supportait pas de la voir ainsi. Elle repensa au cadeau qu’elle lui avait offert. Elle avait laissé la sacoche de survie donnée par Ambal dans la cabane de cette dernière, là où elle était restée durant toute la durée du festival. Enfin un cadeau bien utile. Elle s’était sentie un peu bête de n’avoir rien amené. Elle ne s’attendait pas à rester avec les jeunes filles et elle n’avait eu aucun moment pour pouvoir revenir au Village des Orphelins et trouver un petit quelque chose pour les trois filles. Elle se rattraperait l’année suivante. Eline tourna finalement la tête, elle ne voulait pas jouer les trouble-fêtes et mettre la chieresque dans une situation délicate, la faisant parler de choses douloureuses peut-être. Elle n’était même pas sûre de si elle allait bien ou pas, sûrement n’était-ce que sa manière à elle de profiter du moment. Elle se tut.

Elle vit bientôt la brune se lever et emmener Esther et Lou-Ann. Consciente qu’au final, elle avait fait irruption dans leur petit groupe bien formé au début du festival et les ayant suivi tout du long, Eline se dit qu’elle pouvait leur laisser une petite soirée entre elles. Surtout qu’elle ne souhaitait pour le moment pas partir. Elle était seule mais elle ne pensait pas, elle profitait de chaque instant et de ce nouveau cycle qui se préparait. Celui-ci lui porterait-il enfin chance ? Trouverait-elle enfin ce qu’elle cherche depuis son longtemps, son père ?

Au petit matin, elle se réveilla en même temps qu’Esther, Ambal et Lou-Ann qu’elle avait rejoints tard dans la nuit. Elle se prépara, rassemblant toutes ses affaires, prête à rentrer. Sur le chemin, le groupe s’arrêta. Deux corps étaient étendus par terre. Lorsqu’Ambal cacha les yeux de la petite, je compris qu’ils étaient bien morts. Derrière, un bucher se préparait. Eline quitta alors les filles et s’approcha des cadavres, elles ne l’attendirent pas et poursuivirent leur chemin avec une cadence élevée. Quelques pas plus loin, elle vit Olver, même dans un instant pareil, il gardait toujours son langage cru. Quelle éducation. Elle chercha du regard un ou une chieresque, elle ne comprenait pas, peut-être auraient-ils, eux, des réponses à ses questions. Pourquoi Chiere s’acharnait-elle à tout gâcher, pourquoi avoir sacrifier ces deux amants ?

« A quoi tout cela rime-t-il ? Je ne comprends plus rien. Plus rien du tout. » dit-elle, refoulant un slogan. Elle ne les connaissait pas, mais la vue de deux âmes mortes, devant elle lui piquait les yeux. L’odeur détestable de charogne polluait l’air. Elle avait pensé trop vite que le dernier jour de fête se passerait sans problème.

_________________
Prix en bataille ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur HTTP://littlebirds.forumactif.org
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
la Passe-Muraille

Pseudo web : Mari-Jane
Profession : Bibliothécaire
Messages : 99
Date d'inscription : 24/04/2015
Age du personnage : 27 ans
Double compte : //
Avatar : Bella Heathcote


