ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 Ivy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Ivy   Sam 1 Aoû - 22:26


“ Ivy Kathryn Kelly ”

Je ne fais que des bêtises drôles, d'abord.


“introduction”
Je m'appelle Ivy Kathryn Kelly. J'ai 15 ans. Je suis née le 2 février 2000 à Nottingham. Avant d'arriver ici, j'étais paumée, ahem... ex-collégienne. Je fais partie du groupe des Aventuriers. Oblivion, pour moi, c'est ce qui donne à ma bêtise une dimension tout à fait inattendue.


¤¤¤



Cher journal...

Non. C'est pas un peu débile d'écrire « cher journal » à 13 ans ?

Euh... Salut toi ! C'est un papier, Ivy, pas une personne ! Pourquoi ce serait pas une personne d'ailleurs ? Peut-être que les papiers, eux aussi, ont des sentiments après tout. C'est n'importe quoi ! Tu t'en fous, personne ne lira jamais ça. Cha, arrête de regarder par dessus mon épaule !

Bon maintenant que je me suis débarrassée d'elle, à nous deux, journal : on va te trouver un nom. Un nom de fille ou un nom de garçon ? Comment je suis censée le savoir, moi ! Je vais t'appeler Will, comme ça si t'es une fille, tu t'appelles Willow et si t'es un garçon tu t'appelles William, c'est toi qui choisis. Ivy, ma pauvre fille, tu es en train de te taper un vieux délire sur un bout de papier, cette fugue te monte vraiment à la tête... NE SPOILE PAS TOUT, mon Dieu !

Non mais déjà, j'en reviens pas que je sois en train d'écrire dans le carnet bidon que mon père m'a offert à mon anniv, pour (je cite) « révéler mes talents innés d'écrivain » ! On s'en fout que ça vienne de ton père, Ivy, l'essentiel c'est de garder une trace, pour quand nos enfants voudront savoir comment on était cool quand on était jeunes et qu'on aura tout oublié parce qu'on sera des vieux cons, allez lance-toi ! T'avais pas dit que personne ne lirait jamais ça ? Ok j'arrête, je me lance, c'est bon, d'accord, j'ai compris, on y va.

Oui, donc voilà, on y est.

Cher(e) Will, ça fait une semaine que Cha et moi on s'est cassées de chez nous, et pour l'instant, ça marche pas trop mal.


courageuse - débrouillarde - créative - intelligente – habile – vive - belliqueuse - irresponsable - impulsive - lunatique – égoïste - prétentieuse
→ Si j'étais un animal : un colibri
→ Si j'étais une plante : un dahlia
→ Si j'étais une merveille : le Temple d'Artémis
→ Si j'étais une couleur : vermillon

→ Des tonnes et des tonnes d'objets :  Pour commencer, je devrais peut-être raconter quelque chose sur moi, mais Will, comprends bien que là maintenant tout de suite, mes parents m'énervent tellement que c'est sur eux que je vais balancer. Tu ne les connais pas, toi ! Tiens, ma mère, par exemple, elle est accro au shopping sur la télé. Tous les samedi, elle s'enfile tous les programmes qui vendent des trucs et elle en achète deux ou trois. OUI ! Deux ou trois, toutes les semaines ! C'est ainsi que nous avons des étagères remplies de cartons d' "indispensable rappe à légumes pour égayer vos apéritifs" ou autre "miraculeuse machine pour travailler vos abdo quand vous dormez", le tout accompagné de la fameuse vignette "Vu à la TV", gage suprême de fiabilité, bien évidemment !

→ Aucun progrès : Et mon père qui ne supporte pas la technologie ! Hey, on est au vingt-et-unième siècle ! Il écrit toujours sur sa machine a écrire d'il y a cent cinquante ans, éteint la télé dès qu'il passe devant (ce qui a le don d'agacer ma mère au passage) et il ne voulait même pas que j'aie un portable ! Qu'il veuille vivre comme au Moyen-Age, tant mieux pour lui, mais qu'il ne vienne pas m'empêcher à moi d'évoluer avec mon temps ! Je suis sûre qu'on est la seule famille d'Europe à pas avoir Internet ! Et je ne te parle même pas des jeux-vidéo... Heureusement que je pouvais aller chez Cha pour profiter de mon enfance comme tout le monde ! D'accord, la normalité, ce n'est pas mon truc, mais il faut arrêter de me pourrir la vie et me laisser être anormale comme je l'entends, pas comme eux ils veulent.

→ Je ne fais que des bêtises : Arrête de rigoler, Cha, je sais que tu lis par dessus mon épaule. C'est parce qu'ils me saoulent que je les fais chier. Oui, voilà le truc, Will, je l'admets, je ne suis pas irréprochable. En fait, je suis même carrément fatigante pour eux, je pense. Enfin il y a largement pire, disons que sur l'échelle de à quel point un ado peut être le pire fardeau pour ses parents, je dois être à peu près au milieu. Milieu-plus. Sans compter la fugue. Mais eh ! Je ne me drogue pas et j'ai tué personne, c'est pas mal déjà non ? D'accord, avoir cassé le nez du gros Kévin – et ses lunettes aussi – ça a dû lui faire bien mal, et voler les tomates de la cantine pour les lancer dans les panier de basket du haut du cinquième, ce n'était pas très malin, tout comme dire au petits cons de la maternelle que leur héros hivernal en rouge et blanc n'était qu'un mythe, ah et escalader la croix sur le toit de l'église était même carrément dangereux. Par contre, taguer un pentagramme au milieu de la face de Jésus, ça c'était plutôt rigolo, ils étaient complètement fous, tu aurais vu ça ! Et encore, on avait prévu de lui coller une grosse bite en papier mâché à la place... C'était ton idée à la base, Cha, alors arrête de rigoler !
Je me suis faite renvoyer du collège, je suis bannie de l'église, les parents de Cha ne veulent plus entendre parler de moi et les trois-quarts des gamins changent de trottoir quand ils me voient. J'ai fait du beau boulot !


“ que cesse la mascarade ”

parce qu'on sait que tu es un lutin maléfique


Allez, avoue tout ! Dans la vraie vie, tu es qui ? Mab. Tu as un prénom j'imagine ? Laura. Et quel âge tu as ? 23 ans. 7 Wonders, tu l'as connu comment ? J'y suis déjà !. Et tu en penses quoi ? C'est pourri, c'est pour ça que j'y crée un deuxième perso d'ailleurs   . Quel est ton dernier mot, petit scarabée ? Merci encoreeee pour le DC, vous êtes super ! ♥️ ♥️ ♥️.


Dernière édition par Ivy Kathryn Kelly le Dim 2 Aoû - 13:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 22:26




“ histoire ”

Si réussir, c'est devenir comme eux, merci bien, je m'en passerai.


