ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 Safir Bachim ~ What's worth fighting for...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 10 Juil - 13:24


“ Safir Bachim ”

C'qui compte, c’est pas la force des coups qu'tu donnes, c’est le nombre de coups que t'encaisses tout en continuant d’avancer. C'que t’arrives à endurer tout en marchant la tête haute. [Rocky]



“introduction”

Je m'appelle Safir Bachim, mais on m'appelle plutôt . J'ai 27 ans. Je suis né à Oblivion. Oblivion, c'est ma maison, et je suis guerrier. Ces étrangers, pour moi, c'est des invités inattendus, dont nous devons prendre soin.

* * *

Notre belle mère, prodigieuse terre d'Oblivion,
Enivre les humbles chieresques dans tes lagons,
Ne livre qu'aux braves tes merveilles cachées,
Et sois pour toujours par tes guerriers protégée.

Que mon bras serve ton mystère,
Fais que tes enfants y prospèrent,
De leurs vies accomplissent le destin,
Guide nos pas à suivre tes dessins.

Ôde Chieresque, Safir Bachim



“ caractère : 4 words ”

Sérieux - Dévoué - Rigide - Honorable - Loyal - Rancunier - Obstiné - Jaloux - Méfiant - Poète - Attentionné - Triste

Guerrier : Sa fonction, ce pour quoi il vit, à présent qu'il a perdu toutes autres raisons. De l'art du combat, il a puisé son sens de l'honneur, et de la bravoure; mais ses batailles l'ont menées aussi à devenir plus dur, moins sensible, et parfois trop impulsif. Il lui arrive d'être lui même surpris et affecté de la violence dont il peut faire preuve dans ces moments. Sa détermination lorsqu'il manie les armes lui a valut une réputation assez effrayante, et peu osent encore le défier dans une lutte physique, sa carrure et ses victoires prouvant d'elles même sa valeur, et le pouvoir de sa volonté. Seul Srij a réussi à le vaincre, le prenant en traitre, et mu par une rage si forte et si inattendue pour Safir qu'il n'eut pas le temps ni la présence d'esprit de s'en défendre - après tout, il savait que le jeune homme était aussi l'ami d'Ambal, il ne pouvait le blesser sans hésitation, et sans comprendre l'origine de cette haine, qu'il partage désormais en toute connaissance de cause.
Chieresque : Comme la plupart de ses compatriotes, Safir est très proche de la nature, et sait utiliser à profit ses bénéfices, ses trésors, tout comme il sait dompter ses inconvénients. C'est un homme très respectueux de son environnement, qui porte beaucoup d'attention à l'équilibre d'Oblivion. Serviable, il accueille de son mieux les orphelins et autres égarés, avec les siens, les intégrant à la communauté et les défendant si besoin.
Amant : Qui aurait pu croire qu'il y avait un cœur sous cette montagne de muscles ? Pourtant, Safir en a bien un, et depuis son enfance jusqu'à ce jour, seule Ambal l'a fait battre. Cet amour inconditionnel qu'il vouait à la jeune femme lui a appris le sens de la loyauté, de la douceur, mais aussi les affres de la jalousie, et la douleur insurmontable de la perte. Désormais seul, Safir refuse sa couche à toutes celles que son statut attire, et fuis loin de leurs griffes, n'appréciant ni la flatterie ni les minauderies.
Père : Safir apprécie beaucoup la compagnie de ces petits êtres simples et innocents que sont les enfants, même s'il est souvent maladroit envers eux, et leur fait peur malgré lui. Il attendait beaucoup du fruit de son union avec Ambal, et chérissait à l'avance avec adoration cet espoir qui ne vit malheureusement jamais le jour. Une profonde tristesse vient donc obscurcir ses traits, chaque fois que ce souvenir le traverse.






