ÉPILOGUE
7WONDERS ferme ses portes.Plus d'informations ici.

Partagez | 
 

 Le mirage - with Esther

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:


Pseudo web : Blake
Profession : Egyptologue
Messages : 75
Date d'inscription : 27/07/2015
Age du personnage : 37 ans
Double compte : Eline la blondinette
Avatar : Eddie Redmayne


MessageSujet: Le mirage - with Esther   Lun 31 Aoû - 12:03


You came as a dream
Esther & Alexandre
« T’es fou, t’es complètement fou. » Il n’y avait aucune explication rationnelle à ce qu’il avait vu il y a quelques temps au festival de Chiere. Esther ne pouvait pas être en Oblivion, elle ne pouvait pas connaître l’existence de ce lieu, ni y être parvenu. Il y avait pensé jour et nuit, se rendait souvent aux dunes, un lieu méconnu où il savait pouvoir se retrouver seul. Des heures durant, il arpentait les chemins de sable, péniblement avec sa béquille, réfléchissait jusqu’à s’en épuiser la tête,  jusqu’à ce qu’il n’arrive plus à extirper le bout de bois sur lequel il s’appuyait du sable, puis prenait la marche du retour. Au campement du firmament, le soir, il ne demandait pas son reste et s’endormait profondément, rêvant d’elle. Cet endroit commençait à le faire délirer, certainement. Il ne savait plus quoi faire, il n’avait l’envie de rien. Comment avancer dans une jungle lorsqu’on est atteint de folie ? Il avait passé en revue ce qu’il avait mangé ces derniers temps : rien de suspect qui aurait pu être une plante hallucinogène. Non, il était bien atteint de démence. Après tout, il savait que c’était inéluctable, dans un endroit pareil. Ne pouvant compter que sur lui-même, avec le seul être qu’il aimait qui était si loin. Le moment était maintenant venu, elle lui manquait tant dans son cœur que c’était désormais son esprit qui avait prit le relais. Il la voyait. Mais elle était apparue si réelle, il devait être à un stade bien avancé de la perte de son bon sens. Etait-ce la fin ? Qu’adviendrait-il de lui maintenant ? Il avait un tas de possibilités, peut-être pouvait-il rester ici, au milieu du sable, pour le restant de ses jours, il y était bien. Il pourrait s’allonger et sentir la dune se creuser sous son poids, la magie d’Oblivion l’engloutirait petit à petit et il rejoindrait un autre monde. Il devait faire face cependant, il savait qu’Esther était en vie, en France, qu’elle l’attendait. Il savait qu’elle ne pouvait pas avoir perdu ni la tête, ni l’espoir, jamais. Elle le cherchait peut-être même, en ce moment. Il devait trouver un moyen de sortir d’ici, aussi vains ses efforts aient été jusqu’à présent.

Un vent d’air chaud le réveilla, il s’était assis. Le sable était brûlant, le soleil tapait fort et sa gorge était sèche, il aurait dû prendre de l’eau. Il releva la tête, prêt à se lever. C’est alors qu’il vit une main, se tendre à lui. Levant la tête au ciel, il découvrit un visage plus que familier. Il avala sa salive, ouvrit les yeux grands. Il ne prit pas sa main, il resta là, à la fixer. Il aurait dû se protéger, le soleil lui avait tapé sur la tête. Elle était comme un mirage, postée là devant lui, au milieu de nul part, prête à l’aider, comme toujours. Une larme coula sur son visage, sa tête l’élançait de plus en plus fort. « Esther ». Il n’osait pas la toucher, ni se relever. Il croyait à un fantôme, à un mauvais présage. Lui était-il arrivé quelque chose ? Ou bien était-ce lui qui s’envolait vers un Ailleurs ? C’était sans doute la fin. Alors c’était à ça que ressemblait la mort, une vieille ruse bien déguisée ? Un choix facile, sans doute, prendre la main d’un proche qu’on aime et se sentir voyager dans le monde du non-retour. « Comme tu me manques ». La main restait tendue, s’il la touchait, il la transpercerait sans doute. Les légendes ne racontent-elles pas que les fantômes n’ont pas de matière, qu’ils passent à travers tout, à travers lui, à travers sa tête et son esprit ? Cette fois-ci s’en était fini d’Alexandre Delmas. Il avait tout fait pour la retrouver pour revenir à ses côtés. Personne ne dira jamais qu’il n’avait pas tout essayé. Le sort s’était acharné sur lui et aujourd’hui il lui assénait le coup de grâce. La mort l’attendait, stoïque, belle, gracieuse et insistante. Il allait pouvoir rejoindre ses parents, ils lui en voudraient sûrement d’avoir laissé sa sœur seule, d’avoir privilégié ses recherches à l’unique personne qu’il lui restait. Après un temps, ils lui pardonneraient, il était leur fils et ils s’aimaient. Sûrement le ciel serait un monde plus beau, sûrement devait-il accepter cette main qu’on lui tendait, suivre Esther une dernière fois. « Si c’est la fin, alors je suis heureux que ce soit avec toi. » Il respira fort et son cœur battait vite. Il prit sa main, elle était chaude et moite, et réelle. Les légendes racontaient n’importe quoi. « Finissons-en ».