Partie I : Insolence

Mes parents détestent leur vie. J'imagine que ça n'a pas toujours été comme ça.
Ma mère avait dans sa jeunesse de grands projets de chanteuse d'opéra, elle a raté ses auditions au conservatoire, plusieurs fois, a sorti un single à succès en 1983 qui était déjà ringard à l'époque, c'est dire, et a été oubliée l'année suivante. Depuis, elle a des petits contrats dans des mariages ou des maisons de retraite et son ambition se résume à devenir jury dans une émission de télé-crochet, si tant est qu'il y en ait une qui veuille d'elle.
Mon père a abandonné ses études de journalisme pour devenir écrivain et vivre de son art. Il avait une imagination débordante mais personne ne voulait l'éditer, alors que, franchement, je les trouvais bien ses premiers manuscrits ! Pas comme maintenant... Pour se lancer, il s'est mis à écrire des romans à l'eau de rose, parce que ça se fait vite et que ça se vend bien et a fini par être connu dans ce milieu et à ne jamais pouvoir sortir ce cette image pour revenir à ce qu'il aimait faire. Oui, Peter Kelly, qui a écrit "La Rose des Baléares" et "Anita, Reviens-moi.", c'est mon père. Oui, j'ai honte. Et lui aussi, je crois.
A quarante ans, ils ont décidé de faire un enfant pour donner un sens à leur vie et... tada ! Me voici !

Je suis née à Nottingham mais mes parents sont très vite partis de la ville pour prendre une maison à la campagne. Ce qui n'était pas une si mauvaise idée. Je veux dire, bien sûr, la ville c'est globalement plus intéressant, mais pouvoir gambader dans la Nature ce n'est pas si mal. J'adorais ça, étant petite, je me vois encore ramasser des fleurs dans le jardin, regarder les étoiles la nuit, construire des pièges à oiseau, allumer des feux avec des bâtons... Bref.
Dans les premières années de ma vie, mes parents étaient toujours avec moi, ce qui est normal, tu vas me dire (enfin non, tu ne risques pas de me dire quoi que ce soit...). Sauf que toujours, ça veut dire TOUJOURS. Je dormais avec eux dans leur lit. Jusqu'à l'âge de quatre ans. Et oui, si tu te poses la question, il m'est arrivé de faire pipi au lit.
Par la suite, ils ont compris que mon existence n'arrangeait pas spécifiquement la leur et ils ont commencé à arrêter de me coller. Au contraire, ils m'ont inscrite à une quantité impressionnante d'activités artistiques, ils voulaient absolument que je réussisse là où ils avaient échoué. J'ai fait du piano, du violon, du chant, du théâtre, du dessin, de la poterie et de la danse classique. Un cours par jour, sauf le mercredi où j'en avais deux. Et le dimanche, j'allais à l'église.
Au passage, le fait d'aller à l'église témoigne de toute l'hypocrisie de mes parents. Je veux dire, ils ont reçu une éducation vaguement religieuse, dans le sens où leurs propres parents les obligeaient aussi à y aller (donc, me faire ça à moi, c'est déjà limite) ; mais ils ont vite arrêté quand ils étaient assez grands pour faire leurs propres choix. Ils n'y sont retournés que lorsqu'ils se sont imaginé qu'ils pouvaient espérer sauver leur vie avec une prière. Je t'assure que c'est aussi idiot que ça en a l'air. Enfin, l'église m'aura au moins servi à rencontrer ma meilleure amie.

Oui, Cha, c'est de toi que je parle. Non, je ne suis pas obligée de raconter TOUTE ma vie, mais j'ai envie.

Charlotte Stevens faisait partie de la chorale d'enfants de l'église. Si, Cha, j'ai le droit de l'écrire ! Attends, on a tous fait des trucs dont on n'est pas fier, ne t'inquiète pas ! Poursuivons. Un jour, mes parents discutaient avec les siens, en leur racontant que moi aussi j'aimais chanter et que d'ailleurs, je suivais des cours particuliers. Je ne sais pas pourquoi ils ont fait ça, ils jouaient probablement à qui a le meilleur enfant. Toujours est-il que leur étalage de prétentions m'a fait inviter à passer des après-midi avec la petite Charlotte, pour chanter, tout d'abord.  Comprends bien que son père faisait la lecture de l'évangile une fois par mois et donc était plutôt une star de l'église. Mes parents me poussaient à rentrer dans cette stupide chorale et passer par cette famille leur semblait être le meilleur moyen.  
A ce moment là, je n'étais pas hyper sociable. Pas vraiment timide, mais pas vraiment envie de parler aux autres, surtout aux gens de l'église. J'avais sept ans, mais je voyais déjà le fait d'aller à la messe tous les dimanches comme une corvée. Du coup, me retrouver en tête à tête avec Mademoiselle Charlotte de la chorale des gamins trop propres et trop sages, ça ne m'enchantait pas vraiment. Ben quoi, Cha ! C'est vrai ! Comment on a réussi à devenir amies ? Ah oui... On a dessiné ensemble une moustache à la Vierge Marie dans son salon et on s'est faites punir ensemble. Ca rapproche.  
C'était plutôt gentil comme bêtise, alors à ce moment là, je n'étais pas encore bannie de la maison des chrétiens parfait pour cause d'influence démoniaque sur leur petit chérubin. J'ai même réussi à être acceptée dans leur chère chorale et à négocier l'abandon de la plupart de mes activités extrascolaires, ne gardant que le dessin, le violon et le chant. A neuf ans, en devenant scout - soyons clairs, c'était uniquement pour accompagner Cha ! - j'ai pu négocier le violon.  