“ que cesse la mascarade ”

parce qu'on sait que tu es un lutin maléfique



Allez, avoue tout ! Dans la vraie vie, tu es qui ? Memett. Tu as un prénom j'imagine ? Alice. Et quel âge tu as ? 24. 7 Wonders, tu l'as connu comment ? DV. Et tu en penses quoi ? Trop beau *o*. Quel est ton dernier mot, petit scarabée ? Banane.




“ histoire : to be wild ”

You are the most dangerous of animals, beast born of the heart. [Batiatus]


    - Et toi, Sâ, comment es-tu arrivé ici ?


Je lève les yeux du feu qui danse au centre de notre assemblée pour les poser sur le jeune orphelin qui a posé cette question. Sa voix a tremblée un peu, comme les flammes qui se reflètent sur son visage, craintif. Malgré mon hospitalité, m'adresser la parole sans avoir peur de m'offenser semble être une constante source d'hésitation pour nos invités. Je me suis habitué à l'impression de puissance que je dégage pour les inconnus, et parfois, quand mon humeur est à la plaisanterie, je m'en amuse en les effrayant plus que nécessaire, avant de leur prouver qu'ils ne risquent rien tant qu'ils me respectent en parfaite réciprocité.
Au fond, je suis plutôt amical, même si mes armes le sont guère quand je les manie pour blesser.

    - Je suis né dans une famille de guerriers, qui se sont installés au village du Petit Matin alors que je n'étais qu'un enfant, parlant à peine. J'ai grandi ici, avec ceux de la tribu, et je me suis engagé en tant que chasseur à mes quinze ans. Ce n'est que plus tard que j'ai fini par me rendre à l'évidence que j'étais plus guerrier que prédateur, même si parfois, ces rôles se rejoignent jusqu'à se confondre.


Je souris, et je sais que la lueur de mes prunelles sombres appuie mes propos. Je suis dangereux pour mes adversaires, qui deviennent, le temps d'un combat, de simples proies sous la menace de mon exécution.
Pour être honnête, et avec le recul, je peux dire que toutes mes décisions adolescentes étaient fortement influencées par celles d'Ambal, et que j'aurais volontiers pris la place ennuyeuse d'un bucheron si cela m'avait rapproché d'elle... Mais plus tard, la maturité m'a aidé à comprendre mes choix, et a prendre un nouveau chemin en m'envoyant là où était ma place parmi les hommes de bataille, et où l'absence de ma chasseresse me révéla toute la profondeur des sentiments que je lui portais.
De cela, je ne dirais rien volontairement aux étrangers, car il n'y a dans mes amours aucune confidence qui soit utile pour eux. Je tairais le nom de celle qui a porté mon enfant, et cet évènement tragique qui l'a conduite, après sa naissance, à le tuer. Pourtant, leur curiosité a été aiguisée, ils m'interrogent sur les coutumes de notre peuple, mes relations, et je me vois contraint de leur donner des réponses, pour qu'ils ne reviennent pas sur le sujet.

    - J'ai engendré une fille, qui n'a pas survécut. J'honore sa mémoire dans la solitude.


Je hoche la tête avec dévotion, signe que le thème est clos, et chacun dans notre petit groupe m'imite, à sa singulière façon, avec plus ou moins de compassion, de tristesse, ou d'indifférence. Ils n'en parleront plus jamais, et je ferais de même, ne donnant aucun détails, qu'ils se contenteront d'imaginer, ou d'acquérir avec d'autres témoignages. La nuance m'est égale.
Il n'y a rien que je puisse faire de plus, car j'ai promis d'épargner son véritable assassin, j'ai perdu sa mère, j'ai subis chaque coup affreux en silence, voué au rang de victime impuissante.