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Ven 28 Aoû - 22:15

L’échange de cadeau, l’aube d’une nouvelle vie. Esther commençait à se sentir de trop quand elle vit les Chieresques et certains étrangers se rapprocher. Elle était timide et loin d’être experte en ce qui concernait les affaires de cœur. La jeune femme posait ses yeux loin vers l’horizon, ce moment n’était pas fait pour elle. Elle allait partir, quand elle sentit la main d’Ambal prendre la sienne et l’inviter à repartir avec elle. Esther ne dit aucun mot, mais remercia du regard son amie.
Comme chaque jour du festival, elles rentrèrent à la cabane d’Ambal, un lieu que la jeune Esther avait commencé à apprécier et à considérer presque comme sa maison. Il y avait la petite Lou-Ann, une enfant pleine de vie, qui était un rayon de soleil pour tout le monde. Esther riait. Cela lui arrivait tellement peu, mais pour une fois elle se sentait bien dans ce lieu, comme si elle était en famille. Elle repensait parfois à son frère, parlait de lui, tout en montrant les photos de son médaillon. Elle évoquait aussi ses parents. Elle prépara le repas avec Ambal et lui demanda plus d’explications quant au rituel qui se déroulait en ce moment même. Esther rougie, elle comprit et se disait qu’elle avait bien fait de s’en tenir éloigner. C’était sa dernière soirée dans la cabane de la Chieresque et Esther passa une bonne partie de la nuit à converser avec elle de tout et de rien. Elle finit pourtant par s’endormir et comme chaque jour, elle se réveilla aux premiers rayons du soleil.
Il était temps pour elle de retourner au Hameau Perché, un lieu qu’elle avait eu le sentiment de quitter depuis des mois, tellement il s’était passé de choses durant ces festivités. Esther prépara les quelques affaires qu’elle avait sur elle et après un petit déjeuner, elle quitta la cabane d’Ambal en sa compagnie, avec comme toujours la petite Lou-Ann et Eline qui était revenue à la cabane durant la nuit. La route aurait pu bien se dérouler, si en arrivant sur la place, les yeux d’Esther ne tombèrent pas sur deux corps, nus, lacérés, en sang. Elle détourna le regard et se rendit jusqu’à un arbre, pour aller vomir derrière. Esther n’avait jamais supporté la vue du sang et encore moins celle d’un cadavre. Les momies que son frère lui avait montré par de nombreuses fois, cela allait, mais pas de vrais corps, qui la veille étaient toujours vivants. La jeune femme prit une gorgée d’eau de sa gourde, qu’elle recracha pour faire partir le goût de la bile et elle chercha Ambal, éloignant son regard des deux corps.

Ambal les entraina loin et elles reprirent leur chemin vers le village des Orphelins. Esther ne disait rien et elle écouta la petite Lou-Ann poser la fatidique question. Oui les corps étaient bien morts. Le cœur de l’Orpheline se serra et elle écouta Ambal lui expliquer le pourquoi de cette affaire. Une prêtresse, un lige, une liaison interdite qui s’était soldée par deux cadavres. Oui c’était barbare, Esther ne pouvait pas penser autrement, mais dans son monde, il y avait des personnes plus barbares.
« Oui, mais je viens d’un monde tout aussi barbare. Chez moi des Hommes tuent sans raison, on appelle ça le crime passionnel. Beaucoup tuent par amour, parce que leur conjoint ne les veut plus, ou parce qu’il l’a trompé. Je crois que les Hommes sont ainsi, fous et barbares et c’est la même chose partout. » Expliqua la jeune femme qui voulait rassurer Ambal. Elle n’admettait pas qu’on puisse tuer deux personnes, mais chez elle, elle avait entendu bien pire.

Maintenant, pour Esther les festivités étaient terminées. En retrouvant son village, sa cabane perchée, elle eut l’impression de se sentir bien seule, comme si les Festivités de Chiere lui avaient permis d’apprécier la compagnie. Durant ces quelques jours, malgré les quelques fausses notes, elle s’était sentie bien en Oblivion et moins Orpheline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
Team Rouquines

Pseudo web : Elynore
Profession : directrice de maison d'édition
Messages : 84
Date d'inscription : 11/05/2015
Age : 26
Age du personnage : 40 ans
Double compte : Penthésilée Saludja
Avatar : Amy Adams