Quand tu es petit, tout le monde te demande ce que tu veux faire plus tard. Pour faire plaisir à mes parents, je répondais "artiste", mais en vérité je n'avais aucune envie de faire ça. Ils ne le criaient pas sur les toits, mais je voyais bien qu'ils étaient déprimés. A mon entrée au collège, pour la première fois, j'ai dit "scientifique". Je ne savais pas vraiment ce que ça signifiait, j'avais l'image de gens faisant des expériences sur des animaux dans un laboratoire. Je m'imaginais déjà créer un animal mutant ! Bien entendu, ça restait du domaine du rêve et je le savais, mais ça a commencé à me travailler et j'ai vraiment réfléchi à ce que je voulais faire plus tard.
C'est aussi à cette époque que j'ai compris que j'étais vraiment intelligente. D'accord, ça fait juste complètement prétentieux dit comme ça, mais c'est vrai. Je comprenais vite beaucoup de choses et je les retenais plus facilement que les autres enfants. Quand j'ai commencé à avoir de trop bonnes notes et à avoir l'air d'une intello, j'ai fait en sorte de saboter mes devoirs, mais que ça n'ait pas l'air trop fait exprès. Ca a marché un temps, jusqu'à ce que ça m'énerve d'avoir l'air de ne pas savoir des choses que je savais. J'ai donc recommencé à faire mes devoirs à 100%, tout en répondant aux profs et à cogner ceux qui me prenaient la tête. J'ai mis vraiment du temps à ce qu'on me prenne au sérieux, déjà parce que j'étais vraiment petite, alors pas vraiment impressionnante, mais ma vitesse et mon habileté me faisaient gagner les bagarres. Pour les adultes, c'était un peu plus compliqué, ils évoquaient une « crise d'adolescence » ou autre connerie comme ça, on a même essayé de me faire aller voir le psychologue scolaire, mais à force de leur répondre, ils ont compris que c'était un réel manque de respect. Après des années d'effort, j'ai réussi à me faire virer de cette école pourrie et à gagner une vraie réputation dans toute la ville. C'est à ce moment là qu'il a été décrété par les Stevens que j'étais un démon et que je ne leur prendrais pas leur petite fille chérie. Oui, ils ont vraiment dit ça.

Oh, au fait, ce que je veux faire plus tard, c'est astronome, mais c'est mal barré, n'est-ce pas ?

Tu sais déjà que Cha et moi, c'est à la vie à la mort, alors on a trouvé un moyen de se voir en cachette. Mes parents étaient furieux et ne me laissaient pas sortir, du moins le croyaient-ils. Comme aucun collège ne voulait de moi, ils débattaient pour m'envoyer en pension dans un couvent mais je les ai convaincus de me laisser prendre des cours par correspondance. J'ai dû reprendre le violon et le théâtre. "Ce sera bon pour ton agressivité." Mais bien sûr ! Le jour où Cha et moi on a réussi à faire croire à des videurs de boîte qu'on avait dix-huit ans - d'accord c'était plus facile pour elle, du haut de ses quinze ans, mais c'est quand même passé pour moi, après tout, mon look de gothique ne me donne pas d'âge - on a su qu'on pouvait se tirer de chez nous. Il ne me manquait plus qu'à la convaincre.
J'ai eu un petit coup de pouce du Destin, sur cette affaire-là. Ou même... de Dieu ? Non, je rigole. Donc Cha a couché avec un vieux du lycée. Ce qui me rend encore verte, parce que vous voyez, elle est toute sage, toute mignonne, toute innocente, il n'y avait AUCUNE raison que ça lui arrive à elle avant moi ! Enfin bon. Elle était sûre que ses parents savaient et qu'ils allaient la tuer, je lui ai dit qu'ils n'avaient aucun moyen de le savoir. Il a fallu qu'elle tombe enceinte, cette idiote ! Le plan s'est alors construit de lui-même : elle, moi, le bébé, on allait se barrer de ce trou, aller à Londres, et s'éclater. C'est probablement la meilleure idée que j'aurais pu avoir et j'ai réussi, je ne sais pas comment, à la faire rentrer dans sa petite tête angélique. De plus, ça tombait pendant les vacances d'été, alors c'était encore plus simple de prendre de l'avance. Bien sûr, nos parents allaient le remarquer, mais s'ils pouvaient le remarquer à leur retour, ce serait plus facile de s'en débarrasser.

Du coup, elle a dû convaincre ses parents de la laisser ne pas aller avec eux cette année et les miens... de toute façon je suis punie, n'est-ce pas ? On a volé leurs thunes cachées - sérieux, c'est un truc de parent de planquer des billets partout dans la maison ? - et on est parties en stop vers Nottingham. Ce qui est... ma foi, pas mal inconscient, même pour moi. On aurait pu tomber sur un pervers, ou pire, un flic.

Nous sommes le 23 juillet 2013 et ça fait une semaine que nous sommes débarrassées de la dictature parentale.


_____________________________________________________________________________

Partie II : Indépendance

Ces huit derniers mois ont été intenses et je m'étonne toujours qu'on ait réussi à tenir aussi longtemps. Je veux dire, moi, toute seule, je savais que je serais discrète et surtout que je ne flancherais pas. Mais avec cette fille à papa de Charlotte Stevens... Comment la faire rester aussi longtemps loin de ses parents ? Oh elle a été insupportable, elle a eu ses humeurs de femme enceinte aussi, elle m'a répété un bon nombre de fois qu'elle voulait tout lâcher et qu'elle ne voulait même pas de ce bébé et moi, j'ai dû endosser le rôle de la méchante. J'ai dû lui faire peur en lui disant que ses parents allaient de toute façon la renier si elle revenait et j'ai dû lui rappeler qu'elle n'avait pas le droit de mettre un terme à la vie d'un enfant de Dieu ; et le pire, c'est qu'elle savait que je ne croyais pas à ce que je disais, mais elle, si, et ça suffisait à la retenir.

Une fois arrivées à Londres fin juillet, nous avons vécu les plus belles vacances de notre vie. Comme je le disais, nous n'avions plus les parents sur le dos et ça, en soit, c'était déjà suffisant. Dormir dans des parcs, même sous la pluie et en faisant le guet pour la copine, c'était agréable, mais pour l'hiver, il nous faudrait trouver un plan B. A ce moment-là, ça n'était pas primordial et on s'incrustait dans des grosses fêtes des quartiers où il ne faisait pas bon d'être une gamine. Je ne suis pas une gamine comme les autres, ceci dit, je suis coriace et je savais que je pouvais nous tirer d'à peu près n'importe quelle situation dangereuse. Aussi quand un type commençait à me tripoter, je lui mettait un coup de pied bien placé ou bien je lui crachais dans les yeux et j'attrapais Cha pour qu'on se barre. Elle n'a pas de talent de combat particulier, Cha, mais elle court vite, c'est déjà ça.

Puis il y a eu le jour où elle a rencontré Tom. Elle s'était coupé les cheveux à son arrivée à Londres et avec son maquillage et ses talons, elle faisait encore plus grande. Rien d'étonnant à ce qu'un vieux de vingt ans craque sur elle. On a réussi à squatter chez lui. Enfin, surtout elle, moi il me tolérait, mais c'était suffisant. Il ne savait bien sûr pas qu'elle était enceinte, sa nouvelle copine, alors je savais qu'il nous faudrait un plan C pour quand il le capterait. D'un autre côté, il était tellement constamment défoncé qu'on pouvait lui raconter n'importe quoi, il y croyait ; mais on avait besoin de faire des économies, et donc de travailler, dans des lieux peu regardants. Cha faisait du baby-sitting chez le dealer de Tom qui, de son côté, avait aussi besoin de quelqu'un de peu regardant pour garder ses mômes, et puis ça l'entraînait à devenir maman. Moi j'ai eu un peu plus de mal à trouver, j'ai commencé par vendre des dessins à des touristes, dans le centre, en passant pour une petite clodo, je devais leur faire pitié. Puis en voyant que je griffonnais bien, un type chelou qui faisait des tatouages dans un coin de rue pas très loin de chez Tom a proposé de m'apprendre et j'ai fini par devenir son associée après un mois d'entraînement acharné sur ce pauvre mec. Je n'étais pas hyper bien payée, même moins que Cha, mais ça avait nettement plus de classe. Plus tard, j'ai appris qu'il avait la vue qui baissait et arrivait de moins en moins bien à exercer, ce qui l'avait poussé à trouver quelqu'un pour l'assister. C'était dommage, parce qu'il était doué.