Chacun y va de son histoire, et mon esprit est ailleurs.
J'entends des contes d'autres mondes, des merveilles oubliées, sans vraiment les écouter, je n'y prend plus garde. Je suis loin dans la jungle, courant entre les arbres, la sueur perlant peu à peu sur ma peau de cuivre. L'effort, le vent sur mon visage, le pas rythmé de ma course, m'empêchent de m'enfoncer dans la mélancolie qui m'étouffe.
Je frappe des mains en même temps qu'eux pour qu'ils pensent que j'approuve leurs joies, je ris, je partage leur repas, leur boisson, mais les souvenirs de mes cycles passés me hantent, et restent à mes côtés, toujours présents lorsque chacun s'en va à son sommeil dans notre camp.
Demain, je m'entrainerais avec plus de vigueur, je viderais ma tête de cette tristesse en la remplissant de visions sanglantes de combats.
J'irais seul, m'enfuir, sauvage qui ne peut rester trop longtemps enchainé à mes congénères, dans les terres d'Oblivion.



“ test RP : live and let die ”

I know your feelings. I felt the beating of it within my chest once. [Spartacus]


Souvent, lors de mes escapades dans la jungle, qui me permettent de me ressourcer auprès de notre mère, ou de réfléchir au son calme des cours d'eau, je pousse mon expédition jusqu'aux hauteurs des collines qui surplombent la vallée la plus proche de notre camp.
De là, j'observe. J'observe Srij, dans son habitation de fortune minable, dans son quotidien solitaire et dénué d'intérêt, dans son isolement écrasant. Il est malheureux, semble-t-il aux autres, et à moi il ne le parait pas assez. Si Ambal ne me l'avait pas défendu, je descendrais en grondant de colère tel la foudre, lui arracher le coeur comme il l'a fait avec le mien. Je l'attaquerais de face, à la manière des vrais guerriers, pour une raison qu'il ne pourrait feindre d'ignorer. Il a pris mon enfant pour satisfaire sa jalousie, et cet acte impardonnable, je l'aurais méprisé, même s'il ne s'était pas agit de mon sang.
Aujourd'hui, je l'ai regardé travailler ses enchainements de combat chieresque, et la supériorité de mon art m'a réconforté. Je ne prétend pas qu'il me serait aisé de le vaincre, ni même que j'y parviendrais, mais n'aurait plus à me soucier de ses attaques sournoises, dont j'ai appris le secret.
Je ne me sens point coupable de m'intéresser ainsi à son sort, ou de l'espionner. Lorsqu'il se trouve sur ma route, il n'hésite pas lui même à se jeter sous mes armes, comme un désespéré avide de mourir - et j'œuvre malgré moi dans le sens de son déplaisir, même si le satisfaire m'apporterait la vengeance à laquelle je languis.
Je continues de vivre, et je le laisse mourir, ou inversement. Son acte nous aura rapproché autant qu'il a creusé un gouffre infranchissable entre nous. Je le comprends autant que je le hais.
Je m'en vais, car cela ne sert à rien de rester, rongé d'une colère qui ne verra jamais d'aboutissement. Inutile est cette quête là, même si elle m'obsède jour et nuit.

A mon retour, le village du Petit Matin a commencé à s'animer, et je gratifie ses habitants, à mon passage devant chacun d'entre eux, d'un signe de salut. Tous le monde se connait, au moins de réputation, si ce n'est plus intimement, en ce lieu de vie où je grandis depuis mes premiers pas. Les guerriers se préparent aux entrainements, les hommes de terre sortent leurs outils, discutant avec allégresse, optimistes pour la belle journée à venir. Certains orphelins encore timides ne sont toujours pas levés, attendant surement plus de tranquillité pour se montrer, et d'autres marchent parmi nous comme s'ils avaient toujours arpentés ce sol ocre.
Un groupe de femmes peu farouches me lancent des œillades suggestives, et je hoche la tête avec un intérêt feins, par respect pour leurs charme, que je ne voudrais offenser par mon refus d'aller plus loin, lorsqu'elles se feront entreprenantes, ce soir à la nuit tombée. Elles savent pourtant que nulle ne peut se vanter de m'avoir épuisé dans ses bras depuis Ambal, que je n'ai pas rencontré encore celle qui la remplacera, et ne la croiserait peut-être jamais.
Je ne plais pas plus qu'un autre surement, mais l'inaccessible attire parait-il, et surement est-ce la raison pour laquelle je bénéficie de tant d'attentions non quémandées.