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Ven 28 Aoû - 23:24


Elle ne s'y était pas attendue. Tessa avait parler avec des mots si justes. La rouquine le savait, elle devait parler à Talia. Mais pour lui dire quoi. Elle ne la connaissait plus vraiment maintenant. Trop de choses séparaient les deux sœurs aujourd’hui alors qu'autrefois elles étaient si complices. Alors bien sûr il y avait bien un lien de plus entre elles deux, mais comment l'aborder. Sa fille, leur fille à présent de ce qu'elle avait pu comprendre, quel âge avait-elle précisément maintenant. Devait-elle chercher à récupérer cette petite fleur qu'elle avait mise au monde sous prétexte qu'elle était sa mère biologique ? De quel droit pouvait-elle revendiquer son rôle de mère alors qu'elle avait tout fait pour la perdre, les perdre elle et cet enfant. Puis elle ne l'avait pas élevée et Athénaï savait à quel point cela était nécessaire pour tisser un lien solide. Ses propres parents ne s'étaient guère intéressés à elle et aujourd'hui encore elle ne les considérait pas véritablement comme ses parents, simplement des géniteurs. Mais il y avait quelque chose de rassurant dans les paroles de Tessa. Athénaïs savait maintenant qu'elle avait sa place à Nid-de-Vipère et sans même s'en rendre compte, cela l’apaisait quelque peu.

Tessa prit finalement le poignard avec un air satisfait. Elle remercia Athénaïs qui ne sut plus trop où se mettre à près cela. Surtout que la gamine lui offrit une adorable peluche de griffon lui disant que cela lui porterait chance. La rouquine sourit et prit la peluche dans ses bras. Peut-être que tout aurait été différent si sa mère lui avait fait des petits  cadeaux comme ça. Au fond elle se demandait si elle avait bien la fibre maternelle pour avoir voulu tuer un être innocent. Pourtant à l'époque le geste lui avait paru salutaire pour ce pauvre gosse. Elle voulait lui épargner d'avoir une mère aussi détestable qu'elle. Au final elle avait plutôt bien réussi, puisque d'après son cher mari Talia l'avait prise. Issac, Talia, où pouvaient-ils être d'ailleurs. À cette pensée, Athénaïs laissa Tessa à ses occupations et prit le parti d'essayer de les trouver, en vain. Au lieu de cela elle tomba sur Jack LaFleur torse nu comme bien trop souvent au goût de la directrice. Non pas que la vue la dérangeait réellement, mais voilà quoi, il pouvait bien se passer un truc vite fait sur le dos tout de même. Elle alla le voir et finalement après avoir discuté longuement, il se trouva qu'ils étaient toujours ensembles alors que le jour déclinait. Les couples partaient s'isoler et sans s'en rendre compte, Athénaïs suivit l’explorateur dans un coin un peu à l’écart et tranquille. La coutume qu'il disait alors qu'il affichait un franc sourire. La rouquine , elle, n'osait plus bouger ni dire un seul mot. Elle sentit bientôt la fraîcheur des mains de Jack parcourir son dos. Un frisson la traversa et prise dans l'ivresse de la fête de la vie, Athénaïs répondit sans se faire prier à ses gestes. Mais lorsque les lèvres du garçon voulurent goûter les siennes, la rousse se recula d'un coup. Le visage d'Issac devant les yeux elle se ferma comme une huître laissant l'homme sur sa faim. Elle se leva et le quitta au beau milieu de la nuit. Le lendemain matin, elle fut réveillée par des murmures et des chuchotements. Ils se racontaient que Chiere, avait puni des êtres qui avaient brisé un tabou. Elle ne comprenait rien mais l'agitation l'attira jusqu'au centre du village. Elle ne vit rien de spécial , mais le discours d'une autochtone dont elle ne comprit strictement aucun mot semblait emprunt d'émotion. Vite rejointe par Jack, ce dernier la tira dans une autre direction bien décidé à lui épargner une vue désagréable. « Trop aimable ! » pensa la directrice qui se laissa faire. Ils laissèrent les chieresques et ceux qui voulaient rester à Petit Matin et reprirent la direction de Nid-de-Vipère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Sam 29 Aoû - 20:06




1er voyage - 2ème exploration

“ le festival de chiere ”


 
intrigue générale - sujet central
Tour #1 - 21/06 au 28/06 - prolongé 07/07
Tour #2 - 08/07 au 19/07
Tour #3 - 20/07 au 26/07
Tour #4 - 27/07 au 3/08
Tour #5 - 4/08 au 10/08 - prolongé 17/08
Tour #6 - 18/08 au 26/08
décision de Chiere

 



les voici, les valeureux pions du hasard...