Est enfin arrivé ce jour de décembre où les six mois de grossesse ne pouvaient plus être dissimulés. Répétant qu'il était cruel de mettre quelqu'un à la porte en hiver, surtout une femme enceinte, je suis parvenue à convaincre Tom d'héberger Cha encore un peu mais il n'a eu aucune pitié pour moi. A ce moment-là, notre amitié a été mise à l'épreuve. Elle pouvait me laisser dormir dans le froid ou me soutenir en subissant le même sort. Je pense que son choix a été motivé par le nombre de copines que Tom a commencé à ramener chez eux à partir du moment où il s'est considéré libre. Notre liberté à nous était devenue glaciale et nous errions de squat en squat, dans des immeubles délabrés qu'on ne pouvait même pas imaginer être chauffés.

L'hiver a eu raison de notre moral et même moi, je me suis surprise à regretter, mais ma volonté se ravivait dès que je repensait à mes parents et à quel point ils étaient insupportables. Quant à Cha, je la tenais avec le savon qui l'attendait à son retour, mais je sentais sa loyauté se dégrader de plus en plus. Elle passait ses journées à m'engueuler, elle rejetait toute la faute sur moi – alors qu'au passage, c'était elle qui allait accoucher – et elle voulait rentrer. Elle voulait tellement rentrer... Elle était non seulement hyper chiante à me hurler dessus sans arrêt, comme si elle était ma mère, mais aussi de plus en plus pesante car je me voyais la traîner pour qu'elle ne me dénonce pas ou qu'elle ne se fasse pas prendre. A Nottingham, ils cherchaient nos cadavres, il valait mieux passer pour mortes, en effet, mais voir son nom et son visage – malgré les changements physiques et d'identité auxquels nous avions procédés – à la une de certains journaux, agrémentés d'une légende accrocheuse du type « Le MYSTERE ». Il s'était écoulé presque la moitié d'une année, mais il ne se passait rien de passionnant dans ce pays, puisqu'ils ne lâchaient pas l'affaire.

En mars, la petite est née. A l'hôpital, je les voyais déjà nous demander des informations sur nos identités ou sur nos parents, alors j'avais contacté toutes les infirmières et sage-femmes particulières que j'avais pu trouver, jusqu'à ce qu'une accepte d'être payée en liquide et de faire sortir le machin dans une chambre d'hôtel. Heureusement que je m'occupais de tout, car Cha était complètement déprimée et paniquée, elle n'était plus capable de rien et serait certainement morte avec son gamin dans un coin de rue si je n'avais pas été là. Sauf qu'elle ne s'en rendait pas compte. J'étais la seule source de ses problèmes, depuis le jour où je l'avais rencontrée, je l'avais perverti et ses parents avaient raison : un bon exorcisme, voilà ce qu'il me fallait. Elle m'a refilé le bébé, elle voulait qu'on rentre, que je dise que c'était le mien et que c'était moi qui l'avait forcée à venir. Je m'en foutais de tout prendre, mais il était hors de question que je retourne là-bas, elle n'avait qu'à partir si elle le voulait, mais elle n'avait pas intérêt à me balancer. Et qu'elle le prenne son fichu môme !

Nous sommes le 1er avril 2014, je suis toute seule à Londres, sans maison et avec un bébé dans les bras. Non, ce n'est pas une blague, je suis la Vierge Ivy, où est mon étable ?


______________________________________________________________________________

Partie III : Intégration

« Chers parents,

Je ne regrette rien.
Vous m'aviez dit que j'avais un problème avec l'autorité, ce n'est pas faux. Mais c'est aussi avec vous que j'ai un problème, car j'ai découvert ce que c'était que la vie toute seule et j'ai adoré ça. A treize-quatorze ans, c'est normal d'avoir envie de liberté, mais dès que les choses ne vont plus, on panique et on a besoin de papa-maman. C'est ce qui est arrivée à Charlotte, et pourtant, elle a deux ans de plus que moi. Mais moi, à aucun moment, même dans les plus difficiles, je n'ai voulu revenir à la maison. Je ne vous déteste pas, mais je déteste le fait de dépendre de vous. Je sais que vous allez continuer de chercher à me retrouver et moi je continuerai à me planquer. La partie la plus surprenante du plan est que j'aie réussi à nous faire disparaître, mais tant que ça marche, je vais continuer.

A présent, je suis moi aussi un parent. Elle s'appelle Lilith et il y avait sans doute des papiers à remplir ou un truc comme ça, mais vous vous doutez bien que je ne l'ai pas fait. Ah, ne pas aller à l'école, c'est cool aussi. Après tout, le concept d'école est peut-être aussi insupportable pour moi que le concept de parent. J'espère que quand elle aura mon âge, elle sera aussi débrouillarde et intelligente que moi, parce que vous pouvez dire tout ce que vous voulez, je m'en suis quand même hyper bien sortie !

Hey, je suis encore en vie !!

Ivy

PS : Si vous ne l'avez pas trouvée, il y a une expérience de bombe artisanale enterrée dans une boîte sous les iris dans le jardin. Je n'allais pas la faire péter à la maison, je vous rassure, c'était juste pour voir si les tuto sur Internet étaient fiables ou pas. 

PPS : Non, c'est une blague. Par contre il y a une souris morte dans la boîte. Je préfère prévenir. »

Voici la lettre que je confiais à Cha le jour de son retour. Elle jurait de ne pas me dénoncer si je gardais la petite et qu'elle racontait comme prévu que tout était de ma faute ; et moi, je ne comprenais pas à quel point elle pouvait ne pas avoir de cœur pour nous abandonner comme ça, nous, sa fille et sa sœur de cœur. De toute façon, elle ne tiendrait pas longtemps, ils la forceraient à leur dire où j'étais, alors il valait mieux que je dégage de Londres et que je me garde de le lui dire. Tu vas te dire qu'avoir un bébé sur le dos, ce serait un gros handicap et je devrais faire tout un tas de sacrifices, je ne serais plus jamais libre, je vais te dire que j'en avais déjà un avant ça. Au moins Lili est fidèle et elle ne parle pas, donc raconte moins de conneries, elle chiale et se chie dessus à peu près autant que Cha, donc ça, ça va.