Emi Burton


Dernière édition par Alexandre J. Delmas le Sam 19 Sep - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:
la Passe-Muraille

Pseudo web : Mari-Jane
Profession : Bibliothécaire
Messages : 99
Date d'inscription : 24/04/2015
Age du personnage : 27 ans
Double compte : //
Avatar : Bella Heathcote


MessageSujet: Re: Le mirage - with Esther   Mar 8 Sep - 16:23

LE MIRAGE
Esther Delmas & Alexandre Delmas

 
Les Dunes Mouvantes ✻✻✻ Après les évènements des fêtes de Chiere, Esther Delmas était de retour au village des Orphelins. En vivant en compagnie d’Ambal et de la petite Lou-Ann, elle avait eu le sentiment qu’ici, en Oblivion, elle pouvait se créer sa propre famille. Bien qu’elle soit en marge de cette société, bien qu’elle sait qu’elle ne parviendra jamais à s’adapter à cette vie, elle espérait pouvoir écrire quelques chapitres de son histoire, en se sentant bien dans cet endroit.
Esther avait une bibliothèque, un lieu bien différent de sa bibliothèque parisienne, mais elle s’y sentait bien entourée de ces nombreux livres. Cependant, depuis les fêtes de Chiere, un nouvel espoir grandissait dans le cœur d’Esther, elle avait le sentiment, qu’elle finirait par retrouver son frère, si elle prenait une bonne fois pour toute, son courage à deux mains. Seule en compagnie d’une carte, elle était partie à la découverte du phare d’Alexandrie où elle avait espéré retrouver son frère. Egyptologue, cela lui semblait logique qu’il soit présent dans un tel lieu, mais la jeune femme était revenue bredouille, ne sachant pas si elle devait continuer ou désespérer de la situation. Malgré son échec, la jolie française préféra continuer et avancer dans ses recherches.
Ce matin-là, la jeune femme qui montrait depuis quelques jours la photo de son frère à toutes les personnes qu’elle pouvait croiser obtient enfin un résultat. Quelqu’un l’avait vu ! Elle ne savait pas si elle devait se bercer d’illusion ou sauter de joie, elle resta donc calme, ne voulant pas se faire une fausse joie et elle prit le chemin vers le Désert des Brumes. Par précaution, elle prit assez d’eau pour tenir deux jours, se connaissant, elle pouvait se perdre et ne pas retrouver tout de suite son chemin. Dans son sac à deux, elle y glissa aussi une carte du lieu, qu’elle avait trouvé dans sa bibliothèque. C’est ainsi équipé qu’elle prit le chemin du désert où une chaleur tenace régné.

Un vent chaud frappait son visage. Esther regardait autour d’elle, avançant péniblement dans le sable, mais elle gardait le peu de courage qu’elle possédait, pour être certaine d’aller jusqu’au bout de sa piste. Elle voulut rebrousser mille fois son chemin, mais elle resta forte, affrontant cette épreuve, buvant parfois quelques petites gorges d’eau pour ne pas se déshydrater. De temps en temps, elle vérifiait sa carte pour ne pas dévier du sentier imaginaire qui y était dessiné. Elle arriva aux Dunes Mouvantes et c’est là qu’elle le vit. Son cœur bondit dans sa poitrine, elle était certaine, c’était bien Alex, là à quelques mètres d’elle. Après tout ce temps, elle l’avait enfin retrouvé. Elle se mit à courir, trébucha, se releva et elle vit son visage de plus près.

« Alex. » Appela-t-elle d’une voix émue. Cependant quelque chose semblait clocher chez son frère, elle ne sut dire pourquoi, mais il ne semblait pas la reconnaître, ou tout simplement penser qu’elle n’était pas là. Depuis combien de temps se trouvait-il ici ? Il ne semblait même pas avoir d’eau. La jeune femme lui tendit la main, cherchant à savoir si cette présence était réelle, elle était étonnée de voir que son propre frère ne la reconnaisse pas. Elle le regardait, il était bien là et pourtant il lui paraissait si lointain.
Il prit sa main et la jeune femme toujours silencieuse fut heureuse de voir que tout ça était réel. Ne pouvant se contenir et elle se jeta dans les bras de son ainé, tout en pleurant de joie. La tension qu’elle ressentait depuis qu’il a disparu, retombée enfin. Esther était heureuse.
« Alex, je suis si heureuse de t’avoir enfin retrouvé. Regarde, ce n’est pas la fin, nous sommes enfin ensemble, comme avant. » Elle riait et pleurait en même temps de joie, puis elle se mit à penser :
« Bois un peu d’eau, tu dois avoir soif. » Elle s’écarta et lui tendit une gourde d’eau bien pleine.