    - C'est l'instinct maternel, elles veulent toutes être celle qui consolera notre petit Safir ! Tu verrais ta tête mon ami, on dirait un ourson égaré, il est temps que tu prennes un peu de repos...


Mon compagnon d'arme, sortit de nulle part, répond à ma réflexion silencieuse, frappant mon épaule en signe de solidarité. Je souris à son effort pour me remonter le moral, mais mes yeux cherchent une chevelure brune parmi les chasseurs rassemblés plus loin. Qu'importe, encore une quête qui ne mènera à rien. Je pousse mon ami dans le sable qui nous tient lieu d'arène, avec une force qui le jette, par surprise, sur les genoux.

    - Le petit Safir n'a plus besoin de la main d'une femme pour tenir debout, lui. Et je me demande qui est le plus fatigué de nous deux si tu t'allonges avant même de commencer le combat !


Il ne mettra pas longtemps à répliquer à ce jeu, et je prépare mes poings tandis qu'il se relève, prêt à lui donner une leçon sur l'efficacité des ours à la lutte.


Dernière édition par Safir Bachim le Dim 17 Juil - 16:36, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 10 Juil - 17:58

Tu fais peur :17:
Mais non je plaisante

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Appliquée Ronfleuse ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 557
Date d'inscription : 23/04/2011
Age du personnage : 31 ans
Double compte : Istalia Kaligaris & Raël Ausar
Avatar : Aishwarya Rai, by Kettricken


MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 10 Juil - 18:14

Safir <3

Bienvenue !
(Avis aux DValiens : c'est mon Sigvald <33)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7wonders.forumactif.fr
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 10 Juil - 18:17

Aux quoi ?
Je connais pas l'acteur moi x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Appliquée Ronfleuse ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 557
Date d'inscription : 23/04/2011
Age du personnage : 31 ans
Double compte : Istalia Kaligaris & Raël Ausar
Avatar : Aishwarya Rai, by Kettricken


MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 10 Juil - 19:30

(DValiens : membres de Dragonvale :31: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7wonders.forumactif.fr
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Lun 11 Juil - 13:22

(Ah okey x) ^^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Lun 11 Juil - 14:37

Aaaaaanh Sigvald :20:

( ici Jodhaa :17: ) , bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Lun 11 Juil - 21:42

Bienvenue à toi Safir !
Bonne chance pour la fiche de ce magnifique PV !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 17 Juil - 15:41

    Bon... Je crois que j'ai terminé !
    C'est pas top mais j'ai trop hâte de me lancer en jeu alors je veux pas y passer trop de temps - à moins qu'il y ait des modifs à faire évidemment : je vous écoute ! ^_^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
l'Appliquée Ronfleuse ♪ Fondatrice

Pseudo web : Aura· (Zoubi)
Messages : 557
Date d'inscription : 23/04/2011
Age du personnage : 31 ans
Double compte : Istalia Kaligaris & Raël Ausar
Avatar : Aishwarya Rai, by Kettricken


MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 17 Juil - 16:17

OMG OMG OMG
Je reconnais bien là ta plume magnifique <3

C'EST TOTALEMENT SAFIR. Jusque dans les moindres détails, tu l'as dépeint tel que je l'avais imaginé : seul, noble, fier - BREF tu es validé, avec les honneurs, et j'espère que tu te plairas à jouer parmi nous !

( Ton avatar a grillé mes neurones, aussi :32: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://7wonders.forumactif.fr
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 17 Juil - 16:34

    Oh merciiiii :20:
    Trop hâte de rpg avec toaaa !

    (huhu je l'ai bien choisis pour cette raison ! =P)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   Dim 17 Juil - 20:57

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuue (aaa) (avec un peu de retard n_n)
Amuse toi bien :20:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Safir Bachim ~ What's worth fighting for...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Safir Bachim ~ What's worth fighting for...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders ::  :: Cimetières des Perdus-