En vrai, j'étais à la fois dégoûtée par ce monstre qui m'avait coûté ma meilleure amie, tentée par l'idée de la laisser toute seule sur un banc et de me tirer en courant et en même temps, dans l'incapacité de lui faire du mal. Peut-être que je lui vouais un peu d'amour, je n'en sais rien. En tout cas, j'étais en colère à cause de l'autre lâcheuse, et le seul moyen productif de tout faire sortir, c'était de taguer des cadavres de Cha partout dans la rue. Dans ma tête et sur mes dessins, elle mourait de toutes les façons possibles et c'était tant mieux.

Jusqu'à mai, je me débrouillais comme je pouvais, je faisais mes courses alimentaires sans payer, parfois je faisais la manche et je dormais dehors en protégeant de mon mieux la petite qui y a survécu je ne sais pas trop comment. Cette fois je n'avais personne pour m'alerter en cas de pépin - et par pépin, j'entends flic – donc j'avais développé une faculté à me réveiller toutes les heures et à changer d'endroit. Par la suite, j'ai rencontré une gitane dans un parc. Elle s'appelait Alina et elle avait quatre gamins mais surtout, elle avait déjà vu une de mes œuvres et elle était fan. Elle ne se posait pas la question de savoir pourquoi je dessinais des cadavres, elle ne se demandait pas pourquoi j'étais à la rue avec un bébé à l'âge de (soit-disant) dix-huit ans – bien que je sois sûre qu'elle n'y a même pas cru. Son camp partait dans la semaine et sa caravane pouvait encore accueillir une personne. Bref, elle était tout à fait mon style, pour remplacer mon ex-meilleure copine.

Les gitans ne m'appréciaient pas tant que ça, Alina, qu'ils devaient beaucoup apprécier, avait réussi à les convaincre de me garder, alors ils me toléraient. Plus tard, quand ils ont appris que je savais un peu jouer du violon, ils ont absolument tenu à m'apprendre certaines de leurs musiques, que j'effectuais avec beaucoup d'erreurs, mais qui m'ont permis d'être un peu mieux acceptée. Le langage restait ceci dit une barrière importante, car ils parlaient surtout entre eux et donc dans leur propre dialecte et même si à présent, je suis capable d'en saisir la plupart des mots, j'ai mis du temps à m'y faire. J'aimais beaucoup leur organisation, ils bougeaient tout le temps, ils n'avaient pas de chef, et bizarrement, j'arrivais à me tenir avec eux, j'étais plus sage que jamais, en paix avec moi-même et en paix avec les autres. Au bout de six ou sept mois, au moment où j'ai commencé à apprendre à lire et à compter aux petits, j'ai su que j'étais acceptée.

Ma vie était trop belle et mon karma trop mauvais pour que les choses continuent ainsi. Ainsi, en juin 2015, après plus d'un an d'existence harmonieuse en tant que presque gitane, mon visage se retrouvait dans toutes les librairies. « Je ne regrette rien », par Peter Kelly, racontait l'histoire de ma disparition avec en quatrième de couverture la lettre que j'avais confiée à Cha. Il est assez ironique de se dire qu'à moi toute seule, par mon attitude, mon acte et ma lettre, j'aie pu permettre à mon père d'arriver en top des ventes littéraires ; que j'aie réussi à le mettre tellement en colère que son inspiration s'est emballée. Car, oui, je l'ai récupéré et je l'ai lu, et il est étrangement de très bonne qualité, et je ne dis pas ça car ça fait longtemps que je n'ai pas plongé dans un bon roman ou parce que je vis au quotidien avec des gitans, je veux dire, il est VRAIMENT bien écrit ! A un point que j'ai versé quelques larmes et ai failli avoir une pointe de remord. Alina, en revanche, n'a pas pu apprécier le style de l'auteur et certainement pas l'histoire dont elle a fait le rapprochement avec moi. Et je ne parle pas de la lettre...

« Tu es vraiment une gamine ingrate, égoïste et mauvaise et tu n'as aucune idée du mal que tu fais à tes parents ! Je ne veux plus jamais entendre parler de toi.» Alina avait de l'empathie pour mes parents, c'était bien ma veine... J'avais en quelque sorte de la chance que les gitans détestaient les flics encore plus que moi, mais au moment où elle m'a mise dehors de sa caravane, il était hors de question que je sois toujours l'une d'entre eux. Ils se sentaient trahis, ils avaient accepté une étrangère et elle avait déçu l'une des leurs. Et moi alors... Mon monde s'écroulait et tout le monde s'en foutait ! J'avais travaillé dur pour m'intégrer, j'avais trouvé un mode de vie qui me convenait, j'avais enfin l'impression d'être à ma place. A présent, j'étais de nouveau toute seule, avec Lili qu'Alina avait failli m'enlever aussi. Heureusement que je pouvais compter sur la gamine pour s'accrocher à moi et hurler à la mort lorsqu'on menaçait de nous séparer. Au final, je l'aimais bien, ce petit bout.

Nous sommes le 27 juin 2015, je ne suis pas loin de Stonehenge et je vais faire les poches de quelques touristes pour pouvoir reprendre la route.

Ô Dieu, pour une fois, prouve que tu existes et sors-moi de ce pétrin.


Dernière édition par Ivy Kathryn Kelly le Dim 2 Aoû - 10:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 22:27




“ test RP”

Partie IV : Immersion


C'est complètement idiot ! C'est idiot parce que même s'il s'avère que ce type existe et qu'il est effectivement aussi puissant que tout le monde veut bien le croire – ce que je me refuse à admettre – il n'en aurait pas grand chose à faire de ma petite personne avec mes petits problèmes que je me suis créés toute seule. En plus, s'il aide en particulier les gens vertueux ou ceux qui lui lèchent les bottes, je dois avoir une place d'honneur dans sa liste noire. Pourtant, je suis là, comme des millions d'adultes qui croient au Père-Noël, à demander ses faveurs, à espérer que les choses s'arrangent sans faire le moindre effort. Parce que ça a toujours été comme ça, n'est-ce pas ? Depuis le début de toute cette histoire, j'ai été soit très douée, soit très chanceuse et quand enfin j'étais heureuse, tout le reste m'a été enlevé.