 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carnet de Bord
Chevrons : 1
Inventaire:
Titres:


Pseudo web : Blake
Profession : Egyptologue
Messages : 75
Date d'inscription : 27/07/2015
Age du personnage : 37 ans
Double compte : Eline la blondinette
Avatar : Eddie Redmayne


MessageSujet: Re: Le mirage - with Esther   Sam 19 Sep - 16:36


You came as a dream
Esther & Alexandre
« T’es fou, t’es complètement fou. » Le temps sembla figé. La mort ne venait pas, quand bien même il l’attendait. Se relevant à l’aide de la main de sa sœur, celle-ci lui sauta au cou lorsqu’il fut à sa portée. Il pouvait la toucher, sa sœur était dans ses bras. La sensation lui fit tout drôle. Le jeune homme resta de marbre, les bras le long du corps tandis qu’elle le serrait si fort. Il ne pouvait y croire. Son regard divagua entre les différentes montagnes de sable devant lui, les bras d’Esther toujours accrochés autour de lui. Il sentit une larme de sa sœur tout contre sa peau, elle pleurait, de joie sûrement. Il l’entendait étouffer un rire, elle semblait heureuse. Tout ceci était-il réel ? Et malgré qu’Alexandre ne sût pas comment réagir, malgré que cette situation fût des plus étranges, il se laissa aller contre sa cadette. Enroulant son bras libre dans son dos, l’autre tenant toujours sa béquille fermement pour empêcher qu’il ne vacille. Il ferma doucement les yeux d’où quelques larmes commencèrent à couler aussitôt. Et il resserra son étreinte, fort, de plus en plus fort, comme pour s’assurer qu’il ne rêvait pas. Elle était là. Celle qu’il avait cherchée durant toutes ces années, celle qu’il avait perdue. Esther était là, en chair et en os. Elle n’était pas une illusion, elle était réelle. Il aurait voulu que cet instant ne se brise jamais, pouvoir la tenir contre lui durant des heures, elle allait bien et ils étaient ensemble.

Lui proposant de l’eau, la jeune femme s’écarta alors. Alexandre reprit son équilibre contre sa béquille et accepta l’offre, sa bouche était sèche. Le liquide lui rafraichissait le corps et faisait disparaître un peu son mal de tête aussi. Il lui rendit la gourde et posa sa main sur son bras, le caressant doucement.

« J’ai cru que je devenais fou. Je t’ai vu à la fête. J’ai cru que je perdais la tête. Mais c’est bien toi,  tu es venue »

Il détourna son regard. Il aurait pu la retrouver plusieurs semaines auparavant s’il avait su. La revoir avait procuré un choc en lui, et il n’avait pu aller la voir, il pensait qu’elle n’était pas vraiment là, que son imagination lui jouait des tours. Mais c’était bien elle, depuis le début. Pourquoi n’était-il pas allé la voir ? Il se passa la main sur le visage et resta quelques instants sans bouger, repensant aux fêtes. Lorsqu’il reprit la parole, il était toujours aussi ému et les mots sortaient difficilement. Sa voix tremblante trahissait toutes les émotions qu’il ressentait.

« Comment est-ce possible ? Comment peux-tu être ici ? Et depuis quand ? Esther j’ai essayé de quitter cet endroit à maintes reprises, je n’ai jamais cessé mes recherches, tout ce que je voulais c’était partir. Je te savais toute seule, je ne voulais qu’être là pour toi. Tu m’as tellement manquée. »

Il la regarda alors. Son visage était différent, il semblait plus marqué, plus mature. En cinq ans, elle était devenue une vraie femme et il n’avait pas été là pour assister à ce changement. Elle lui semblait tellement indépendante. Elle avait dû entreprendre ce voyage seule, il était fier d’elle. Elle avait été si courageuse, si patiente, en son absence. Elle n’avait jamais abandonné, avait continué à le chercher. Il savait qu’elle n’aurait pas perdu espoir. Jamais. Malgré son caractère doux, Esther était forte.

« Tu as tellement changé »

Il lui sourit pour la première fois depuis des années, chassant l’eau sur ses joues qui continuaient à couler moins abondamment.

« Tu ressembles à maman »

Et il ne put s’en empêcher, il la reprit dans ses bras. Il avait l’impression que tout son malheur disparaissait subitement. Un poids lui avait été retiré, un énorme poids. Sa vie pouvait reprendre son cours. Il ne serait plus jamais seul, plus jamais il ne l’abandonnerait.



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mirage - with Esther   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le mirage - with Esther

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: Dunes Mouvantes-