Une participation = une chance de remporter le tirage au sort. Deux d'entre vous seront primés cette fois, au vu du nombre considérable de participations.  :hin:

1 Alec
2 Alec
3 Alexandre
4 Aliador
5 Aliador
6 Ambal
7 Ambal
8 Ambal
9 Ambal
10 Ambal
11 Ambal
12 Ariane
13 Athénaïs
14 Athénaïs
15 Athénaïs
16 Athénaïs
17 Ayla
18 Ayla
19 Ayla
20 Ayla
21 Elin
22 Eline
23 Eline
24 Eline
25 Eline
26 Eline
27 Esther
28 Esther
29 Esther
30 Esther
31 Esther
32 Esther
33 Istalia
34 Istalia
35 Istalia
36 Istalia
37 Ivy
38 Ivy
39 Jaxson
40 Jaxson
41 Karja
42 Karja
43 Karja
44 Kriemhilde
45 Kriemhilde
46 Kriemhilde
47 Kriemhilde
48 Kriemhilde
49 Kriemhilde
50 Kriemhilde
51 Nemesis
52 Nemesis
53 Nemesis
54 Nemesis
55 Ölver
56 Ölver
57 Ölver
58 Ölver
59 Ölver
60 Ölver
61 Ölver
62 Opale
63 Opale
64 Opale
65 Penthésilée
66 Penthésilée
67 Penthésilée
68 Penthésilée
69 Penthésilée
70 Penthésilée
71 Rosemary
72 Rosemary
73 Rosemary
74 Rosemary
75 Shael
76 Shael
77 Shael
78 Shael
79 Shael
80 Sila'ë
81 Sila'ë
82 Sila'ë
83 Sila'ë
84 Sila'ë
85 Sorajaï
86 Sorajaï
87 Sorajaï
88 Sven
89 Sven
90 Tessa
91 Tessa
92 Tessa
93 Tessa
94 Tessa
95 Tessa
96 Tylia
97 Tylia
98 Tylia

maintenant, seven va laisser parler le destin...  :boing:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Sam 29 Aoû - 20:06

Le membre 'Seven' a effectué l'action suivante : Dé du Destin

'Intrigue 1.2' : 59, 69
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   Sam 29 Aoû - 20:20




1er voyage - 2ème exploration

“ le festival de chiere ”


 
intrigue générale - sujet central
Tour #1 - 21/06 au 28/06 - prolongé 07/07
Tour #2 - 08/07 au 19/07
Tour #3 - 20/07 au 26/07
Tour #4 - 27/07 au 3/08
Tour #5 - 4/08 au 10/08 - prolongé 17/08
Tour #6 - 18/08 au 26/08
décision de Chiere
clôture

 




Ölver et Penthésilée



Bravo, vous deux  bro
Vous déverrouillez chacun une quête spéciale pour votre personnage. En fonction de votre choix, Seven l'activera pour vous au prochain RP que vous lancerez, ou bien directement dans l'un de vos RP en cours. Puisque cela impactera votre partenaire si vous optez pour un RP à deux, choisissez bien !
Vous pouvez aussi refuser de partager et ouvrir un RP solo.  :boing:
Dans tous les cas, envoyez un petit MP à Seven avec le lien du topic, et il se fera une joie de venir semer l'anarchie là-dedans.  :hin:

Voilà, c'est fini.  :GEU:


merci à tous pour votre participation, Seven vous met au défi de passer la barre des 100 participations pour la prochaine intrigue.   :vole:  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue 1.2] Le Festival de Chiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: Refuge du Petit Matin-