Ah, la bande d'adultes au savoir absolu et à la morale infaillible viendrait me narguer en disant quelque chose à propos des conséquences de mes actes. Mais je n'y crois pas, à ça non plus, ce n'est pas possible que ça ait attendu deux ans avant de me tomber dessus. Merde ! Je les aimais au final, moi, ces gitans, ma vie semblait enfin avoir un sens... Je tourne et retourne les derniers événements dans ma tête, je n'aime pas avoir des regrets, en fait, je n'en ai jamais. C'est très désagréable d'avoir l'impression d'avoir échoué quelque part, de se dire qu'on aurait pu mieux faire les choses. Pourtant, en y repensant, la fugue était bien effectuée – la preuve étant que personne n'est à mes trousses en train de me pousser à rentrer – la petite est encore en vie et moi aussi d'ailleurs... Si Cha ne m'avait pas lâchée comme ça et demandé d'écrire à mes parents pour certifier que j'étais encore vivante... Ah voilà ! Le problème ne vient pas de moi, il vient de Cha. Ouf ! Ca fait du bien de savoir que le facteur humain qui a fait foirer le plan ne vient pas de soi !

Soulagée, je me tourne vers Lili et lui souris. Elle me sourit aussi, alors je me sens obligée de la chatouiller. Elle rit et son rire me fait étrangement du bien. Nous nous sommes incrustées dans le groupe de touristes. Ils me regardent de travers car je suis différente d'eux. Ils portent des pulls et des sandales dans des chaussettes, des casquettes avec la mention « I ♥ LONDON », se prennent en photo toutes les cinq minutes – alors qu'ils ne sont même pas encore arrivés là où c'est intéressant ! - avec leurs portables ou leurs tablettes et pour les plus ringards d'entre eux, leur appareil photo, et parlent anglais avec tellement d'accents que j'ai l'impression d'être l'étrangère. Moi, j'ai la même robe noire type dix-neuvième siècle que j'avais en partant de chez moi – oui, j'ai peu grandi – qui a quelques trous à présent, et des taches impossible à faire partir, je suis à moitié décoiffée, j'ai les yeux rouges d'avoir pleuré – c'était exceptionnel, ça n'arrivera plus ! - mon absence de maquillage trahit mon véritable âge et Lili dans mes bras complète la panoplie de la gitane-crasseuse-maman-adolescente. C'est un peu raté pour leur faire les poches discrètement, les trois-quarts se méfient de moi et je dégoûte le quatrième.

Bon, quitte à être là, autant visiter aussi. Pourquoi ils font la queue ? Ah. Zut. Apparemment l'entrée est filtrée. Tant pis pour Stonehenge, je n'ai pas envie qu'on me demande maintenant ce que je fous là et où sont mes parents. Ou peut-être que... Si je fais le tour, je peux trouver un coin facile à escalader... Oui, ça me semble être un bon plan. C'est juste trop idiot d'être ici et de ne pas pouvoir s'approcher du monument. Surtout que je ne sais pas quoi faire d'autre. Je suis en pleine campagne et sur un circuit touristique. Quand j'avais été abandonnée à Londres, il avait été plus facile de se fondre dans la masse, ici, c'est impossible. Il faut que je trouve un moyen de rejoindre la ville. Mieux. Il faut que je parte loin, sur un endroit qui n'est pas une île, pour marcher jusqu'au bout du monde. J'erre le long des barrières et mon imaginaire rêve de ma vie en France tandis que ma raison le martèle avec des preuves de l'impossibilité de sa réalisation. Pourquoi mes parents m'ont fait naître sur une île, déjà ? Encore que ça aurait pu être pire, j'aurais pu vivre en Irlande.

Enfin je trouve un endroit tranquille. Enfin je vais accéder à Stonehenge. La barrière n'est pas très haute, je peux l'escalader facilement. Je prends mon sac devant et j'accroche Lili dans mon dos avec un tissu, comme Alina m'a appris. Lili n'est plus si petite que ça, au passage, elle commence à peser lourd et bientôt, je ne pourrai plus la porter. Elle marche bien, mais je n'ose pas la laisser aller où elle veut dans ces circonstances. Enfin j'y suis, de l'autre côté. Je ne pense plus aux conséquences, tout ce que je veux c'est approcher le cercle de pierres, voir s'il est aussi impressionnant que ce que l'on raconte. J'essaie de le distinguer, de loin, mais tout ce que je peux voir est une lueur éblouissante. Une lueur... qui n'a rien à faire là... Ca doit être un idiot qui joue avec un miroir. Je pose Lili et m'accroupis près d'elle, en pointant du doigt.

- Regarde, là-bas !
- Soleil ?
- Non c'est pas le Soleil, il fait trop nuageux pour le voir, mais si on pouvait, il serait de l'autre côté.

Cette gamine comprend-elle ce que je lui raconte? Un jour, elle sera assez grande pour que je lui enseigne comment savoir l'heure avec la position du Soleil et donc, se tirer de l'endroit le plus gris du monde deviendrait indispensable.

- Viens, on va voir ce que c'est, tu veux ?
- Ouiiii !

Ce qui est bien avec elle, c'est qu'elle dit oui tout le temps.

- Tu veux que je t'explique comment calculer le périmètre d'un cercle ?
- Ouiii !
- Non, tu veux pas, crois-moi, c'est chiant.

Plus on se rapproche, plus la lumière s'intensifie et s'élargit. Ca fait comme un ovale flottant. Ce n'est pas normal. Du tout. C'en est à la fois complètement intriguant et un peu inquiétant. Est-ce réel ? Est-ce que j'hallucine ? Je reprends Lili dans mes bras et je la serre un peu plus fort. Je ne pense plus à rien. Envolés les touristes, envolés les gardes, envolés les gros cailloux. Il n'y a que nous, dans un flot éblouissant qui me fait fermer les yeux et tenir la tête de la petite contre moi. J'ai des vertiges. Est-ce que ce truc est en train de m'aspirer ? J'ai envie de vomir. EST-CE QUE CE CE TRUC EST EN TRAIN DE M'ASPIRER ? Je n'ose pas ouvrir les yeux.

« Nuiiiiiit ! »

Nuit ?

Qu'est-ce qu'elle raconte ?

Je finis par rouvrir les yeux.

Mais... elle a raison ! Il fait nuit ! Une éclipse ? Ou on a définitivement perdu la vue avec ce... truc lumineux. Non, je peux distinguer des feuillages. Des feuillages ? Mais... mais c'est n'importe quoi ! Nous ne sommes plus autour de Stonehenge... En fait nous ne sommes certainement pas en Angleterre ! Je ne comprends pas. Est-ce que je suis en train de rêver ? Essaie de crier, Ivy.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

C'est malin, j'ai fait pleurer Lili.

« Shhh... tout va bien, je faisais juste un test... Tout va bien, microbe, shhh shhh... »

Je peux crier, je peux bouger, je me mords et je ressens la douleur. J'essaie de comprendre mais c'est comme si mon cerveau s'était mis sur off. C'est la première fois de ma vie que ça me le fait : je ne comprends rien. Je n'ai aucune idée de ce qui nous est arrivé et ça m'angoisse. Bon. Calme. Reprenons depuis le début. Commençons avec les sens, l'interprétation ce sera pour plus tard.

- Qu'est-ce qu'on voit, Lili ?
- Nuit... nuit...
- Oui, on a compris ça. Alors il y a des plantes tout autour de nous, on ne les voit pas très bien car il y a peu de lumière. J'ai l'impression que les arbres sont hauts, j'essaie de voir les étoiles, mais la plupart du ciel est caché par les feuillages. Allez, fais-moi un bisou, on va comprendre, d'accord ? On va comprendre.

C'est plus moi que je rassure, qu'elle. A en juger par ce que je parviens à voir, les bruits et les odeurs que je peux percevoir, je suis en pleine jungle. Ce qui est absolument impossible. On ne peut pas passer de la campagne anglaise à l'Amazonie en quelques minutes. La géographie ne fonctionne pas comme ça, la téléportation n'a pas encore été inventée, et ma tête commence à être douloureuse à force de remuer des théories. On va garder le rêve, même si tout me semble trop réel ; je pourrais être amnésique et avoir oublié tout mon voyage depuis Stonehenge, mais je suis habillée pareil et Lili a l'air aussi perdue que moi ; peut-être qu'au final, la téléportation a été inventée et je suis un dommage collatéral d'une expérience secrète...

Assez !

Je comprendrai plus tard, là il faut que j'avance, que je trouve un endroit plus éclairé. Si je suis effectivement dans la jungle, il y a probablement des bêtes dangereuses qui rôdent et je ne suis pas entraînée pour ça. Je n'ai pas fait tout ça pour mourir à quinze ans ! Et il est hors de question que Lili fasse l'appât pour que je puisse m'enfuir... Pourquoi est-ce que j'ai pensé à une chose pareille, déjà ? Cette jungle est en train de me rendre folle. La seule Nature que je connais, c'est la campagne anglaise, ce n'est pas aussi sauvage et certainement moins risqué, il y a plus de gens qui se font bouffer par des pumas que par des vaches, c'est bien connu ! Et encore, je n'imagine même pas comment je vais m'y prendre pour me nourrir... Il faut que je retrouve la civilisation. Eh, si je ferme les yeux quelques minutes, à nouveau, est-ce que je peux retourner sur mon île pluvieuse ?

Ah non.

A force de marcher, j'atteins un endroit un peu plus dégagé mais l'observation du ciel me laisse encore plus perplexe. Qu'il n'y ait pas d'étoile en pleine jungle est assez surprenant mais rassurant, c'est peut-être le signe d'une ville aux alentours. Les deux Lunes en revanche... Non, tout ça est trop bizarre. Sur mon dos, Lili s'est endormie et j'en profite moi aussi pour me poser, je suis fatiguée mais je ne peux pas fermer les yeux, je ne peux pas prendre le risque de me faire manger. Bon... juste une seconde, juste pour me reposer les paupières... C'est une fois les yeux clos qu'ils parviennent à mes oreilles. Les chants. Des gens chantent. Des gens ! Près d'ici ! Il faut que je les trouve !

Je me lève en vitesse, trouvant je ne sais où la force de courir, motivée par les sons humains que je perçois. A l'oreille, je constate que je me rapproche, c'est déjà ça, et parfois, je regarde en l'air en me demandant si je peux me guider à l'aide de l'une de ces lunes. Je ne cherche même plus à comprendre, j'ai besoin de trouver ces gens. Je ne peux pas entendre leurs mots, mais leur mélodie se répète et je me surprends à la chantonner de mon côté. Peut-être que comme les gitans, quand je connaîtrai leur musique, ils m'accepteront. Oui, de plus en plus près de mon but, je me mets à douter : et si les chanteurs étaient hostiles ? S'ils étaient des indiens de la jungle qui voulaient me manger ? Non, j'ai le totem avec moi. On ne peut pas faire de mal à Lili, elle est trop petite et trop mignonne pour ça ! De toute façon c'est un risque à prendre, si je reste toute seule ici, je vais y passer, c'est sûr !

« Ooooooooooooooooooooooooh ! »

Tiens, elle est réveillée.

« 'vy, Ivy, Ivy. IVY ! »

Je lui ai appris à ne pas dire « Maman ».

- Ouiiiiiiiii... deux minutes ! Qu'est-ce qu'il y a ?
- 'gade.. egade...
- Que je regarde quoi ?

Je tourne ma tête autant que je peux pour la voir le nez en l'air. A mon tour alors je lève les yeux. C'est... C'est magnifique. Il n'y a plus rien. Je ne suis plus rien. Je ne veux plus savoir où je suis. Je veux juste regarder ce ciel. Les étoiles de la jungle sont les plus belles du monde ! Stupéfaite, j'arrête d'écouter, je contemple, juste. Une idée entre dans ma tête. Je cherchais ce matin un signe divin et pour la première fois ces cieux animés sont ce qui s'en rapprochent le plus. C'est tellement beau et tellement surréaliste. Si c'est un songe, c'est le plus beau que je n'aie jamais fait. Je me sens ravivée, inspirée, je vis un instant magique et mes rêves d'astronome poussent à nouveau contre mon cœur. Au fil de mes aventures, je les avais enfouis et devant un tel spectacle, ils ressortent énergiquement. Est-ce que ceux qui observent le ciel font toujours face à ce genre de tableau ? Non, quelque chose me souffle que je suis témoin d'un événement exceptionnel.

Lili, en revanche, se lasse plus vite que moi. Son petit ventre doit la tourmenter car elle commence à chouiner qu'elle a faim. Je décolle mon regard d'en haut et je lui attrape un biscuit dans mon sac. Je n'ai plus grand chose et en lui tendant ce petit gâteau qui sera très loin de la rassasier, mes idées se remettent en ordre : trouver des gens est une priorité. Le jour se lève et je distingue enfin des silhouettes humaines. Je suis toute proche.

Je fais descendre la petite qui me tape sur les côtes et lui tiens la main pendant qu'elle se dégourdit les jambes. Alors que le soulagement d'être arrivée grandit en moi, l'adrénaline retombe et je ressens une fatigue intense et la faim qui vient s'y ajouter. Depuis combien de temps suis-je dans la jungle ? Je pense avoir marché toute une nuit, mais je n'en suis pas sûre. J'essaie d'interpeller quelqu'un mais aucun son ne sort de ma bouche. Je suis juste trop crevée. Mes jambes me lâchent et je tombe par terre sur les fesses. Je serre toujours la main de Lili, c'est la seule force qu'il me reste. J'ai encore un peu d'eau dans mon sac mais je dois en garder pour elle. J'ai la bouche sèche et il faut que je mange quelque chose. Je finis par agripper la première jambe qui passe pour murmurer :

« Aidez-moi s'il vous plaît. »

Les détails sur ce lieu, ces gens, cette langue qui se parlait autour de moi – faites que le type à qui appartient la jambe me comprenne ! - ça viendra ensuite. Les besoin vitaux, d'abord.

« Un café... ça serait parfait... »


Dernière édition par Ivy Kathryn Kelly le Dim 2 Aoû - 16:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Accro des Urnes

Pseudo web : Sammix
Profession : Ethnologue
Messages : 2165
Date d'inscription : 25/02/2015
Age du personnage : 28 ans
Double compte : Tessa
Avatar : Teresa Palmer


MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 22:33

Re-Bienvenue dans le coin

_________________
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 22:35

Merciiii !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
{ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Gardienne des Traditions
Messages : 439
Date d'inscription : 14/05/2015
Age : 25
Age du personnage : 26 ans
Double compte : Ambal Sajor
Avatar : Keira Knightley


MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 23:27

Rebienvenue ♥
Emily, très bon choix :)

_________________

- Une poésie muette -
« Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot.»

Un souffle d'espoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Appliquée Ronfleuse ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 557
Date d'inscription : 23/04/2011
Age du personnage : 31 ans
Double compte : Istalia Kaligaris & Raël Ausar
Avatar : Aishwarya Rai, by Kettricken


MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 23:37

Ce nouveau personnage me semble très prometteur

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7wonders.forumactif.fr
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ivy   Sam 1 Aoû - 23:54

Rebienvenue! D'accord avec Sorajai ca a l'air très prometteur tout ca! Et Ölver est plus le petiot, c'est tout benef. ptdr
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 8:05

Merci !! ♥️

Syl > Si tu savais comme j'ai galéré pour trouver ! Je voulais une jeune actrice avec un look un peu spécial qui avait tout de même plusieurs images à disposition. Au final, effectivement, je suis plutôt contente ^^

Sorah > Ah... ça !
(au final, contrairement à ce que je t'avais dit, je pense que je vais faire mon test RP dans l'intrigue, ce sera moins simple mais tellement plus marrant)

Ölver > Et on leur fait quoi aux plus jeunes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 7
Inventaire:
Titres:


Pseudo web : D.C.
Profession : Navigateur
Messages : 280
Date d'inscription : 29/06/2015
Age : 34
Age du personnage : 43 ans
Double compte : /
Avatar : Gerard Butler


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 10:38

Amuse-toi bien avec ce perso (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : coffee&cookies
Profession : apprentie Passeuse d'âmes
Messages : 59
Date d'inscription : 05/07/2015
Age du personnage : 32 ans
Double compte : /
Avatar : Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 10:53

LES ORPHELINS BAUDELAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIRE

*fangirl des livres en approoooooooooche*

avec un beau perso en plus ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 11:00

Sven > Il y a des chances, oui ! Merci

Shael > J'avais beaucoup aimé les livres aussi, même si je n'avais pas fini la série (il m'en manque un ou deux...) parce qu'à l'époque, je les lisais à la bibliothèque de mon collège et qu'ils ne les avaient pas (ou qu'ils n'étaient pas encore sortis, je ne sais pas trop...). Je me suis promise de tous les acheter quand j'aurai les moyens pour. En revanche, j'ai beaucoup moins aimé le film, mais au final il m'offre une bonne base d'images pour mon perso, donc c'est plutôt cool !
Je suis contente si mon perso te plaît ♥️


Plus il prend forme, plus il prend en longueur, mon test RP, je pense que je n'en posterai que la moitié dans les zones de jeu, si vous voulez bien (à partir du 5ème paragraphe "Enfin je trouve un endroit tranquille...", je pense que ça irait).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 579
Date d'inscription : 08/07/2011


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 12:57

Dans son éternelle mansuétude, Seven te recommande de poster le tout en RP, en mettant juste sous spoiler les parties peu pertinentes au regard de l'intrigue. :GEU:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
{ Administratrice

Pseudo web : Love
Profession : Gardienne des Traditions
Messages : 439
Date d'inscription : 14/05/2015
Age : 25
Age du personnage : 26 ans
Double compte : Ambal Sajor
Avatar : Keira Knightley


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 12:59

Oui Emily me dérangeait, à cause de l'âge mais c'est vrai qu'elle a un visage assez rond et je trouve que ça passe :)

_________________

- Une poésie muette -
« Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot.»

Un souffle d'espoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 13:03

C'est surtout que le film d'où sont tirées les images est sorti en 2004, elle avait 16 ans à l'époque (peut être moins, lors du tournage, je ne sais pas).  Je me limiterai à celles-ci. Sauf l'icône tout en bas qui n'en vient, je ne sais pas de quand il date mais elle a l'air assez jeune dessus. Du coup j'ai pensé que ça allait.

Seven, tu gères, je te kiffe pour toute la vie !


Dernière édition par Ivy Kathryn Kelly le Dim 2 Aoû - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
la Passe-Muraille

Pseudo web : Mari-Jane
Profession : Bibliothécaire
Messages : 99
Date d'inscription : 24/04/2015
Age du personnage : 27 ans
Double compte : //
Avatar : Bella Heathcote


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 14:56

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
l'Abjuratrice

Pseudo web : Elynore
Profession : Lige
Messages : 209
Date d'inscription : 08/04/2015
Age : 25
Age du personnage : 24 ans
Double compte : Athénaïs Versondre
Avatar : Gemma Arterton


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 16:53

Re-Bienvenueeeeeeeeeeeeeee
J'adore le perso paumé ---> Oh une mini Thaïs :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 20:47

Merci à vous deux !

Peny > Oui, on va faire un club
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons :
Inventaire:
Titres:
Team Rouquines ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 473
Date d'inscription : 23/03/2015
Double compte : Sorajaï Chemsa
Avatar : Jessica Chastain - by Love


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 22:29


   
   

   
   
“ PETITE CHIPIE ”

   
bienvenue, demoiselle à problèmes

   



Félicitations, tu es validée !  
L'équipe de 7W est ravie de te compter parmi les enfants de la Mère, jeune délinquante, et nous espérons que tu vas te plaire parmi nous.  

Ne fais pas trop de bêtises ♥️

Bon jeu à toi, n'hésite pas à me faire signe si tu as besoin de quoi que ce soit  :aloha:
   

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pseudo web : Mab
Messages : 20
Date d'inscription : 01/08/2015
Double compte : Ayla La'hir
Avatar : Emily Browning


MessageSujet: Re: Ivy   Dim 2 Aoû - 22:33

MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIII !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ivy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ivy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders ::  :: En vadrouille dans Oblivion-